Vote électronique : quels moyens de contrôle ?

Le JDN vient de publier un article intitulé E-vote : quels moyens de contrôle ? dans lequel votre serviteur a l'honneur d'être cité par deux fois. L'idée qu'il est impossible de contrôler une boite noire commence à faire son chemin, et surtout perce enfin le plus inquiétant : quid de ce qui ne se voit pas ?

Oublions un peu les théories du complot pour ne garder ce qui a été maintes fois démontré : les machines les plus répandues et les processus qui les entourent ont été pris en défaut à de nombreuses reprises, qu'il s'agisse de bogues, de trous de sécurité, de pannes, de failles dans leur manipulation ou d'erreurs grossières de conception. Tous ces problèmes sont comme autant de portes ouvertes à une fraude qui a bien plus de chances de se passer à l'échelon politique local qu'au quartier général d'un parti ou d'une entreprise privée. Pour un bogue absurde, comme ces machines qui commencent à effacer les votes à partir du 3000ème alors qu'elles sont vendues pour en enregistrer plus de 10000, combien de failles seront savamment exploitées par des fraudeurs sans que personne ne puisse ni détecter la fraude, ni avoir le moindre moyen de récupérer les votes réellement exprimés ?

Si ma mémoire est bonne, il y a eu fraude électorale à Paris lors des dernières élections municipales (l'affaire des électeurs fictifs du RPR, par exemple). La France a une longue "tradition" en la matière, et l'on serait bien mal avisé de croire qu'introduire des systèmes moins fiables n'ouvrira pas la voie à un nouveau type de fraude tout aussi opaque que les machines qui la rendront possible.

En matière de fraude, ce qui ne se voit pas n'existe pour ainsi dire pas. Pas vu, pas pris. Voilà pourquoi il me semble évident, qu'au minimum, tout système de vote doit pouvoir être contrôlé par n'importe quel citoyen et qu'il doit laisser pour chaque électeur une trace infalsifiable et vérifiable a posteriori. Je ne sais pas pour vous, mais je vais sérieusement regretter l'urne en plexiglass.

Pour les lecteurs égarés sur ce weblogue, j'ai reclassé mes billets traitants du sujet dans la catégorie vote électronique.

4 commentaires

C'est marrant, je viens de penser à toi en lisant l'article suivant :
http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=1878
La source est subjective, mais l'article reste troublant.

Nul doute que la fraude artisanale autorisée par les urnes en plexiglas sont nettement moins conséquentes que la fraude industrielle à l'aide d'une faille et d'un script. D'ailleurs une question toute simple ne consiste pas savoir si une personne a bien voté mais plutôt de savoir si la trace numérique qu'elle laisse correspond à son vote, et le tout en lui préservant son anonymat. D'un point de vue purement logique, ça parait tout à fait impossible. Et s'il s'agit de maîtriser les fraudes en amont du vote (les inscriptions sur les listes), la présence d'une boîte noire n'y changera rien. La démocratie a un prix que l'on doit accepter si on veut le préserver.

"savoir si la trace numérique qu'elle laisse correspond à son vote, et le tout en lui préservant son anonymat. D'un point de vue purement logique, ça parait tout à fait impossible"

Ah ah, Saint Thomas le Fred. Bin non, c'est possible. Voir cette démonstration.

Hum tu es même cité dans .Net de décembre 2004 au détour d'une brève sur les élections us ;)

en tous cas j'espère que tu nous es revenu tout bronzé !

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes