Vivons heureux en attendant...

J'allais écrire une parodie dans le style du collègue, mais il m'a devancé (j'étais sûr et certain que ça l'inspirerait, il est imbattable), alors on va la faire courte.

Les viticulteurs sont furieux, les campagnes de lutte contre l'alcool au volant sont d'après eux coupables de la baisse des ventes de vins. Boire ou conduire, quand on n'avait pas à choisir, c'était vachement mieux !

Inquiétude chez les oncologues. Car si les viticulteurs arrivent à nous refaire picoler, le nombre de cancers va diminuer. C'est le fameux paradoxe français. On risque donc de les retrouver dans la rue au motif qu'on leur retire leur outil de travail.

Et mon généraliste qui se plaint de plus belle. Avec toutes ces campagnes irresponsables pour nous faire manger mieux et marcher vite, tout ça pour réduire les maladies cardio-vasculaires, il voit de moins en moins de malades. Ca va nous foutre en l'air la sécu ça madame !

Et je ne vous parle pas des buralistes, un beau métier de proximité qu'on va faire disparaître en coupant l'oxygène aux fumeurs.

Quant à moi, vous m'excuserez, il faut que j'aille voir mon banquier pour préparer mes vieux jours. Parce qu'avec l'inconscience crasse des hommes politiques à vouloir nous faire vivre de plus en plus vieux, il va bientôt y avoir plus de retraités que d'actifs dans ce pays.

3 commentaires

Interrogé par un journaliste télé sur l'influence des campagnes contre l'alcool, un restaurateur a été obligé de reconnaitre qu'il vendait beaucoup moins d'alcool aux repas, maintenant. Et de rajouter, toujours avec le même air peiné : "Quasiment plus que des vins de qualité, en plus". Parce qu'ils osaient servir de la piquette, avant ?
Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire, mais certainement parce que j'ai un mauvais fond...

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes