L'affaire Charm el-Cheikh

RadioCockpit revient sur la couverture médiatique de l'accident de Charm el-Cheikh et les dessous fortement nauséabonds de cette triste affaire :

Tout se déroule comme s'il était plus ou moins prévu que, le temps passant, personne ne sache jamais ce qu’il s’est passé à Charm el-Cheikh. Sauf peut-être le BEA, qui se gardera bien d’en parler, pour des raisons liées au droit international : il est en quelque sorte un sous-traitant technique du pays d'occurrence de l'accident, et un sous-traitant doit surtout se taire.

Silence encouragé par des raisons purement politiques : nous avons un bon client appelé Egyptair, et Flash Airlines est notoirement connue pour appartenir aux proches du pouvoir en place sur les bords du Nil. On ne vous fait pas de dessin, mais il ne faudrait surtout pas contrarier la famille la plus en vue là-bas...

Ensuite, comme le souligne le Figaro, les droits de trafic entre la France et l'Égypte sont en cours de discussion. Il ne faudrait pas que la franche camaraderie qui règne autour de la table de négociations soit entachée par une stupide enquête dérangeante sur les raisons du décès de 134 touristes qui n’avaient pourtant rien demandé à personne.

Enfin, il faut avoir le courage de dire que cela ne ferait pas l’affaire de FRAM et de ses confrères. Leur politique d’achat à bas prix, systématiquement inférieur au coût le plus bas possible des compagnies européennes, impose la mort du transport aérien selon nos normes de sécurité, car cette sécurité a un prix incompressible, et incompatible avec la fuite en avant d’un secteur bousculé par les nouvelles technologies et les ventes directes.

Luxor Air, qui a été un autre fournisseur de FRAM et qui a sévi quelques semaines après Charm dans le centre ville de Nantes est un bel exemple de récidive pour ce TO, qui ne s’est pourtant jamais réellement interrogé publiquement sur ses choix en matière de transporteur aérien…

Ce puissant lobby devrait être quelque peu calmé par le gouvernement, sous pression dans cette affaire. Mais au vu des convergences d’intérêts, il est clair que les passagers devront attendre encore un peu pour savoir avec précision qui les transporte quand ils quittent le T3.

Un ami m'avait parlé de tout ça bien avant que le Figaro ne se décide à jeter ce pavé dans la mare glauque des petites et grandes compromissions politiques.

7 commentaires

Cette affaire n'a pas fini de secouer les belles relations franco-égyptiennes et arabes dans son ensemble. La situation est d'autant plus tendue que l'Egypte sert de tête de pont à notre diplomatie pour faire libérer les deux journalistes français pris en otage en Iraq. Le monde est petit mais toujours attristant quand les politiques jouent les empêcheurs de tourner en rond. On en reparlera... et heureusement.

Si l'Egypte admet 10 mois après le crash la présence d'un troisième homme dans le cockpit, je pense que nous ne sommes pas au bout de certaines suprises. Dans la continuité de cette triste affaire, je vous invite à lire les commentaires pertinents de Pascal Pagnoux, rédacteur en chef de Tourismexpress.info. Attention le lien n'est pas permanent, mais reste consultable par le moteur de recherche du site en tapant "time is no money" : http://www.tourismexpress.info/sommaire_ok_040622.php?1

La cause de l'accident est bien connue des milieux informés mais ne pourra jamais etre rendue publique pour des raisons politiques. Cela releve du secret d'état !

Les bagages et containers n'étaient tout simlement pas arrimés en soute. Apres le décollage tout est parti vers l'arrière.
Décrochage et départ en vrille.

La société de service de l'aéroport de charm el cheikh, qui a le monopole de la manutention et du chargement des bagages, appartient au fils du président Moubarak.

D'ou le black-out total total sur cette description des faits , pour d'évidente raisons de politique et relations internationnales.

SECRET D'ETAT

Certes ça restera un secret d'état, mais depuis quand le 737 est équipé de containers, mis à part en version Quick Change ou tout cargo ?
Pour ma part j'en reste à la théorie du troisième homme.

il s'agissait tout simplement d'un attentat mais vu que l'egypte est un pays tauristique on c'est tu pour d'autres attentat c'est la meme chose le meme procede on etouffe on dit le plus simplement que c'est une bonbonne de gaz ou un accident d'avion et cela arrive trop souvent pour des raisons tauristiques economiques risques de trouble communautaire etc.

il s'agissait tout simplement d'un attentat mais vu que l'egypte est un pays tauristique on c'est tu pour d'autres attentat c'est la meme chose le meme procede on etouffe on dit le plus simplement que c'est une bonbonne de gaz ou un accident d'avion et cela arrive trop souvent pour des raisons tauristiques economiques risques de trouble communautaire etc.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes