Les banlieues, l'UMP et la pub

Vous avez aimé le syndrome papy Voise et TF1 avant les élections présidentielles de 2002 ? Je crois que vous allez adorer l'UMP et les Google AdWords. Voici ce qu'on voit en ce moment comme publicité sur le mot-clé banlieues dans Google :

AdWords, c'est la publicité ciblée par Google :

Google AdWords ads connect you with new customers at the precise moment when they're looking for your products or services.

With Google AdWords you create your own ads, choose keywords to help us match your ads to your audience and pay only when someone clicks on them.

Si vous avez un problème de banlieue, vous savez chez qui aller maintenant. Et même si vous n'en avez pas, cliquez quand même, c'est Nicolas qui paye !

[Merci à Jean de m'avoir signalé cette perle !]

20 commentaires

Je tiens cela de l'excellent Technologies du langage, lequel signale que l'expérience fonctionne aussi avec insécurité, sécurité, gauchiste...

Irions nous jusqu'à en déduire que souffler sur des braises n'est pas si mauvais pour qui souhaiterait dynamiser une campagne de pub ? Agitateur depuis combien de temps ?

En tout cas M. Sarkozy président de l'UMP s'affiche comme l'homme de la situation. Mais est-ce si sûr que cela ?

« Les Romains, en ces circonstances, agirent comme doivent le faire des princes sages, dont le devoir est de penser non seulement aux désordres présents, mais encore à ceux qui peuvent survenir, afin d'y remédier par tous les moyens que peut leur indiquer la prudence. C'est, en effet, en les prévoyant de loin, qu'il est bien plus facile d'y porter remède ; au lieu que si on les a laissés s'élever, il n'en est plus temps, et le mal devient incurable.

« […]

« C'est ce qui arrive dans toutes les affaires d'État : lorsqu'on prévoit le mal - de loin, ce qui n'est donné qu'aux hommes doués d'une grande sagacité, on le guérit bientôt ; mais lorsque, par défaut de lumière, on n'a su le voir que lorsqu'il frappe tous les yeux, la cure se trouve impossible. »

Nicolas Machiavel

PS : François, n'oublie pas d'informer tes amis américains de cet aspect remarquable du marketing politique à la française.

while true; do wget "http://www.google.fr/url?sa=l&ai=BVnKiQnptQ-bQD6W6wAGL-dH-A6PltAnR_erZAaXcp_cHkL8FEAEYAUDKEUiNOVC1h9vIBJgBnErIAQE&num=1&q=http://www.u-m-p.org/site/soutien_projet_2007.php" && rm -f soutien* ; done

« Comme ça on voit parfaitement à qui ça sert, ces émeutes. »

Oui Édouard. Et n'oublions pas Le Pen qui est bien silencieux comme d'habitude lorsque les choses vont bien pour lui… tandis que ses partisans bombardent de commentaires insultants et provocants le blog ouvert "en hommage" à Bounia et Zied, les deux gamins qui sont morts. Pour maintenir le feu ?

On notera qu'on y trouve aussi beaucoup d'appels plein de bon sens.

Si c'est la même équipe qui gère la politique "nouveaux medias" de l'UMP, il ne faut s'étonner de rien...

Bon, le Google bombing avait pas trop mal marché, pourquoi ne pas diffuser au maiximum, pour faire savoir d'abord (même si on risque de ne prêcher que des convaincus) et puis ensuite encourager à cliquer, cliquer et cliquer encore... En plus c'est bien, même si on n'a pas de blogue, on peut participer...

Marche aussi avec les termes suivants :
Cités - racaille - violences - emeutes - violences urbaines

Y a un concours pour trouver les mots clés
achetés :

Pour l'instant, il y a :

"banlieues", "émeutes","François Bayrou", "centristes", "Vincent Peillon", "Montebourg", "Cambadélis", "Robert Hue", "PCF", "communistes", "Arlette Laguiller", "LCR", "voitures brûlées", "trotskiste, "riots", "racaille", "violence", "voyous", "clichy", "gauchiste", "jospin", "socialiste", "neuilly", "incivilité", "démocratie", "sécurité", "insécurité", "sécuriser", sécuritaire", "délinquant" et "délinquance" sont déjà selectionnés.

Par contre gaullisme, Chirac, république, Villepin, économie, dialogue social, syndicat ne semble pas être des bon produits d'appels.


Je ne suis pas certain qu'entamer le budget média de l'UMP en bombardant leur site de requête et leur faire payer du adwords soit très bénéfique.

Après tout, la plus grande part du budget des partis politiques vient de l'état et donc de nos impots.

Il faut redemander une nouvelle URL à google pour qu'il y ait un nouveau débit du compte adwords de l'UMP, donc le wget plus haut ne marche qu'une fois.

executez plutôt

set nonomatch
set x=`curl -s -A Mozilla/4.0 'http://www.google.fr/search?q=banlieues' | grep u-m-p `

foreach f ( $x )
echo $f | grep -q soutien.php || continue
set g=`echo $f | sed -e 's/href=//'`
echo $g
wget http://www.google.fr$g
end

rm soutien.php

autant de fois que vous voulez

Salut,

j'ai fait une petit commentaire sur mon blog en m'inspirant de vos articles, ca pourrait vous interresser :)

http://googlebombe.blogspot.com/

++

Je persiste à prétendre que le mouvement de révolte de nos banlieues est fondé. Pour autant je ne cautionne pas les violences ni d'ailleurs les crémations de véhicules, qu'elles soient symboliques, politiques ou crapuleuses. Je soutiens simplement tout ce qui réveille les consciences, ébranle les coupables inerties. Toute société est vouée à progresser, rien n'est jamais figé en ce monde, perpétuel mouvement des animés comme des inanimés (même les pierres changent, bougent, évoluent à l'échelle géologique).

Quoi qu'il en soit, le temps seul nous dira ce qu'il en est à propos du mouvement de révolte des banlieues... Je suis prêt à faire mon mea culpa si nécessaire.

Raphaël Zacharie de Izarra
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
Tél : 02 43 80 42 98
raphael.de-izarra@wanadoo.fr

Dans un post ultérieur, Technologies du Language complète (C'est par ici!)

On y apprend que le PS a fait exactement pareil, fautres d'orthographe en plus...

L'IMPOSTURE DE L'AUTORITE

Ceux qui parmi vous se laissent impressionner par les morts, par les magiciens ou par les poètes ne sont que des sots. Certes, j'admire et apprécie à leur exacte valeur les oeuvres de Hugo, de Chopin, de Bach... Cependant je ne m'aliène pas à ces auteurs. Les imposteurs sont partout, qui cherchent à se faire passer pour des petits dieux.

Les étoiles n'ont aucun droit sur ma destinée individuelle, pas plus que les vermisseaux. Ni les Einstein ni les Mozart n'ont à faire la loi chez moi : ils n'ont aucun privilège de plus que le premier venu. Le génie des autres ne leur confère nullement d'autorité sur ma personne. Les talents inédits de mes semblables ne m'ôtent pas le moindre droit d'être ce que je suis. Par exemple, ici je destitue la beauté pour faire triompher la laideur. Ailleurs je restaure cette beauté déchue pour vouer la laideur, hier tant admirée, à la géhenne : là est mon inaliénable, glorieuse liberté. Faites de même et comme moi raillez sans vergogne vos plus chers maîtres, et vous deviendrez des oiseaux d'envergure.

Je crache irrespectueusement sur la barbe de Homère, je tourne en dérision le couronnement des têtes pleines de majesté et je place sur le trône le dernier des mohicans, et puis je ridiculise encore les chanteurs d'opéra... Les imposteurs sans cesse tentent leurs viles séductions sur les foules. Les poètes sont des imposteurs, les artistes sont des imposteurs, les grands hommes sont des imposteurs, les camionneurs sont des imposteurs. Les imposteurs sont partout. Osez penser par vous-mêmes. Bâtissez vous-mêmes vos propres cathédrales et cessez de vous agenouiller devant ces statues de sel qui vous rendent infiniment ridicules.

Inventez vos étoiles, devenez votre unique référence ou fabriquez vos dieux. Mais cessez d'être obligés de vous sentir écrasés par le poids des statues nées avant vous... Soyez libres, apprenez à penser seuls, affranchissez-vous de l'autorité qui à vos yeux est la plus sacrée, volez de vos propres ailes.

Trop de blouses blanches, de peaux rouges, de légions d'honneur, de simples troufions, de grands mathématiciens, de couronnes posées, de têtes coupées, de verts académiciens et de prix inestimables abusent de leur pouvoir pour impressionner le naïf, l'idiot, le borgne. Les vierges salaces et les débauchées effarouchées, les soldats kaki et les soleils de plomb, les empires et les républiques, les ecclésiastiques et la carotène, les avocats marrons et les rouges pompons, tous sont des imposteurs qui veulent votre soumission à leur cause.

Il faut simplement le savoir et surtout leur montrer que l'on sait. Mais je sais bien que nul ne me croit parmi vous... Alors dormez bien tous, jolis petits pourceaux, tendres petits agneaux, dociles petits veaux que vous êtes.

Demain l'on vous égorgera.

Raphaël Zacharie de Izarra
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
Tél : 02 43 80 42 98
raphael.de-izarra@wanadoo.fr

LETTRE A CHIRAC

Monsieur le Président de la République,

Citoyen éveillé et responsable de ce pays riche, puissant et influent que vous gouvernez, et par-delà ma simple citoyenneté française, âme consciente des tristes réalités accablant une grande partie de la planète loin de nos frontières préservées, je m'adresse à l'homme de pouvoir que vous êtes.

En vertu de mon droit inaliénable (et de mon devoir de citoyen éclairé) d'exercer liberté d'expression, énergie et intelligence aux services du bien public, du progrès social et humain, de la fraternité et de la justice universelles -valeurs suprêmes dont la France républicaine s'enorgueillit traditionnellement de manière très officielle lors de cérémonies magnifiques et coûteuses-, je vous rappelle simplement que l'on meurt encore de misère en 2006 dans ce monde censé être réglé par un humanisme occidental dominant, cher aux dirigeants des nations les plus nanties.

Humanisme pompeusement revendiqué par une poignée de pays s'appropriant d'autorité la presque totalité des richesses du globe pour les gaspiller à des fins de confort et de bien-être dont les excès indécents sont devenus la norme, même chez les plus pauvres de leurs chômeurs. Pays prétendument civilisés, exemplaires dont fait partie la France. Je constate que le cynisme, Monsieur le Président, est toujours du côté des plus forts qui ont l'immense avantage de pouvoir manger même quand ils n'ont pas faim, d'emmener leurs chiens chez le vétérinaire au moindre aboiement de travers, de s'offusquer que leur avion décolle avec un quart d'heure de retard ...

Solidarité, altruisme, partage, justice : vains mots dont use et abuse notre république plus soucieuse de lustrer sa façade à coup de défilés militaires dispendieux et d'augmenter le niveau de vie de ses habitants toujours plus avides de confort, de vacances à la mer, de nouvelles chaînes de télévision, de matchs de football que de se serrer nationalement la ceinture avec héroïsme et pédagogie afin de mettre en pratique les valeurs les plus fondamentales qu'elle prétend défendre.

Partager les richesses Monsieur le Président, que dis-je partager, simplement ôter aux gavés que nous sommes une petite partie du surplus qui nous asphyxie afin d'en faire profiter les damnés qui n'ont pas eu l'heur de naître entre nos frontières dorées, partager les richesses disais-je, est-ce un objectif si inatteignable, si révolutionnaire, si impopulaire que cela dans un monde où, pour prendre un exemple étranger qui cette fois n'offensera pas votre fibre civique, il y a quarante ans un citoyen américain marchait sur la Lune au prix faramineux de millions de dollars pour chaque pas effectué, compte tenu des dépenses pharaoniques qu'exigea un tel programme spatial ?

Est-ce donc plus simple de faire sortir de nos usines républicaines canons, bombes et autres ingénieuses inventions martiales à la pointe de la technologie afin de répandre souffrances, misères, destructions pour des raisons qui Monsieur le Président, curieusement vous apparaissent toujours excellentes, pourvu que ces engins si utiles au bien de l'humanité soient vendus aux belligérants à des prix hautement patriotiques ?

Est-ce si insurmontable que ça de distribuer équitablement ces richesses qui nous étouffent, tellement encombrantes qu'elles débordent de nos poubelles ? Je ne parle pas politique ni grandes et complexes affaires économiques ici. Il est juste question de bon sens, de calcul basique, d'humanité élémentaire accessible même au plus borné des esprits. Pas de sentiments ni d'idéal, uniquement une réflexion froide, raisonnée, détachée, sommaire, confondante de simplicité : d'un côté on meurt d'excès, de l'autre on meurt de carences dans un monde où techniquement, matériellement il est possible de subvenir aux besoins vitaux de chaque individu, où qu'il se trouve sur la surface du globe.

Faut-il Monsieur le Président, être nécessairement bardé de diplômes, avoir fait des années d'études supérieures, sortir de l'ENA pour saisir cette effroyable réalité ?

Nous nous scandalisons à juste titre pour les conséquences funestes dans nos maisons de retraite d'un été virulent long de trois semaines. La catastrophe des pays les plus pauvres est quotidienne cependant, et pendant ce temps nous nous battons pour des chartes de qualité à propos de vacances, nous nous engageons pour des revalorisations de salaires, nous nous agitons pour le respect de normes européennes au sujet de la composition de nos crèmes solaires anti ultra-violet... Chaque jour de l'année les victimes de la faim sont cent fois plus nombreuses qu'un été de canicule en France. 365 jours par an, des êtres humains de tous âges meurent sous les regards certes apitoyés, compatissants, révoltés, mais parfaitement passifs de républiques très solennelles (dont la France), très dignes et très à cheval sur les principes sacrés de fraternité universelle, d'altruisme, de solidarité qu'elles incarnent...

Il est grand temps de dénoncer ce cirque Monsieur le Président. Les clowns ventrus du haut de leurs trônes compassés sont bien sinistres dans leur rôle de défenseurs des Droits de l'Homme...

Les premiers droits, qui consistent à manger à sa faim, à accéder aux soins et à l'éducation, ne sont-ils pas bafoués éhontément par ceux-là même qui sont censés les défendre bec et ongles, qui ont le pouvoir matériel, logistique, politique, humain de réparer la grande injustice alimentaire dont il se sont rendus coupables à travers le pillage historique, méthodique des richesses coloniales et qui ne font rien ou si peu ? Jamais la république du commerce des armes ne s'est aussi bien portée qu'aujourd'hui ! Nos usines à canons tournent à plein régime, l'Europe engraisse, l'Afrique crève, que demande le peuple ?

Encore plus de beaux défilés militaires, encore plus de feux d'artifice, encore plus de congés payés.

Vous me pardonnerez d'avoir succombé à l'emploi d'expressions triviales afin de vous exprimer ce que je crois être l'essentiel en tant que citoyen français. En des circonstances particulières, un langage virulent sied mieux qu'un autre, plus formel, moins éloquent. J'ai eu le courage Monsieur le Président de faire mon devoir de citoyen français, même si cette lettre est surtout symbolique.

A vous de faire preuve de courage dans votre rôle de chef d'Etat d'un des pays les plus riches, et paraît-il, les plus vertueux de la planète.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à ma parfaite considération.

Raphaël Zacharie de Izarra
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
Tél : 02 43 80 42 98
raphael.de-izarra@wanadoo.fr

[Monsieur le spécialiste du copier/coller de verbiage hors sujet vous avez un blog, pas la peine de venir faire du pollu-postage chez les autres. En tout cas, pas chez moi, merci.]

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes