Navipago

En des temps immémoriaux (du point de vue de l'histoire de la blogobille, ParisCarnet n'existait même pas, c'est dire !) je vous disais qu'on n'arrête pas le progrès à la RATP et vous exposais les joies du passe Navigo.

Dans ce billet, je vous faisais bénéficier de mon immense clairvoyance (des fois je me dit que je ne mérite pas) en prédisant la disparition progressive de l'infâme barrière à billets. Or doncques, les stations parisiennes qui n'ont pas de portillon exclusif Navigo se font de plus en plus rares, le piège se referme lentement sur ces formes de vie dénuées de sens commun que sont les pousseurs de carton (que Fulgence Bienvenüe aie pitié d'eux). Signe que les lemmings ont un vague sens de l'observation (ce qui est parfaitement contre-intuitif quand on voit leur incapacité à se déplacer ou s'orienter de manière cohérente), ils sont de moins en moins nombreux à jouer les poules qui ont trouvé un couteau, le ticket à la main et l'air à la con devant le portillon Navigo.

Eh bien chers amis, en espérant que je vous ai fait bien rire, je me dois d'avouer que ce soir, à la station Charles de Gaule - Etoile, je me suis fait piéger par surprise. J'aurais dû me méfier de cette barrière, car elle montrait bien le signe évident de ces barrières qui vous coincent dans leur tourniquet arthritique qui ne revient jamais en place sauf au moment où vous validez votre titre de transport pour mieux refuser de s'ouvrir ensuite. Ca n'a pas raté, alors que la barrière passe au vert dans un petit bip de contentement, paf ! je me ramasse dans le portillon pendant que le tourniquet signale à mes cuisses son refus le plus strict de bouger d'un poil. Regard penaud vers les quatre lemmings derrière, "désolé, je vais repasser le pass, s'pas ?". Et là, consternation, une croix rouge et un "blèèèh" rauque me signalent que cette barrière refuse mordicus de me laisser passer. Les lemmings, en rang d'oignon, se décalent sur la barrière d'à côté. Moi aussi, mais même motif, même punition, celle-là non plus ne me laisse pas passer.

J'ai dû me résoudre à l'impensable. Sortir le coupon de secours, et, enfer et putréfaction, le pousser dans la fente ! La honte.

Tout ça parce qu'un crétin a changé le paramétrage jusqu'ici en vigueur qui permettait de passer plusieurs fois le pass pour se sortir de ce genre de situation. J'imagine bien que certains utilisent cette possibilité pour frauder (que Fulgence Bienvenüe les maudisse), mais quand on voit la quantité de barrières défectueuses dans le métro, c'est d'une stupidité sans nom.

Ironie de l'histoire, en sortant à la station Alexandre Dumas, j'ai vu un pauvre garçon coincé entre le tourniquet et la porte se contorsionner pour repasser son pass Navigo sur le bouzin mauve. Heureusement pour lui, la barrière a bien voulu lui accorder une seconde chance. Il reste de l'espoir.

8 commentaires

Moi je me suis fait avoir il y a une semaine car mon pass était simplement "usé" et m'a laché entre deux portillons dans les halles. Apparemment c'est un soucis classique, ils sont censés durer 4 ans mais au bout de un an ou deux, il est très (trop) courant que les pass rendent l'âme. Et le coupon ne fonctionnait pas, la bonne femme de l'agence m'a expliqué que c'était uniquement lorsqu'un portillon n'était pas équipé ou défectueux... (donc je ne comprends pas comment tu as pu utiliser le tien...) Sinon le principe est plutôt pas mal...

C'est sans compter sur le pire du pire : le nouveau "passe navigo avec la carte orange" en test actuellement dans le 12e arrondissement et pas ailleurs. Il n'y a même plus de coupon de secours ! C'est le saut sans parachute, la navigation sans gilet de sauvetage. Je n'ose imaginer ce qu'il adviendra de moi le jour où le fréquent "blèh - pass non reconnu" s'avèrera irrémédiable.

Matoo, elle s'est moquée de toi, ou alors ils ont pour consigne de dire ça pour éviter la fraude. Tu peux utiliser ton coupon en même temps que le pass sur n'importe quelle barrière qui prend les billets.

Ras le bol du Navigo ! À la station Concorde, entrée rue Saint-Florentin, il y a un passage réservé Navigo, et 3 pour les coupons. Alors quand il y a un tourniquet en panne, il n'en reste que deux comme ce soir et c'est une pagaille épouvantable. D'autant plus que plein de touristes avec leur vrai billet bloquent l'entrée du portail Navigo, médusés de ne pas trouver de fente. J'envisage des campagnes de sabotage des portails réservés aux Navigogos.

Je hais Navigo.

Quand est-ce qu'on réalisera que le métro est essentiel à la vie dans la métropole et qu'il devrait être accessible à tou-te-s sans avoir besoin de montrer qu'on a suffisament d'argent pour l'utiliser ?

C'est tellement pénible ces tourniquets, en plus de couter des sommes colossales.

Je suis abonné au passe Navigo depuis deux mois et j'avoue qu'après une période d'adaptation plus ou moins physique pour viser les bons tourniquets, je suis un "navigien" heureux. ;-)

L'avantage de Navigo partout c'est que ca ajoutera une bonne raison aux provinciaux de ne jamais venir à Paris. Plus de métro pour les pousseurs de carton, plus de ploucs dans le métro.
J'avais déjà un peu pris cette décision lors de mon dernier Paris tour...

le passe navigo ne vous quitte plus...
je ne peux pas résilier mon contrat
suis prés de Brou
en pleine cambrousse
je ne peux pas faire un recommandé
suis prés de Brou
et la poste est loin
et je n'ai plus de voiture depuis longtemps
et plus de logement non plus
je ne peux pas aller dans une agence
le prix du billet pour Paris-st-lazare
ne me laisserait rien pour payer ce passe navigo dont je n'ai plus besoin et qui vampirise.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes