L'air conditionné serait mauvais pour le cerveau

Je n'arrive plus à me rappeler pourquoi je m'étais abonné au fil de Buzz Machine, mais je sais pourquoi je l'ai viré de mon aggrégateur aujourd'hui. Déjà, le racisme implicite ou explicite de certaines sorties et son humour de bas étage (je me rappelle clairement d'un de ses billets où il suggérait que grâce à la chaleur, nous avions enfin découvert les vertus de la douche, mais apparemment, il l'a retiré) m'avaient fait classer le sieur Jarvis dans la catégorie "connaissez vos ennemis".

Son dernier billet sur la canicule qui classe la France dans les pays sous-développés a été la goutte d'eau qui fait cliquer sur "unsubscribe". Quand on ne connaît pas le style du bonhomme, la question qu'il pose paraît fondée :

Can somebody explain how, in a civilized country, a mere heat wave can kill, by current estimates, 10,000 people? Good God.
Quelqu'un peut-il m'expliquer comment, dans un pays civilisé, une simple vague de chaleur, selon les estimations actuelles, peut tuer 10000 personnes ? Seigneur !

La perversité du propos tient dans le "une simple vague de chaleur". Ce que nous venons de vivre en France ces dernières semaines n'a rien de simple, ni dans son amplitude, ni dans sa durée, ni dans ces effets. Mais le plus gratiné, ce sont les commentaires sur ce billet. Si Jarvis est un personnage raciste et intolérant, ce n'est rien en comparaison du crétinisme réactionnaire de ses lecteurs (qui se ressemble s'assemble...). Quelques perles que je vous laisse apprécier parmi les "explications" de nos malheurs :

  • c'est la faute à leur "médecine socialisée"
  • ils gonflent les chiffres pour faire oublier leur économie désastreuse, leur scandales désastreux, leur diplomatie internationale désastreuse
  • Je ne comprends pas comment ils ne peuvent pas avoir de climatiseurs. Les français doivent être des poules mouillées
  • Ils cherchent peut-être à régler leur problème de retraite
  • Les français boivent beaucoup de vin... l'alcool est mauvais quand il fait chaud

Les rares personnes qui font preuve d'un tant soit peu de bon sens (s'il n'y a pas beaucoup de climatiseurs en France, c'est qu'on n'en a normalement pas besoin) ou de compassion (après le 11 septembre les français se sentaient américains, après les morts de la canicule, les américains les traitent de poules mouillées) en prennent pour leur grade.

Décidément, l'air conditionné ne rend pas plus intelligent.

Pour relativiser le débat, et prouver que tous les américains ne sont pas d'arrogants écervelés, lisez cet article de l'International Herald Tribune qui souligne que ce genre de chose arrive aussi aux Etats-Unis et que là-bas, on est plutôt prompt à rejeter la faute sur Dieu, excuse toujours bien pratique pour ne rien faire et exclure toute responsabilité politique. Et cet autre point de vue chez Crooked Timber.

Chez nous, je note non sans ironie que l'UMP Philippe Douste-Blazy (qu'on ne peut pas vraiment soupçonner d'être un chantre du socialisme) pointe que nous vivons dans une société de plus en plus égoïste. La faute à qui, à quoi ? Espérons que notre système social, après que la médecine ait expliqué qu'une personne agée peut réellement cuire au dessus de 42°C (faites l'essai avec un oeuf et dites-vous que le cerveau est encore plus fragile), découvre l'intérêt d'offrir des salles climatisées dans les hôpitaux.

Une chose me chiffonne cependant, c'est l'absence de l'influence de la pollution sur les décès dans le débat actuel en France. Cet aspect avait pourtant fait l'objet d'un début de polémique il y a un an ou deux. Et bien qu'on nous ait rabâché les oreilles sur le fait que les taux de pollution ont battu des records cet été, on ne blâme que la chaleur. J'ai l'intuition que la pollution, en particulier à Paris et d'autres grandes villes très polluées, tue. Mais si on venait à le prouver, l'actuel scandale de santé publique ne serait que du petit bois en comparaison. Il faudra attendre environ deux ans, le temps d'analyser les avis de décès, pour avoir plus de détails sur les causes des décès de cet été. D'ici là, on peut continuer à brûler du pétrole à gogo pour faire tourner l'économie, en plus ça fait vendre des climatiseurs, rien que du bonheur.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes