Au revoir Thom

J'aime Paris Carnet parce qu'on y rencontre des vrais gens, dans la vraie vie. Je n'y ai jamais vu Thomas-Mary autrement qu'avec un grand sourire communicatif aux lèvres (mais jamais avec un écureuil). On ne l'y verra plus, hélas.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes