Fipronil et fripouilles

Parmi les choses qui me hérissent chez les politiques, il y a le manque de courage, l'indécision, l'incohérence, le clientélisme... la liste est longue et l'affaire du Régent nous en fournit un catalogue sidérant.

La justice s'en mèle mardi 17 :

La société BASF Agro et son président, Emmanuel Butstraen, ont été mis en examen, mardi 17 janvier, par le juge Jean Guary, qui enquête à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) sur les causes d'une surmortalité survenue dans des ruchers du Sud-Ouest de la France, au printemps 2002.

Le magistrat a de surcroît ordonné la suspension de la commercialisation du Régent, un enrobage insecticide soupçonné d'avoir des effets mortels sur les abeilles.

C'est seulement hier lundi que le ministre de l'agriculture, Hervé Gaymard, se décide à suspendre la vente des produits à base de Fipronil, principe actif du Régent. Décision qu'il qualifie de « principe de précaution proportionné » en l'associant aussitôt de l'autorisation d'écouler les stocks (juste avant les semis de printemps) au prétexte que le code rural le permet ! Belle marque de précaution et de proportionnalité, en effet. Je me joints à la fureur des apiculteurs, qui ne manquent pas de faire remarquer que la rémanence dans le sol de ce produit est de trois ans et qu'on n'est pas prêt d'en voir la fin. C'est d'une stupidité consternante, comme principe de précaution, mais pourquoi attribuer à la stupidité ce qui s'explique plus simplement par l'argent ?

Parmi un florilège de dérives et de malversations, je vous laisse apprécier cet article du Point sur les ravages du Régent :

En réalité, le Régent n'a obtenu en 1995 qu'une autorisation provisoire de vente (APV), renouvelée depuis à trois reprises. Ce qui est interdit, tout comme de délivrer une APV à un produit phytopharmaceutique, car cela évite quelques investigations scientifiques indispensables. Mieux, dans le cas d'un produit classé « Toxique plus » comme le Régent, un arrêté interministériel est nécessaire. Or, à ce jour, on n'en trouve nulle trace. Bilan : le Régent ne peut être utilisé en aucune manière, sauf à accepter de violer l'ensemble de la réglementation.

Alors, comment expliquer l'attitude du ministère de l'Agriculture ? [...] [L]e fipronil est l'un des trois produits stratégiques de Rhône-Poulenc qui, à l'époque, s'apprête à être racheté par Bayer pour devenir Aventis.

Tout ceci est à rajouter au discrédit du politique (mais pas de la politique).

Je rêve de voir une nouvelle génération de politiques pour qui " gouverner c'est prévoir " ne serait pas un dicton vide de sens, qui saurait naviguer autrement qu'à vue et changer de cap avant de se prendre le mur. En attendant, on se rappellera que la justice, les journalistes et la vigilance citoyenne sont des piliers absolument essentiels de la démocratie.

3 commentaires

quand gaymard était ministre de la santé (ou approchant) en 1996, tout le rpr lui tombait dessus, tellement il disait des conneries et surtout, ça se voyait. il faisait chambre d'écho pour les labos.

qu'il fasse aujourd'hui chambre d'échos pour la fnsea, et les marchands de traitement et de semences ie de mort ne peut pas surprendre.

Une précision : Rhône-Poulenc s'est mis avec Hoescht pour faire Aventis. Et Bayer a racheté en 2002 Aventis Crop Science pour créer Bayer Crop Science.
(l'historique des boites de chimie c'est schizophrénique donc on va dire que c'est pas grave qu'on nous raconte encore n'importe quoi)

Et oui ! malgré 4 transactions concernant le Fipronil dont la dernière entre Bayer et B.A.S.F. pour 1,18 milliard d'€uros, personne,parmi nos dirigeants et nos hauts fonctionnaires, n'aurait remarqué que ce produit ne possédait aucune autorisation légale. Incompétence,attentisme, complicité,duplicité, cupidité, corruption, voici en quelques mots, les maux qui gangrennent notre administration. Mais, à part çà, dormez braves gens, tout est calme.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes