Je connais cette voix

Ce matin sur France Inter, Pascale Clark reçoit Philippe Besson pour la publication de son quatrième roman, Un garçon d'Italie, et la sortie du film de Patrice Chéreau, adaptation de Son frère. Voix agréable (audio), exprimant son "déclic à l'écriture" provoqué par les lettres des poilus de la première guerre mondiale, son désir d'exprimer l'indicible, sa vision inintelligible d'un gamin de vingt ans obéissant à l'ordre de sortir de la tranchée sachant qu'il va peut-être mourir.

Je connais cette voix.

P.C. — Quand je lis votre CV, études de droit, passage à l'IFOP, très brièvement DRH à Libération, vous ne vous êtes pas emmerdé ?
Ph. B. — Non... j'ai aimé faire ça aussi... c'était des belles rencontres... faut pas renier ça.
P.C. — Si vous aspiriez à vivre de l'imaginaire, ça devait être dans le réel... de façon un peu consternante, non ?
Ph. B. — Oui, c'était très concret !
P.C. — Ça a pu nourrir ?
Ph. B. — Ah non, rien.

L'IFOP, c'est donc bien lui. Je le revois lors des deux entretiens que j'avais eu là bas, lorsqu'il en était le DRH. Souvenirs de quelqu'un d'agréable, à l'écoute, à la recherche des traits de caractère humains à défaut de pouvoir juger de compétences techniques. Ce portrait ne m'étonne pas, il m'amuse plutôt, comme la confirmation de ce que j'avais moi-même deviné (les entretiens, chez moi, sont toujours à double sens). Il m'avait fait une proposition (tout ce qu'il y a de plus honnête) que j'avais reçue en même temps que deux autres et déclinée pour aller chez Netscape.

Mes rencontres ? Coïncidences, croisements, collisions, compagnie. Que ce monde est petit et riche à la fois !

5 commentaires

J'engage à lire ses livres. Il y a une fluidité, une force dans son écriture qui est très intéressante. Tout du moins qui me touche, fortement. Son Frère (le film de Chéreau est nettement inférieur au livre, j'ai été déçu) et L'Arrière-saison sont hautement recommandables et recommandés.

Quand il dit "j’ai aimé faire ça aussi… c’était des belles rencontres… faut pas renier ça", tu crois qu'il te faisait un clein d'oeil perso à travers la radio ? ;-)

Je ne crois pas, ce serait super présomptueux ! En plus j'imagine qu'il ne doit plus se souvenir de moi. Mais j'ai apprécié le personnage, et j'imagine qu'il était apprécié aussi là où il travaillait.

Tiens, à propos de coïncidences, voilà que je retombe chez toi en cherchant si Philippe Besson dont le site officiel semble un peu pas tout à fait à jour, se rendait ces jours-ci dans quelques librairies parisiennes. :-)

Les souvenirs que tu as de lui sont fort justes. Je lui dois une fière chandelle simplement parce qu'il est justement à l'écoute des autres, se souvient souvent, je crois, des gens croisés (peut-être de toi aussi, quoi que tu en penses). Je lui dois aussi de bons moments de lectures même si fréquemment j'ai râlé (je le trouve trop "gentil", pas assez dans le vif coupant du sujet, ce à quoi il répond imparablement qu'il n'écrit pas pour désespérer les gens mais au contraire. Cela dit, "Son frère" est formidable et dans son nouveau roman, "Un homme accidentel" il a fait ... euh ... un effort.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes