Radio plus (ou moins)

Alors que la BBC s'apprête à distribuer ses contenus en ligne, avec la volonté de les rendre aussi accessibles et libres que possible pour qu'ils soient réutilisés de manière créative (BBC Creative Archive), France Inter fait preuve d'une approche rétrograde du Net :

Inter a viré Winckler, celui qu'elle aimait présenter sur son site web, à la page des chroniques, comme son "ami". L'ami n'a pas fait le poids face à un lobby, énorme, celui de l'industrie pharmaceutique qui n'a pas apprécié de se faire égratigner, de bon matin, par un Martin Winckler en verve, comme à l'accoutumée. Sur le site d'Inter, plus une trace d'Odyssée, ni des anciennes chroniques : "Vérifiez votre saisie. Il se peut aussi que cette partie du site ait été déplacée ou supprimée".

Que Jean-Luc Hees vire un employé d'Inter, c'est son droit, et ce n'est ni la première ni la dernière fois que quelqu'un se fait remercier ainsi. On peut débattre de la méthode et des raisons, et si ce qui est publié sur Terre d'Escale est vrai, ce n'est pas à l'honneur de la première radio de France. Ce qui me choque directement, outre le sort personnel de Martin Winckler que j'appréciais en tant qu'auditeur de la station, c'est la censure sélective sur les archives.

Le Groupe Radio France ferait bien de s'inspirer de ce que fait leur homologue britannique et nous fournir de sérieuses archives au lieu de jouer au petit censeur en cachette.

2 commentaires

Faut dire aussi que Winkler faisait pas mal dans la provo au sein même de la rédaction...
Mais je le regrette quand même.

MW est bien un être bouffi de vanité. La visite de son site web en est la preuve flagrante, et son attitude en général ne font pas de lui un collaborateur de presse responsable. Un tel comportement et la propagande qu'il a déployé pour satisfaire son ego en tant que martyr relève d'une gaminerie lamentable. La question de censure n'est pas à trancher tout de go telle qu'elle semble aujourd'hui encore complexe. La question de savoir à qui s'adresse un droit de réponse ne se pose pas pour une antenne comme France Inter qui est avant tout une unité et des valeurs partagées. Ceux qui ne la partagent sont bien des erreurs de casting qui devraient jouer profil bas. Quant aux histoires de diffamations, MW ne s'est pas gêné pour faire hurler les loups autour d'une rédaction honorable. Et par ici la monnaie :) Traître, aussi ?

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes