Nofollow : suivre ou ne pas suivre

L'attribut de lien nofollow nouvellement introduit par Google et consorts (explications pour geek, traduction pour neuneux) fait partie de ces sujets qui ne peuvent provoquer qu'une réaction pavlovienne de la blogosphère : la polémique !

Nous avons ici affaire à une polémique inflammatoire geekoïde endoblogosphérique, a priori bénigne. Je m'explique. On peut observer trois groupes : les pour, les contre et une immense majorité de gens qui s'en moquent royalement parce que c'est un truc de geeks (ce dont la plupart des gens qui sont dans les deux premiers groupes n'ont pas conscience). Les deux premiers groupes sont composés quasi exclusivement de blogueurs, les autres étant des spammeurs ou des vendeurs de cuisines reconvertis dans le référencement dans les moteurs de recherche (eh oui, quelques uns ont malheureusement survécu à l'éclatement de la bulle). Pour le troisième groupe, il s'agit d'une tempête dans un verre d'eau.

J'ai parcouru le web en long en large et en travers, et je n'ai encore vu nulle part un argument qui pourrait me convaincre que l'attribut nofollow est mauvais en soi, ni qu'il n'aura aucune influence sur le spam de commentaires. Dans le camp des contre, j'ai surtout parcouru des kilomètres de FUD (Fear Uncertainty and Doubt : peur, incertitude et doute). Plus je lis les avis ici où là, plus je suis convaincu que la plupart des gens qui sont contre sont simplement victimes de leur résistance au changement, de la confusion qu'ils font entre le web dans son ensemble et la vue que Google leur en présente et enfin de leur incapacité à raisonner au-delà du court terme. Voici une compilation, certainement non exhaustive, des arguments qui reviennent de manière plus ou moins récurrente et mes réponses.

Il n'y a pas eu de discussion avant que Google et ses amis n'imposent ça au monde entier.

Comme le dit Jay Allen, je ne sais pas sur quel internet certains sont branchés. Des centaines de personnes ont discuté de ce problème depuis des années, notamment sur le constat que le spamming de commentaires prend sa source dans le fait qu'il est possible de manipuler le PageRank de Google très facilement. Comme Derek Powazek, je pense qu'il appartenait à Google de faire quelque chose pour rendre son système moins vulnérable, du moins d'en offrir la possibilité à ceux qui ont le contrôle sur le contenu de leur site. Je souhaitais même un peu plus de contrôle, comme Brad Choate.

Il y a de meilleures méthodes contre le spam, il suffit de placer un CAPTCHA dans le formulaire de commentaire.

J'ai lu cet argument à peu près partout. Pour moi, dans cette discussion, c'est un peu l'équivalent du point Godwin, je n'ai plus envie de lire le reste de l'argumentaire. L'invocation du CAPTCHA montre seulement que le commentateur est à court d'arguments ou ne sait pas de quoi il/elle parle, ne connaît pas les problèmes d'accessibilité que cela pose, ni le fait que ce système est déjà facilement contourné par les spammeurs (voir Wikipedia à ce sujet). Remplacez CAPTCHA par filtre bayésien, listes noires, filtrage, modération, etc. S'il existait déjà une méthode efficace et universelle contre le spam de commentaires, ça se saurait depuis longtemps. Je ne parle pas de la recette que vous avez appliquée sur votre propre blog, j'en ai une moi-même qui me protège du spam automatisé depuis de longues semaines, ces recettes restent vulnérables et ne diminuent en rien le flot de spam que mon serveur et le vôtre reçoivent tous les jours.

Les spammeurs cherchent du trafic, ils continueront de spammer pour placer des liens pour qu'on clique dessus. Et si les spammeurs ne peuvent plus jouer sur le positionnement de leurs sites, ils vont spammer de plus belle tous les blogs pour jouer sur les clics.

Personne, absolument personne du côté de Google et consorts n'a jamais prétendu que l'attribut nofollow allait être la seule et ultime arme contre tout le spam. Le consensus est cependant très large pour estimer que les spammeurs font ce petit jeu pour abuser les moteurs de recherche, car leur trafic provient en priorité de ces moteurs, pas des clics au fin fond de pages de commentaires de blogs. Regardez le type de spam que vous recevez et demandez-vous si vous cliqueriez sur les liens qui y sont. Tels qu'ils sont conçus aujourd'hui, ces commentaires sont là pour augmenter le positionnement sur des mots-clés très spécifiques, type viagra, cialis, etc. (vous connaissez la liste). Les gogos qui sont à la recherche de ces mots-clés les trouvent dans Google, pas dans les commentaires de votre blog ! Si les spammeurs changent leur fusil d'épaule pour jouer sur les clics, alors ils vont devoir se creuser un peu plus la tête pour rédiger leurs commentaires afin d'encourager le clic. Pour ce faire, ils vont être obligés de se rapprocher des tactiques du spam par e-mail, or les filtres bayésiens (comme ceux que vous pouvez connaître dans Spam Assassin, Thunderbird ou Apple Mail) excellent à filtrer ce type de spam, alors que leur efficacité est plus faible sur les spams à base de liens purs. L'observation d'un changement de texte dans les spams à l'avenir signalera alors un changement de tactique des spammeurs.

Les blogueurs responsables n'ont pas besoin de ça car ils ne laissent pas les spams perdurer sur leurs blogs. Le problème vient de tous les blogs qui sont laissés à l'abandon et qui servent de terrain de jeu aux spammers.

Les blogueurs responsables, et qui ont le temps de faire le ménage dans leur blog en permanence, n'ont effectivement pas forcément besoin de ça. L'autre argument est contestable, car s'il est vrai qu'il existe de vrais terrains de jeu pour les spammeurs dans les blogs laissés à l'abandon, mon intuition est que les gens qui abandonnent leur site l'ont très probablement créé sur l'une des grandes plateformes de blogging gratuites. Or ces plateformes vont implémenter le nofollow par défaut, rendant ainsi ces espaces inutiles pour les spammeurs. De plus ces blogs ont un PageRank quasi nul donc sont déjà peu intéressants pour les spammeurs, et je doute que ce type de blogs aient beaucoup d'audience, ils ne sont donc pas non plus efficaces en terme de clics.

Tout ceci est une conspiration du Grand Capital, dont Google est le valet, pour dévaluer les blogs au profit des grandes sociétés qui veulent que les blogueurs disparaissent à nouveau dans les lymbes de Google, dès fois qu'ils écriraient de mauvaises choses contre elles.

On ne rit pas, j'ai lu ça (ou quelque chose d'approchant) dans un commentaire ici (inclure ici un "Bwahahahaha !" sonore). Mon petit doigt me dit que ça ne va pas changer grand chose pour les blogueurs qui publient des choses intéressantes, mais que ceux qui ne publient de liens que dans les commentaires qu'ils laissent chez les autres risquent effectivement d'en pâtir. A ma connaissance, Google retourne des résultats d'abord en fonction du texte qui est indexé, et le nofollow n'y change rien car il y a de grandes chances que le texte à l'autre bout du lien, s'il est légitime, soit par ailleurs déjà indexé par Google.

Nofollow pas bon n'en mangez pas, mauvais, scandaleux, invention du diable, fin de la blogosphère, fin du monde ! Râle, râle, râle, râle (ad libitum)...

Google n'a rien inventé de nouveau avec l'attribut nofollow. Depuis des années, il est possible d'interdire à des moteurs de recherche d'indexer soit tout ou partie d'un site (c'est le protocole d'exclusion des robots, le fameux fichier robots.txt), soit d'indexer le contenu d'une page ou de suivre les liens qu'elles comporte (c'est la fonction du tag META robots avec les valeurs noindex et nofollow). Ce que l'attribut nofollow introduit, c'est un degré de finesse supplémentaire, au niveau d'un lien individuel. C'est tout ! Si les détracteurs du nofollow étaient logiques avec eux-mêmes, ils devraient rejeter en bloc tous les mécanismes d'exclusion des moteurs. Pourquoi ne le font-ils pas ? Parce qu'ils ne comprennent pas qu'on vient de leur donner plus de choix !

Cyril Fievet a mis le doigt sur la notion de hiérarchie entre liens, qui n'a aucune raison d'être aussi manichéenne que le prétendent la plupart des détracteurs du nofollow :


  1. les liens que je place dans mes billets


    1. ceux que je traite normalement

    2. ceux que j'affuble délibérément d'un nofollow parce que je ne veux pas contribuer à leur positionnement


  2. les liens que d'autres que moi placent sur mon site, via des commentaires ou des liens croisés


    1. les liens que je décide de traiter normalement car ils sont légitimes et apportent quelque chose à la discussion

    2. les autres liens, sur lesquels je mets une capote tant que je n'ai pas décidé qu'ils apportent quelque chose à la discussion


Mon sentiment est qu'une gestion fine du nofollow va en fait apporter un plus au blogeur : la possibilité de favoriser les contributeurs qui participent vraiment à la vie de son blog. Il n'y a pas de "droit au PageRank", il n'y a aucune magie immanente des liens comme le prétend Benoit. Le PageRank est par essence un système élitiste qui donne du poids à une page (et par conséquent à son auteur) parce que d'autres ont, en quelque sorte, voté en sa faveur en la pointant du doigt par un lien. Je trouve, personnellement, anormal qu'il suffisse de laisser un commentaire sans valeur quelque part pour avoir automatiquement le même effet que si le récipiendaire du commentaire faisait consciemment un lien vers mon site pour exprimer son intérêt pour ce que j'écris. J'ai la faiblesse de croire que j'ai gagné mon PageRank par le contenu que je publie et les liens qu'il a suscité plus que par les commentaires que j'ai pu laisser chez d'autres.

Nous sommes responsables de ce qui est publié chez nous, et le nofollow nous permet d'être des éditeurs plus actifs dans le tissage d'un web dont les liens ont une valeur sur laquelle nous pouvons agir. Voilà une utilisation qui va bien au-delà de la lutte contre le spam. Je trouve affligeant que les mêmes qui fustigent le côté robotisé de Google se plaignent quand on leur fournit enfin un outil qui va permettre à des humains d'affiner la valeur de chaque lien, un par un ! Quels cris d'orfraie vont-ils pousser lorsque Google se décidera à analyser d'autres attributs comme XFN ?

Je réaffirme donc ici que l'attribut nofollow est utile dans la boite à outils du webmestre, que je pense qu'il contribuera à nettoyer les index des moteurs de recherche à condition qu'il soit utilisé de manière responsable par ceux qui publient sur le web, et qu'il aura une influence positive sur la diminution du spam automatisé à grande échelle des commentaires et des liens. Mais il est primordial que les éditeurs de logiciels de blog donnent rapidement à leur utilisateurs les moyens d'affiner leur utilisation de ce nouvel outil au-delà d'un simple tout ou rien manichéen.

6 Trackbacks

Je viens de lire le billet de Padawan sur le nofollow, j'ai trouvé intéressant d'en faire un lien ici en complément de mon précédent post à ce sujet. Nofollow : suivre ou ne pas suivre L'attribut de lien nofollow Lire la suite

BlogRoll Reloaded depuis § Cyrille Grobost Blog sur 25 janvier 2005 22h51

Je pense que la mise en place du Lire la suite

Voici la hi�rarchie entre liens imagin�e par Fran�ois Nonnenmacher : les liens que je place dans mes billets ceux que je traite normalement ceux que j'affuble d�lib�r�ment d'un nofollow parce que je ne veux pas contribuer � leur... Lire la suite

01/02/2005 - NoFollow, bis repetita depuis Embruns > Journal de bord sur 1 février 2005 13h52

Je lis, ici et là, que "NoFollow" va faire disparaître les blogues de Google, car leur classement ne sera plus soutenu par les liens dans les commentaires. D'une part, je n'estime pas que laisser des commentaires un peu partout soit... Lire la suite

01/02/2005 - NoFollow, bis repetita depuis Embruns > Journal de bord sur 1 février 2005 13h54

Je lis, ici et là, que "NoFollow" va faire disparaître les blogues de Google, car leur classement ne sera plus soutenu par les liens dans les commentaires. D'une part, je n'estime pas que laisser des commentaires un peu partout soit... Lire la suite

01/02/2005 - NoFollow, bis repetita depuis Embruns > Journal de bord sur 1 février 2005 14h10

Je lis, ici et là, que "NoFollow" va faire disparaître les blogues de Google, car leur classement ne sera plus soutenu par les liens dans les commentaires. D'une part, je n'estime pas que laisser des commentaires un peu partout soit... Lire la suite

17 commentaires

La solution de supprimer tout trafic direct vers les sites pointés existe déjà : le script de redirection.
Il a été mis en oeuvre il y a longtemps par Simon Willison sur son blog, et il utilise un script hébergé chez... Google.
http://simon.incutio.com/archive/2003/10/13/linkRedirects


A mon avis (mais si on a des arguments à me donner, je prends) elle est strictement identique en terme de PR à celle du script de redirection.

Pourquoi la solution du nofollow serait elle meilleure ? parce qu'on en parle plus que les autres ?
Pourquoi Google n'a pas fait autant de "buzz" sur cette solution que celle du "nofollow" ?

Je ne suis ni pour, ni contre cette arme contre le spam des commentaires. Il me serait facile de la mettre en oeuvre, mais comme j'ai déjà trois stratégies implémentées dans mon gestionnaire de contenu perso, je ne vois pas pourquoi je rajouterais celle-ci.
Ce qui m'énerve, c'est ce buzz incroyable que Google a vraisemblablement orchestré (et qui a peut-être un peu dépassé l'objectif), alors que ce qu'on nous propose n'est ni meilleur, ni pire que ce qui existe déjà.
L'impression qu'on nous vend une roue comme une innovation alors qu'elle existe déjà, la roue.

Le coup de la redirection est à ranger à la rubrique "rustines et autres bricolages". Cette solution a été implémentée par les logiciels de blog parce que quelqu'un a trouvé, un jour et par hasard, que Google n'attribuait pas de PageRank, à condition d'effectuer une redirection compliquée à base de javascript. Il faut savoir que Google suit les redirections en temps normal et les compte dans ses calculs, le fait que dans ce cas précis il ne le fasse pas est un accident et rien ne dit que Google n'améliorera pas son algorithme pour prendre en compte les redirections en javascript. En plus, ça ne fonctionne pas si javascript n'est pas activé.

Utiliser la redirection de Google, c'est être tributaire de leur bon vouloir. Ils peuvent changer leur méthode à tout moment et sans prévenir, auquel cas tous ceux qui utilisent leur service verront leurs liens brisés. Quand on n'a pas absolument besoin d'être dépendant d'un tiers, il vaut mieux éviter !

Le but est de dire aux moteurs de ne pas suivre un lien. C'est tout de même beaucoup plus élégant (et sémantiquement correct) de le faire par un simple attribut que par des artifices compliqués à base de scripts.

Quand à la question du buzz, il est de toute façon bénéfique que Google envoie un signal fort aux spammers sur le sujet : attention, il va devenir beaucoup plus difficile de truander maintenant. Ne croyez pas que Google cherche à attirer l'attention, ils ont fait le mort pendant plus d'un an avant de se décider à faire quelque chose contre la manipulation du PageRank.

Tes arguments sont trés bons. Il s'agit aussi d'une question de points de vues comme bien souvent.
Cependant lorsque tu écris: "la confusion qu'ils font entre le web dans son ensemble et la vue que Google leur en présente", la vue présentée par Google du web est cependant celle que vois la majorité des internautes dans des cas proportion importante. Dans un monde de personnes qui voient dans bien des cas en noir et blanc, on peut à raison porter des jugements faisant abstraction de la couleur ;-)

Pour le CAPTCHA tu as raison, il comporte trop d'inconvénient pour les personnes qui malheureusement voient mal pour en plus les privés de la possibilité de dialoguer en ligne dans la blogosphère, sans compter sans doute d'autres problèmes encore.

Enfin je me permet de compléter mon commentaire car il était ironique ce qui visiblement t'a échappé, je me suis aussi mal exprimé sans doute: tu écris:"Il n'y a pas de "droit au PageRank", il n'y a aucune magie immanente des liens comme le prétend Benoit". Avec une vision marketing je trouve cela magique de pouvoir avoir une petite influence sur son page rank, c'est à dire sa popularité dans les moteurs et donc son trafic grâce à ses propres commentaires. Mon propos était de dire que justement il n'y a aucune magie puisqu'un blogger peut améliorer lui-même son trafic.

Utiliser le tag no follow de maniere systematique, car les utilisations fines suposseraient une bonne comprehension du page rank ou autres subtilites ce qu'on ne peut demander qu'à une faible minorité de bloggers, signifie donc priver les moteurs d'une information qui est que lorsqu'un blogger est tres actif dans ces commentaires il peut avoir une recompense en terme de trfic en provenance des moteurs. Heureusement et ce qui rend tes arguments justes à mes yeux (lorsque j'enleve mes lunettes à vision d'emarketer) les liens existent encore donc les internautes peuvent continuer de les suivre si les moteurs eux ne les suivent plus. Ainsi, il existe toujours un trafic liés aux commentaires.

Donc pour conclure, et notamment du fait tout de meme de ta presentation claire, l'utilisation du no follow est utile.

Bien dit padawan ! En particulier je suis d'accord avec:

"Je trouve, personnellement, anormal qu'il suffisse de laisser un commentaire sans valeur quelque part pour avoir automatiquement le même effet que si le récipiendaire du commentaire faisait consciemment un lien vers mon site pour exprimer son intérêt pour ce que j'écris."

Peut-être que la proposition aurait ête moins critiqué si il n'était pas proposé d'enlever TOUTE la valeur aux liens entrés par les internautes (et le spammeurs qui se font passer pour des internautes) dans les commentaires.

Il aurait par exemple été (il n'est encore d'ailleurs) possible d'être un peu plus fin pour les attributs de liens:

1/ lien normal (pas d'attribut)
2/ attribut "trusted" qui pourrait être utilisé pour les commentaires par des utilisateurs enregistrés
3/ attribut "untrusted" qui serait utilisé pour le reste (y compris les spammeurs).

Et surtout ne pas utiliser le terme "nofollow" qui déclare plus ou moins clairement que le lien n'a AUCUNE valeur. Un système avec une échelle de valeur différente en fonction de l'attribut aurait pu être annoncé. Et les moteurs de recherche pouvaient garder l'algo pour eux sous le couvert de leur "know-how".

Surtout que si les "contre" sont des geeks (ou se considèrent comme tel), ils peuvent toujours choisir une solution de blog qui permet de désactiver les nofollow. Si celle qu'ils ont actuellement ne le permet pas, c'est là qu'il faut taper, pas sur Google qui ne fait que proposer un choix (le fait qu'il encourage un de ces choix, c'est son droit). De plus, se plaindre que les autres utilisent les nofollow dans leur commentaires, c'est comme se plaindre que la mise en page html est désactivé. La manière dont sont gèrés les commentaires ne regarde que le propriétaire du blog.

Plus1, Les blogs sont majoritairement utilisés par des non geeks c'est d'ailleurs tout leur intéret que de mettre la publication a la portee de tous.
Donc si une majorite de plateforme decide d'activer par defaut l'option no follow dans les commentaires, les utilisateurs non pas le choix, ils ne savent meme pas ce que cela signifie si jamais on leur proposer de desactiver une telle option.

Les moteurs, subissent en premier lieu le probleme du spam donc ils ont raison de proposer avec le no-follow une simple possibilité. Par contre je trouve que les plateformes de blogs n'ont pas necessairement raison de vouloir utiliser à grande echelle ce tag. Si tel etait le cas, force serait de constater que les spammers ont gagner en privant tous les liens issus de commentaires du fait d'etre utilises par les moteurs.

"les spammers ont gagner en privant tous les liens issus de commentaires du fait d'etre utilises par les moteurs"

Faux ! Les moteurs vont continuer à indexer le contenu des commentaires, et ce contenu continuera à être accessible. La seule chose qui va changer, c'est qu'il va devenir un peu plus difficile de faire monter son PageRank. Pour ça il faudra écrire des choses intéressantes et se faire lier par d'autres, et pas se contenter de laisser soi-même des commentaires sur des sites influents.

Et si les plateformes ne font rien, elles continueront à être victimes d'attaques en masse. Ca leur coûte de l'argent et la majorité de leurs clients sont plus intéressés par la lutte contre le spam que par la course au PR.

En reponse a Ludovic au sujet de :

>Peut-être que la proposition aurait ête moins critiqué si il n'était pas proposé d'enlever TOUTE la valeur aux liens entrés par les internautes (et le spammeurs qui se font passer pour des internautes) dans les commentaires.

>Il aurait par exemple été (il n'est encore d'ailleurs) possible d'être un peu plus fin pour les attributs de liens:

>1/ lien normal (pas d'attribut)
>2/ attribut "trusted" qui pourrait être utilisé pour les commentaires par des utilisateurs enregistrés
>3/ attribut "untrusted" qui serait utilisé pour le reste (y compris les spammeurs).

Quelle difference entre 1 et 2 ? En gros, tu peux le faire des maintenant avec 1 = 2. C'est la solution qu'on a choisie pour VB.

En reponse a Benoit :
> Donc si une majorite de plateforme decide d'activer par defaut l'option no follow dans les commentaires, les utilisateurs non pas le choix, ils ne savent meme pas ce que cela signifie si jamais on leur proposer de desactiver une telle option.

Oui, c'est pour cela qu'on a choisi de ne pas proposer de desactiver l'option.

"les spammers ont gagner en privant tous les liens issus de commentaires du fait d'etre utilises par les moteurs"
En reponse à ta réponse sur mon commentaire ;-) On va y arriver !

Bien sur que les textes des commentaires eux-meme sont pris en compte, puisqu'ils figurent sur la page du blog, mais les liens en tant que tels figurant dans la zone de signature du formulaire de commentaire, permettant généralement de connaitre l'url du blogger qui commente (si ce champs est renseigné bien sur) ne seront plus pris en compte, d'ailleurs si tout l'interet du tag no follow: on enleve l'interet du lien de la signature du commentaire et son benefice vis à vis du classement dans les moteurs pour que les spammers arretent d'en abuser. Et par voie de consequence on en prive aussi tout ceux qui n'en abusaient pas.

Mais je le repete ce choix d'utiliser le tag no follow est parfaitement justifiable, je veux juste dire qu'il n'a pas que des avantages car on ne semble parler que tres peu des quelques inconvenients.

Bonjour,

Moi il y a quand meme quelque chose qui me derange pas mal, c'est qu'une compagnie privee, puissante, decide d'ajouter une valeur d'attribut dans la norme HTML.
C'est marrant ca n'a l'air d'embeter personne! En gros, Google nous refait le coup des balises proprietaires de Netscape ou de Microsoft. Bah moi ca me gene aux entournures qu'au lieu de chercher a ameliorer son algo, Google change la norme HTML.
Et les parsers, qui se basent sur la DTD officielle, ils font comment?
Y'en a qui doivent etre contents au W3C.

S.

Sylvain, je viens de regarder les specs au W3C et je ne vois nulle part de définition, dans la norme, de valeurs pour l'attribut rel. Où as-tu vu que le W3C (ou un autre organisme) a normalisé les valeurs que peuvent prendre les attributs rel et rev (les deux sont du même type : ListType, c'est à dire une liste de valeurs séparées par des espaces) ?

A moins qu'une telle liste existe, Google n'a rien fait de plus qu'utiliser l'attribut "relation" pour un usage qui m'a l'air conforme à l'esprit de la norme existante.

Salut,

La liste est a l'adresse suivante:
http://www.w3.org/TR/html4/types.html#type-links
(la norme a propos du tag A:
http://www.w3.org/TR/html4/struct/links.html#h-12.2)
et explique la marche a suivre si on souhaite etendre la liste existante (notion de "profile").
A ce que j'ai lu, Google ne suis pas cette recommendation.
Loin de moi l'idee d'etre un integriste des normes mais bon...

Sylvain

Le "profile" requis pour "nofollow" est en cours d'élaboration... à l'initiative de Technocrati : Draft Specification 2005-01-10

François,

la norme indique que pour définir des valeurs de l'attribut rel, tu dois définir un profile, ce profile doit être donné dans le HEAD du document.

Malheureusement, il n'y a pas de normes pour définit un profile, uniquement le document créé par Tantek, mais qui n'est pas un document défini par consensus. D'autre part les profiles comportent des problèmes comme le conflit de valeurs, car la notion de namespaces n'existe pas. Je doute de toute façon que les plateformes vont ajouter le lien vers le profile comme c'est normalement exigé...

Tout cela bien sûr ne va pas empêcher tout le monde de le faire de toute façon, Et cela ne bloquera pas le spam... ca c'est ma prédiction pour 2005.

Quand on ne s'attaque pas à l'éradication d'un virus, on ne fait que créer des souches résistantes, et le virus est d'autant plus fort. La nature du spam et des spammers est qu'il sera de plus en plus astucieux. Je prédis même des difficultés encore plus importantes pour les utilisateurs et tout cela à cause.... de l'algo de Google. Comment faire porter les dégats à tout le monde.

Karl, en mettant le problème du spam de côté pour le moment, est-ce que tu aurais eu la même réaction si la notion de nofollow avait été décrite complétement en EN MEME TEMPS que les autres, comme ceci :

Pour gérer l'accès par les robots :

- au niveau d'un site : robots.txt
- au niveau d'une page : META robots
- au niveau d'un lien : attribut rel="nofollow"

Franchement, je pense que la vraie connerie a été de ne pas introduire cette granularité il y a des années. Aujourd'hui les blogueurs râlent parce qu'ils craignent pour leur positionnement dans Google. Moi je maintiens que c'est le même outil que robots.txt et META robots au niveau d'un lien. Il y a énormément de malhonnêteté intellectuelle dans ce débat et pour ma part, je la vois plutôt du côté de ceux qui râlent.

Si cet attribut avait existé il y a cinq ans, dès l'apparition du spam de liens (dans les forums, guestbooks et autres, bien avant les blogs) on se serait immédiatement précipité dessus en trouvant ça normal. Elle est là la malhonnêteté, c'est de la résistance au changement pure et dure.

François, ce n'est pas la même chose qu'un meta ou un robot.txt.

Robot.txt a été aussi une mauvaise bonne idée en quelque sorte, réservation d'un nom, limite d'accès et non pas chose à suivre. etc. Mais bon c'est là et on compose avec quelque chose d'imparfait. D'ailleurs quand je veux cacher quelquechose ou empêcher son indexation, je ne le mets généralement pas dans robot.txt en le rendant visible. :)

Les choses que tu cites sont pour controler ce que le robot vient faire sur TON site, pas sur celui d'un autre.

Le google Karma, ce n'est pas cela l'important, c'est l'indexation de l'information et la structure de l'espace d'information. Ca c'est un vrai probleme. Une fois que le système sera en place je parie la création de "nofollow" bomb, car les gens (je devrais dire nous) ont des comportements puériles comme pour les google bombs.

Tu dis que c'est malhonnete a cause du google Karma, c'est parce-que Google a créé le Google Karma, les gens l'utilisent. Les gens utiliseront nofollow, et pas pour ce qu'il a été créé mais par pour ses effets induits.
Cela ne changera rien à la quantité de merde qui va atterir dans les commentaires.

> Les choses que tu cites sont pour controler ce que le robot vient faire sur TON site, pas sur celui d'un autre.

Pas tout à fait vrai pour le tag META robots puisqu'il me permet de dicter un comportement au robot comme (exemple pas choisi au hasard du tout) de NE PAS SUIVRE (nofollow) les liens qui se trouvent dans la page. La seule différence entre ce tag et l'attribut nofollow, c'est que l'un s'applique à toute la page, l'autre à un seul lien.

> Tu dis que c'est malhonnete a cause du google Karma

Non, je parle de malhonnêteté intellectuelle dans ce débat. Par exemple, personne ne remet en question le tag META robots. Pourtant c'est exactement le même principe.

> Cela ne changera rien à la quantité de merde qui va atterir dans les commentaires

J'ai la faiblesse de croire que si. Et j'ai la prétention de penser que l'attribut nofollow me donne plus de choix dans ma palette d'outil plutôt que moins. Je fais ce que je veux *chez moi*, si je veux l'utiliser ou pas, c'est mon choix.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes