De la rumeur et des (pauvres) pommes

De la rumeur contre le secret industriel, de la liberté d'expression du petit pot de terre contre les intérêts du gros pot de fer capitaliste, que sais-je encore, la blogosphère n'a pas manqué encore de faire jouer sa caisse de résonance contre la décision d'Apple de démarrer une action juridique contre le site Think Secret, à défaut de savoir raisonner sur le bien fondé d'une telle action.

J'ai bien envie de hurler, mais pas avec les loups. Plutôt avec les quelques très rares personnes qui ont une vue un peu réfléchie du problème. Par exemple avec Dave Taylor qui rappelle fort justement les obligations de confidentialité qui s'imposent aux développeurs, ou avec l'incontournable John Gruber qui explique admirablement bien dans Plugging Leaks et Rumor Games non seulement les raisons pour lesquelles Apple doit défendre ses intérêts mais également démoli une par une les idioties qu'on peut voir ici où là.

J'ai pu assister en direct et de l'intérieur au changement de stratégie d'Apple lorsque Steve Jobs est revenu. Sous le règne Amélio, Apple "fuitait" comme un panier percé. C'était voulu, et à mon avis fondé sur la fort stupide politique de la terre brûlée chère à l'industrie de l'informatique : annoncer des nouveautés avant ses concurrents dans l'espoir de geler des décisions d'achat et ainsi impacter leurs ventes. Cette politique n'a eu que des effets négatifs pour Apple, simplement parce que les gens se forgent une certaine idée d'un produit à partir d'une annonce et qu'ils sont fatalement toujours déçus quand le vrai produit (ou son prix) ne correspond pas à leur attente, et l'image qu'ils s'en sont forgé est d'autant plus décalée que le temps passe entre l'annonce et la livraison du produit. C'est exactement le même mécanisme pour une rumeur, c'est en fait souvent pire. On jettera par ailleurs un voile pudique sur l'incapacité de l'Apple d'avant 1997 à concrétiser toutes ses promesses. Steve Jobs a parfaitement compris les risques de cette politique et a entrepris, avec succès, de poser une chape de plomb sur les travaux de recherche et développement d'Apple. Il veut maîtriser au mieux le calendrier et la forme des annonces de nouveautés, et il y parvient relativement bien. C'est son droit le plus strict, et je trouve qu'il a parfaitement raison de le faire, comme de se donner les moyens de faire respecter cette politique, même en s'attaquant à ceux qui essayent de la contourner par tous les moyens.

Je ne travaille plus chez Apple (et je le regrette ;-) mais je suis toujours membre du programme développeur, qui me donne accès en avance aux futures versions de logiciels Apple. Au cours des dernières années, j'ai vu la politique d'Apple se durcir, et le nombre d'applications et de versions disponibles diminuer comme peau de chagrin. Je trouve profondément navrant de voir qu'Apple devient de plus en plus réticent à nous montrer ses nouveautés à cause d'une poignée de crétins sans scrupules.

Think Secret a besoin d'Apple mais l'inverse n'est pas vrai. Que certains blogueurs aient besoin de rumeurs pour tambouriner dans la blogosphère, ça c'est encore un vaste débat qu'il vaut mieux que je n'aborde pas en étant énervé...

P.S. d'autant plus que je dois admettre qu'il m'arrive moi aussi de hurler avec les loups, ce dont je ne suis pas particulièrement fier. Tourner sept fois ses doigts...

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Billets plus ou moins similaires

Archives mensuelles

Notes récentes

  • Un repas de fête

    Un repas de réveillon improvisé et entièrement fait maison, à quatre mains : En apéritif, des bretzels (graines de pavot, sésame et mélange de graines...

  • Une simple question d'égalité

    L'indifférence est pire que la haine. En particulier l'indifférence de cette fameuse catin qu'on appelle « opinion publique ». L'avantage des opinions anti-mariage pour tous...

  • François, sans filtre

    Hier matin, un homme bien ne s’est pas réveillé. Un hommage sans filtre à un François, par celui grâce à qui j'ai eu le plaisir...

  • Ce qu’il faut pour être heureux

    Ce qu’il faut pour être heureux Il faut penser ; sans quoi l’homme devient, Malgré son âme, un vrai cheval de somme. Il faut...

  • La Nouvelle Calédonie en 6 minutes

    À huit jours du second tour de l'élection présidentielle française 2012 (cuvée « Casse-toi pov’con ! »), je voudrais partager cet aperçu de la Nouvelle-Calédonie...