Blogobroderie et blocard

Moi aussi je vais inventer des mots rigolos à propos des weblogues, à commencer par blogobroderie, dont voici un très bon exemple avec ce syndrome du type amovible :

Le Syndrome du type amovible est une sorte de snobisme illusionnel :
La phrase favorite de padawan c'est "alors t'es powered by qui ?". Il enchaîne souvent par : "Ah ... T'es pas powered by movable type..." avec un air méprisant. Commentaire sur Navire.net

La blogobroderie consiste, sur un weblogue, à broder un billet, c'est-à-dire à raconter n'importe quoi. La blogobroderie appelle le blocard, une raillerie ou moquerie sur un weblogue, de blocarder, acte de railler par un blocard.

Blocardons, juste pour rire et sans méchanceté aucune, la blogobroderie précitée.

Ce cher Doxa, via un commentaire qu'il a laissé chez Laurent, me prête des propos que je n'ai jamais tenus. C'est juste une taquinerie entre nous parce que je le charrie sur son excellent blog qu'il construit amoureusement à la main mais qui n'a pas de permaliens. Ca fait au moins six mois que j'essaye de l'aider à transformer son pseudo blog (sic) en vrai weblogue, mais il est chez Free le pauvre.

Biz sur DicoJoueb nous brode là dessus son syndrome du type amovible, sorte de maladie dont, par ricochet, je souffrirais. Nous voici donc, nous qui avons installé un logiciel avec nos petits doigts, atteints d'un snobisme illusionnel (un mot qui n'existe dans aucun de mes dictionnaires). Sa démonstration, qui manque singulièrement d'exemples valables, continue sur une batterie de jugements de valeur des logiciels en général et de Movable Type en particulier :

Les victimes se considèrent supérieures parce qu'elles ont réussi a installer un logiciel !

Biz doit avoir affaire régulièrement à un responsable informatique du type vicieux, malheureusement fort répandu. Moi je ne vois pas vraiment en quoi installer un logiciel me rendrait supérieur à quelqu'un d'autre. Evidemment, je suis sur Mac, où installer un logiciel consiste le plus souvent à faire un glisser-déposer, pas vraiment de quoi s'enfler les chevilles.

Il faut considérer les personnes atteintes du Syndrome du type amovible comme des victimes, car a cause de leur snobisme, elles sont réduites a utiliser une solution compliquée, peu flexible, et qu'il faut maintenir.

Confusion classique entre complexité et difficulté. Pour prendre l'exemple que je connais le mieux, MT est un logiciel complet, qu'on peut trouver compliqué mais qui est facile à installer parce que très bien documenté. Complexe est le contraire de simple, pas de difficile. L'argument de la flexibilité tombe à plat, mais peut-être quelqu'un pourra me dire ce qui est plus flexible qu'un logiciel qui a été proprement conçu pour être adapté au bon vouloir de son utilisateur. La maintenance est un critère à double tranchant, dans un cas (le logiciel) on doit s'en occuper soi-même mais on le fait à son rythme, dans l'autre (le service hébergé) on n'a rien à faire mais on subit les maintenances au rythme imposé par le fournisseur.

Complexe désigne aussi une pathologie comme, pour faire de la psychologie à deux balles, le complexe d'infériorité qu'on est tenté de flairer dans les propos de Biz.

Pour se justifier sans avouer ou sans s'avouer leur snobisme, les victimes mettent alors en avant d'autres mauvaises raisons : plus de fonctionnalités (très souvent faux), possibilités de modifier le code (en pratique, arrive très peu souvent : fréquemment, l'installeur n'est pas codeur), support des logiciels libres (comme bien des "supporters" des logiciels libres, les victimes n'ont pour la très grande majorité jamais participé elles-mêmes en codant, en traduisant la documentation, ou en envoyant des rapports de bugs détaillés. Le logiciel le plus communément installé, Movable Type, est de plus souvent considéré comme un logiciel libre alors qu'il n'en est rien), pas de problèmes lies a l'hebergeur de la plateforme de jouebs (la dépendance est reportée sur un hebergeur tout court) etc. etc. etc.

Il y a là à boire et à manger. Le nombre de fonctionnalités ne dépend effectivement pas de la forme adoptée (logiciel ou service). La possibilité de modifier le code, que j'entends aussi par la possibilité d'ajouter ou de modifier des fonctionnalités, ne demande pas nécessairement de modifier le code. Là Biz oublie les logiciels qui permettent l'ajout de plug-ins (cartouches ?), ce que je fais par exemple avec MT sans pour autant connaître le langage de programmation utilisé (en l'occurence Perl). Support des logiciels libres : le syndrome du Nunux a l'air intéressant mais il faudrait détailler un peu ce qui serait plus particulièrement propre à la blogosphère ici, et étayer l'affirmation que MT est souvent considéré comme libre (ce que je n'ai jamais vu jusqu'ici). Je ne connais en outre aucun développeur de logiciel libre qui s'attende (ni demande) que la majorité de ses utilisateurs codent, traduisent ou rapportent les bogues. Tous par contre trouveront que le nombre d'utilisateurs de leur logiciel est à lui seul une mesure de leur succès. Enfin, la remarque sur l'hébergement est un raccourci dangereux, puisque logiciel ou service, on est toujours dépendant de l'infrastructure d'un hébergeur ou d'un opérateur réseau si on héberge soi-même.

Au risque de m'en reprendre une couche sur le côté snob, pour ma part :

  • j'ai choisi MT après une comparaison personnelle, c'est-à-dire en fonction de mes besoins et pas de critères type supérieur/inférieur, de logiciels et de services
  • je continuer à comparer ce qui se fait, parce que la veille technologique est une composante essentielle de mon travail. Le fait d'utiliser un logiciel ne m'empêche pas d'apprécier les autres offres
  • j'ai préféré rester sur le mode mon nom de domaine + mon hébergeur + ma configuration logicielle personnelle parce qu'elle satisfait un besoin de pérennité, d'indépendance et de flexibilité. Ca ne veut pas dire que cette solution est LA meilleure du monde, juste qu'elle me convient bien
  • j'ai déjà modifié un poil le code de MT
  • j'ai proposé de participer à la traduction française de MT
  • je détaille les bugs que je trouve (pas tous et jamais avant d'avoir cherché d'abord si c'est déjà fait)

Pour finir sur la raillerie, je trouve que "type amovible" pour faire réference à Movable Type est la plus mauvaise traduction que j'ai jamais vu de fonte mobile.

Plus sérieusement, tout n'est pas faux dans le billet de Biz, et je conçois parfaitement qu'il puisse exister chez certains un sentiment de supériorité (contre balancé par un complexe d'infériorité chez d'autres) lié à leur capacité technique supposée ou réelle -- c'est vrai dans tous les métiers. Je trouve simplement que l'absence d'illustrations valables, les erreurs, les jugements de valeur et la partialité déservent complètement ce billet. A réécrire.

Un commentaire

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes