Le secret de Brokeback Mountain

Le secret de Brokeback Mountain est un très beau film, très émouvant, une histoire d'amour sur vingt ans, aussi tumultueuse que passionnée. Ames sensibles ne pas s'abstenir, même s'il peut-être un peu éprouvant pour les glandes lacrymales à la fin (ce n'est pas un spoiler, mais il n'y a pas de happy end). Les cowboys savent jouer de leur chapeau à la perfection pour masquer leurs regards, leurs émotions, leurs larmes. Jake Gyllenhaal et Heath Ledger sont parfaits. J'ai eu un mal de chien à comprendre ce qu'ils disent, et j'ai plutôt tenté de décoder les paroles a posteriori avec les sous-titres (même les anglophones risquent d'avoir du mal). Ce film m'a fait penser à Maurice (le décalage entre les deux personnages est un peu le même, entre celui qui est prisonnier de sa peur et des conventions, et l'autre qui veut avancer à deux) et je garde en mémoire l'image finale, très forte, des deux chemises sur le cintre, comme celle d'un fantôme. "Jack, I swear!". Trop tard.

P.S. un extrait choisi de la nouvelle de Annie Proulx :

   "I goddam hate it that you're goin a drive away in the mornin and I'll goin back to work. But if you can't fix it you got a stand it," he said. "Shit. I been lookin at people on the street. This happen a other people? What the hell do they do?"
   "It don't happen in Wyomin and if it does I don't know what they do, may be go to Denver," said Jack, sitting up, turning away from him, "and I don't give a flyin fuck. Son of a bitch, Ennis, take a couple days off. Right now. Get us out a here. Throw your stuff in the back a my truck and let's get up in the mountains. Couple a days. Call Alma up and tell her you're goin. Come on, Ennis, you just shot my airplane out a the sky—give me somethin a go on. This ain't no little thing that's happenin here."

P.S. 2 : allez visiter Brokeback, un blog dédié au film et tenu par un photographe, Bruno-Stéphane, qui illustre ses billets avec de belles images. J'attends les deux chemises avec impatience ;-). [m-à-j : mon voeux est exaucé.]

121 commentaires

Bon, content de ne pas avoir pleuré sur ta chemise… je suis une vraie madeleine au cinéma ;-)

J'ai pleuré, et je pleure encore. A voir, à revoir et à revoir encore. Quelle beauté, cet amour qui envahit tout, ces étreintes violentes, leur tendresse à tous les deux qui font écho à l'apreté des paysages ... Les mots ne suffisent pas et mieux vaut faire comme eux, se taire.

Je cherche des sous titres ou le script du film Brokeback Mountain car en VO j'ai du mal a comprendre. merci

Ce fim au dela de ses qualités cinématographiques certaines et rares, tranchant heureusement sur la tendance actuelle du cinéma américain, est un film fort parce que son propos est universel.Pour moi c'est au dela de tout ce qu'on peut dire un veritable chef d'oeuvre. Vrai qu'a certains égards on peut le rapprocher de Maurice, ou même de la route de Madison. Quelle direction d'acteurs, quelle économie de mots pour laisser leur force au images! et quels acteurs! une intensité rare et soutenue de bout en bout.
Ce film parle au plus profond de nous même, hommes ou femmes,on y entre avec notre vécu et çà fait mal, en tout cas pour moi qui en suis ressorti bouleversé au sens noble du terme. Je l'ai vu deux fois et sans rechercher la delectation morose ou morbide je sais que je retournerai le voir car j'ai besoin de replonger dans cet univers de "pureté dépouillée" qu'il propose. Ce film est désormais en moi et va constituer longtemps une référence à bien des égards.je ne veux pas avoir honte d'etre ému,quelque part cela me prouve que je suis encore vivant meme si quelque part..., Cela faisait tres longtemps que je n'avait plus "vibré" au cinéma, meme si çà fait mal j'assume d'etre submergé par l'émotion car quant on ne peut rien y changer il faut faire avec comme dit Ennis Del Mar.

@Raphy : le film est remarquablement fidèle à la nouvelle d'Annie Proulx, qui fait 58 pages en petit format et se lit en un rien de temps. L'exemplaire que j'ai entre les mains est édité par Fourth Estate, un éditeur londonien : Brokeback Mountain (l'original, chez Amazon), ou encore le même retiré avec l'image de l'affiche du film (plus cher, à la Fnac).

Il y a vingt minutes, je franchissais les quais de la Vilaine, venant du Gaumont, rentrant dans mon studio. Je sanglottais encore tout en marchant d'un pas mal assuré, dans des rues désertes. Il ne faisait pas très froid. Je m'étais un peu habillé, avec le polo orange que j'aime tant. J'avais à la main un ridicule parapluie pliable qui ne servait à rien et un sachet Fnac avec Le Monde de dimanche-lundi. La présence métallique des clés (celle de la porte, celle de la boîte aux lettres) me rassurait un peu. J'aurais tant aimé être serré dans les bras de quelqu'un que j'aime. Malgré l'heure relativement peu tardive, pas encore 23h, n'y avait personne dans les rues, vraiment personne, que de lointains échos de pas ou de feuilles remuées par le vent. Et personne ne m'attendait chez moi.

Frédéric avait appelé en mon absence sur le portable. Je l'ai rappelé à peine rentré. Il y avait, comme toujours, comme souvent, la qualité, la lucidité de l'écoute, la complicité qui réchauffe le cœur. Des silences lourds. J'ai eu envie de pleurer et par pudeur, j'ai raccroché. Une de nos plus belles conversations n'avait pas duré dix minutes. Il me croyait à Berlin… alors que je n'étais qu'à Rennes, "chez moi". Je ne suis pourtant chez moi qu'à Rokovoko ou à Brokeback ou ailleurs. Peut-être même pas sur cette belle et immense planète. Ou alors sur les bords éternels de la Méditerranée. Ce n'est que par la poésie que l'homme habite Gaïa — c'est un philosophe allemand qui l'a dit, pas moi.

Faut-il que je remercie infiniment M. Ang Lee, un américain de Taiwan pour le cadeau qu'il m'a fait? Si le film ne débute qu'en 1963, exactement comme la nouvelle d'Annie Proulx — je n'avais pas un an —, on ne situe pas vraiment sa fin mais incontestablement Heath Ledger/Ennis del Mar est maquillé pour avoir plus de la quarantaine. Il faudrait réécrire l'histoire et tout décaler de vingt ans pile. Revenir en arrière, rêve impossible ! Les vrais lieux, les vraies passions n'existent pas, c'est Melville, cette fois-ci qui le dit. Elles ne sont que dans notre tête. Dans ma tête parfois.

Les moments magiques, comme ce soir à Helsinki (tiens, c'était en 1983). Pourquoi n'ai-je rien fait alors qu'il n'attendait que moi ? Certes, il avait bu — ce n'était pas un Finlandais pour rien. Mais je lui plaisais. Ma vie n'est que refus, fuites et faux-semblants malgré les bons moments passés. Les moments extraordinaires comme cette nuit magique dans le village de Poland. Ou quand Terri s'est allongé sur mon lit. Je ne veux pas voir les signes. Je ne suis sans doute pas fait pour aimer. Pour me laisser emporter par le courant. Je veux garder le contrôle.

On ne rattrape pas le temps perdu, même quand on s'appelle Proust — et je suis loin de pouvoir le devenir un jour, d'autant que mon asthme est presque guérie. J'ai beau avoir pour dieu(s), sans majuscule, tout le temple qui est né avec Homère et qui ne sera jamais terminé, je me sens bien désarmé par moments. Qui va écouter mes histoires ? Qui va m'entendre radoter ? Mes voyages, mes musiques, mes films. Qui saura voir l'éclat dans mes yeux ? Qui saura me consoler ? Qui me dira que je me trompe ? Personne, sans doute.

Madeleine, celle qui essuie avec ses cheveux les pieds d'un prophète oriental, aurait dû mal ce soir à sécher mes larmes, mon cœur blessé. La seule chose que je me sente capable de faire est d'écrire ces lignes un peu ridicules, n'est-ce pas Pessoa auquel j'envie la lucidité effrayante et les îles fortunées. Celles du poème intraduisible par lequel commence ce blog.

One more chain I break, to get me closer to you
One more chain does the maker make, to keep me from bustin' through

One more notch I scratch, to keep me thinkin' of you
One more notch does the maker make, upon my face so blue

Get along little doggies, get along little doggies

One more smile I fake, 'n try my best to be glad
One more smile does the maker make, because he knows I'm sad

Oh Lord, how I know,
Oh Lord, how I see, that only can the maker make a happy man of me

Get along little doggies, get along little doggies, get along.

Je ne saurais sans doute jamais qui sont ces "littles doggies", mais peu importe après tout.

16 janvier 2006 dans mon blog, à la sortie du film, en avant-première.

Je vis avec l'homme que j'aime,j'ai un petit garcon (adorable et sans probleme) que j'eleve en alternance avec sa maman lesbienne. Je suis le plus heureux des hommes car je vis dans un pays libre et dans une époque libre. Je ne me sens nullement un pervers et ma vie sexuelle ne regarde que notre couple. Mais j'ai peur du climat actuel qui semblerait annoncer un retour en arrière dans les mentalités. Les extremismes gagnent du terrain alors que les religions ne progressent nullement. Le Vatican mélange volontairement homosexualité et pédophilie. L'Islam prône la mort et l'intolérance...
Soyons vigilants car rien n'est jamais acquis dans la vie...
Stéphane à Paris

Ce film n'est pas un film. C'est notre vie a tous. je ne suis pas comme VINCENT qui ecrit des poemes, ni comme CEDRIC DEVARENNE qui parle avec trop de verité, mais je peux dire qu'apres avoir vu ce film, toutes mes idées sur ma vie future, avec un homme ou une femme sont completement obsoletes, inutiles. Ce film m'a beaucoup pertubé, je sais plus, je sais plus. rose ou bleu ? les deux ? je sais plus...
je conseil a toutes ces personnes qui comme moi se posent plein de questions d'aller voir ce film. Il remet tout a plat, et c'est pas si mal.
je conseil aussi a d'autre qui ne se pose pas de questions de prendre le temps d'ouvrir leur coeur et de faire l'effort de comprendre ce que nous vivons tous : l'amour.

Salut à tous.

Je suis fracassé depuis cinq jours. Depuis que je suis sorti de la salle de ciné.
Comme Vincent, qui a posté ici, je suis homo, je vis en coouple, j'aime mon mec et c'est du sérieux depuis plusieurs années. J'ai 36 ans, un petit garçon, d'une vie précédente - un don du ciel. Je me pensais heureux.

Depuis "Brokeback Mountain", je suis aux bord des larmes du matin au soir à l'évocation de leurs noms, de leurs visages, de leur histoire... de la musique du film.

Pour essayer de comprendre, pour exorciser ce trop plein d'émotion à la fois dure à vivre et à la fois trop intense pour être simplement rayé d'un trait, j'ai créé un forum d'échange que vous trouverez ici : ]http://www.cafardcosmique.com/BBMA/index.php

Je n'ai pas envie de les oublier. J'ai envie de les connaître mieux. J'ai envie de lire le livre de Annie Proulx pour tout savoir, et de dépasser le film pour en tirer des enseignements. Sur moi. Sur ce que ce film m'a fait.

J'invite ceux qui ont envie de mieux comprendre leur Brokeback Mountain syndrome avec moi.

J'ai beaucoup aimé Le secret de Brokeback Mountain. C'est une magnifique histoire d'amour filmée superbement. Les acteurs sont épatants !
J'aimerai beaucoup lire le livre d'Annie Proulx afin de trouver entre autre une réponse à ma question : Jake meurt-il accidentellement comme le prétend sa femme ou bien est il assassiné ? si quelqu'un pouvait me répondre, je le remercie d'avance.

Ouf ! je tombe sur un site qui me fais voir que d'Autres ont été aussi bouleversés que moi par ce film, sa simple simplicité et la force de ses images, de ses émotions... Je ne suis pas un extra terrestre ! Je vous ai lus les uns et les autres et je me suis retrouvé dans plein de vos commentaires : j'ai été transporté par ce film, par ses images, au point que j'ai mis une semaine moi aussi à en sortir et que je n'attends qu'une chose, m'y replonger. J'ai aussi eu une furieuse envie de pleurer par moments. Un des moments les plus forts à mon sens, les retrouvailles et cette accolade qu'ils se donnent, m'a littéralement soufflé. A ce moment, j'aurais aimé être l'un des deux, avoir ce sentiment si fort de retrouver l'autre moitié. Simplement. Cette histoire simple d'Hommes - d'humains - qui sont unis par un lien au delà des mots et des idées reçues, parle à chacun. J'ai moi aussi un fils, ado, et je vais l'accompagner pour le lui faire découvrir. J'ai donc moi aussi toutes les raisons du monde d'être bien... Et pourtant au moment de ces retrouvailles, j'aurais donné tout ce que j'ai pour vivre cette sensation. J'ai conseillé cent fois d'aller le voir, je ne me lasserai pas de le dire, ce film est un bijou. Tout participe à faire de cette oeuvre un film référence : les acteurs, l'histoire, les paysages,la photo, leurs silences. "Etre ému, c'est respirer avec le coeur". Et bien là notre coeur respire un grand coup !

@helene : la réponse se trouve effectivement dans la nouvelle d'Annie Proulx, mais je n'ai pas envie de la donner ici. Elle se trouve page 52 (dans l'édition de Fourth Estate).

Cher François,

Je me suis rendue ce soir à CULTURA pour m'acheter le livre. Comble de la malchance, le livre n'est pas en stock et j'ai du le commander. Je ne l'aurai pas avant le 5 février !! Je ne saurai t'expliquer ma frustration. Tu reconnaitras avec moi que le film ne donne pas de réponse très claire. Crois tu que je peux insister et te demander de m'en dire un peu plus ? Ou crois tu vraiment que de le savoir à l'avance va me gâcher la lecture du livre ? Merci de bien vouloir me répondre

J'ai vu le film déjà 2 fois en 3 jours, je pense, je suis même sûre d'y retourner régulièrement jusqu'à ce qu'ils ne le passe plus dans aucune salle de la région. Dans ce film, on en prend plein les yeux et un gros coup au coeur surtout. Tout est beau et très bien conçu dans ce film du début à la fin, il n'y a rien à jeter, un petit regret cependant j'aurai aimé qu'il dure 3 heures au moins! Pour moi, il y a 3 moments très forts en émotion dans de film. Le premier,quand ils savent qu'ils vont devoir redescendre les moutons, quitter Brokeback Mountain et ne plus se revoir probablement. Ennis prétexte se faire voler un mois de salaire mais c'est surtout un mois d'intimité avec Jack qu'on lui vole. Il ne peut pas l'exprimer et pour se quitter, ils se battent, puis ils partent chacun de leur côté en faisant semblant d'être forts. Le deuxième moment fort est sans aucun doute leurs retrouvailles 4 ans plus tard, cette scène est magnifique, l'attente tourmentée d'Ennis qui guette l'arrivée de Jack et leur étreinte passionnée et tellement vraie, je me demande ce qu'ils ont ressenti en jouant cette scène, ont-ils éprouvé furtivement un léger trouble? Je pense que l'on ne peut pas jouer ce genre de film et en sortir indemne.
Le troisième moment est celui ou Ennis se rend chez les parents de Jack après sa mort. Il fait là une démarche essentielle pour lui pour sa survie, il a besoin de se rapprocher de l'univers de Jack, lui qui n'a jamais voulu qui n'a jamais pu se délivrer de ses peurs et de ses devoirs de père de famille, il a besoin de se raccrocher à quelque chose lui ayant appartenu, ce souvenir le hantera mais l'aidera aussi à survivre.
En ce qui concerne la mort de Jack, je pense que l'on a tous compris, (je n'ai pas lu la nouvelle d'Annie Proulx) que sa femme raconte un mensonge à Ennis. Il est mort tabassé par des machos bien pensant qui l'avaient sûrement repéré et qui forts de leur nombre se sont acharnés sur lui au nom de leur morale puritaine. Je pense que la femme de Jack et sa famille devait se douter de quelque chose et que pour l'honneur, pour éviter le scandale, ils ont fermer les yeux sur un meurtre, comme beaucoup à cette époque. c'est certainement vrai aujourd'hui encore! Pauvre de nous!
Je ne sais pas quand je vais pouvoir aller mieux, ne plus avoir ce noeud à l'estomac et ces images merveilleuses dans la tête en permanence mais en attendant, (je pense que le temps fera son oeuvre), je sais dorénavant que dès lors que je m'ennuierai, j'aurai quelquechose de beau à penser et cela me réconforte énormément.
Quelqu'un peut-il me dire combien de temps après la sortie du fim en salle, on pourra l'acheter en DVD?

et voilà presque une semaine que j'ai vu ce chef d'oeuvre qu'est Brockback mountain. J'ai aussi lu la nouvelle de annie proulx. A mon gout , le film est moins sec et brutal que la nouvelle qui reste excellente cela dit. Un semaine que je sens les larmes monter dès l'évocation d'une scène notamment les retrouvailles et le "Jack, I swear" d'Ennis. Je vais même chaque jour sur le site us du film pour réécouter la playlist du film. Golden globes mérités mais Hollywood aura t'il le courage de casser son image des cowboys? je l'espère de tout mon coeur. Je tiens a remercier Vincent pour son commentaire . En sortant du film du gaumont rennes, ces paroles m'ont été bouleversé. Je pense retourné d'ici peu le voir. Pour les autres qui ne l'aurais pas vu, vous savez quoi faire.
Ciao

chère clotilde, le DVD est prévu pour Aout au pire et début jullet au mieux.
Ps: Heureux de t'avoir lu, je suis dans le même état que toi et comme tu le dis, ona bien du mal a s'zn remettre!

C'était hier...Cela faisait une semaine que je voulais le voir .Le pire c est que je me trouvais dans une période ou mon sentiment de solitude devanait plus que pesant.Pour la premiere fois je n'ai pas eu peur d'aller seul au ciné , de passer pour ce genre de mecs qui n'est pas sociable , qui n'a pas d amis...Ce film est poignant , le scenario n est pas extraordinaire , meme banal a vrai dire , et pourtant je me retrouve tellement dans les deux personnages.Ce gars qui est sensible , passioné , et qui souleverait des montagnes pour son amour , et cet autre gars qui prefere etre spectateur , cet autre gars qui est finalement traumatisé par le regard des autres à tel point qu'il est pret a pourir sa vie , mon côté bisexuel qui veut que je renie ce que je suis...Je ne sais plus si les décors ont joué un role aussi important comme on pourrait le penser , cependant je sors grandi de ce film , et pour vivre un amour aussi intense(on pouvait ressentir la passion du bout de leurs levres)je serai pret à mourir aussi (peut etre l ai je deja vécu et m a t il echapper aussi...)

j'ai vu le film vendredi avec ma mère et je ne sais pas encore combien de jours il me faudra pour m'en remettre... le seul autre film que j'ai vu qui m'a fait le même effet est "requiem for a dream", qui n'a rien à voir à priori.
le message de ce film est tellement universel qu'il s'adresse à tous sans exception. je suis une femme et j'aime les hommes, mais j'ai vécu l'histoire de Jake et Ennis comme si c'était la mienne. ce film retourne les tripes et devrait bouleverser les préjugés de tous ceux qui en ont.
si je n'ai qu'une chose à dire, c'est "allez y" sans hésiter ! le cinéma offre trop peu d'aussi beaux moments pour passer à côté!

Je sors ce soir du ciné et je suis tellement touché par ce film que je me suis précipité sur le web pour y trouver des commentaires proches de ce que j'ai pu ressentir.
Je suis d'accord avec Clotilde sur les 3 moments les plus forts du film (mais chaque moment est fort...), toutefois j'en rajouterais encore un : le moment où l'on apprend que Jack a souhaité répandre ses cendres sur Brokeback Mountain. La force de cet amour de sa vie, la nostalgie de cette liberté perdue que Jack a connue dans les montagnes du Wyoming à 20 ans, et l'effet que produit rétroactivement ce choix testamentaire sur Ennis, m'ont profondément bouleversé.
Tout est beau, tout est fort, tout est vrai. C'est magnifique.
Les deux acteurs sont extraordinaires. L'incroyable vérité de ce film provient aussi de la complexité très fouillée des deux personnages, alors même qu'ils sont si avares en paroles.
Le dénuement et la rudesse de la vie de ce Middle West américain marqué par les traditions morales et religieuses m'ont paru très authentiques.
Vivement demain, je retourne voir Brokeback Mountain.

cela faisait tres longtemps que je n'avais éprouvé une telle émotion...je n'arrive toujours pas à calmer mes larmes..peut etre est-ce ce film qui m'interpelle tout simplement sur ma ou sur la vie , l'amour...les barrieres que se creent les Hommes au nom de dieu sait quoi (surement au nom de cet orgueil qui les etouffent)!!!! tout est tres confus dans ma tete et mon coeur, en voyant ces images une blessure c'est ouverte, à moi d'en trouver la raison...et le remède...j'espère que ce film avec le temps sera une oeuvre culte, qui fera réfléchir, il le mérite
andre

Chère Chlotilde,

Tu dis que nous avons tous compris la mort de Jacke à savoir qu'il a été assassiné. Personnellement, j'ai hésité car Ennis à été tellement traumatisé dans son enfance avec une histoire d'homosexuels qui finit mal que je me suis demandée si ce traumatisme ne remontait pas à la surface et occultait la vérité. Quant à la femme de Jake, rien ne dit qu'elle sait. Il se peut que sa famille lui cache la vérité car dans le film, elle semble pas mal dominée par son père (scène de la dinde).
Bref, je me cherche peut-être des excuses pour retourner le voir et par la même occasion lire le livre. J'ai commençé par dévaliser la médiathèque des livres d'Annie Proulx. J'ai lu Noeuds et dénouements et j'attaque Cartes postales. C'est intéressant mais ça ne vaut pas pour l'instant le secret de Brokeback Mountain !!

Bonjour à tous! Après vous avoir lu, je suis rassuré: je ne suis pas fou, vous avez été touchés aussi au delà de toute mesure.J'ai vu le film il y a une semaine, dimanche dernier avant de voir à la suite en cinéphile passionné le documentaire de George Michael,"Jaread" et "Reinas".Mais je ne pense qu'à ce Brokeback Mountain qui m'a profondèment bouleversé, qui a ouvert une énorme blessure dans mon coeur, j'en oublie que ce n'est qu'un film avec deux beaux acteurs qui jouent admirablement bien. Je n'ai jamais été transporté de cette façon au point de confondre les images à la réalité.Je me rappelle encore quand dans la salle obscure, je me suis retrouvé avec la surprise d'une grosse boule oppressant ma poitrine, et des larmes silencieuses coulant lentement mais sûrement. En essayant de comprendre pendant plusieurs jours ce qui m'arrivait, je pense avoir trouvé la réponse, il y a tellement de parrallèles entre ma vie et cette histoire. Ennis... c'est moi!J'aime les hommes, j'ai 27ans, brun,les yeux verts,on me dit charmant, romantique, aimant la nature, gentil mais très farouche et secret, fragile. Je vis chez mes parents à Marseille,j'ai suivi une formation de jardinier-botaniste à Besançon, j'ai travaillé dans de beaux jardins comme apprenti et stagiaire notamment au jardin botanique alpin du Lautaret dont je suis amoureux depuis l'enfance face au grandiose panorama des glaciers de la Meije: c'est mon Brokeback mountain. Je suis actuellement apprenti en BP Fleuriste à "La Clé des champs" à Marseille.Je suis sourd appareillé lisant sur les lèvres intégré depuis toujours au monde entendant, j'ai vécu des vicissitudes du fait de la méchanceté et la connerie des gens qui m'a rendu méfiant et peureux devant l'avenir, je ne vois plus l'amour de mes parents et de mes amis qui sont tristes de mon comportement comme Alma, ses filles et la serveuse envers Ennis...
Et le monde du silence je connais du fait de mon handicap. Je cherche mon Jack Twist qui me rouvrira au monde.Voici mon e-mail:laurentperrot@free.fr J'espère arriver à regoûter au bonheur, à avoir confiance en moi et dans l'avenir. Sincèrement merci de m'avoir lu jusqu'au bout.A bientôt peut-être.

Ouf ! Ca fait du bien de vous lire tous car je suis tellement mal depuis que je suis sorti du film......une émotion intense et une tristesse profonde que je n'arrive pas à canaliser. Une remise en question, un regard en arrière sur les amours mortes ou avortées. Un petit bilan pour un jeune quadra. Je n'arrive pas à me sortir du film c'est fou : c'est comme si tout ça m'était arrivé à moi ! L'identification complète. Beauté des acteurs, grande justesse dans l'appréhension des seconds rôles, une nature à couper le souffle, modernité des sentiments mais surtout le sentiment d'avoir atteint quelque chose d'universel comme dans les pièces antiques !
je suis heureux de voir que je ne suis pas le seul à en avoir été anéanti. Biz. Phil

Une simple question à tous les internautes et admirateurs de ce film. Après une conversation avec une amie, je me disais que la passion entre ces deux hommes avait été favorisée par l'ambiance, l'isolement (un peu comme les hommes incarcérés) et que dans d'autres circonstances cette passion aurait été refoulée ou n'aurait pas vu le jour. Je voulais dire que les circonstances ont permis le déclenchement de cette situation et que de ce fait, cela pourrait arriver à tout le monde. Des réactions?

Moi aussi, je n'ai pas arrêté de penser à ce film depuis que je l'ai vu. Il m'a attristé pour les personnages qui n'ont pas réussi à vivre totalement cet amour et qui par conséquent ont raté l'essentiel dans leur vie. Il m'a rendu joyeux car j'ai compris qu'Aimer de façon si absolu est le meilleur moyen de réussir sa vie, de transcender son existence. Merci Ang Lee, je vais m'employer à Aimer.
Moi aussi, je crois que je vais retourner le voir.

Ben

je l'ai vu deux fois, entre temps j'ai acheté le recueil de nouvelles. J'ai adoré et comme vous je n'arrive pas à en sortir. C'est remarquablement bien interprété et filmé. Et je garde au fond de moi l'image d'Ennis retenant ses larmes en disant "I sweap".

Chère Ariane,

Il me semble qu'Ennis dit I swear et non I sweap autrement dit je jure ce que j' ai compris par je te jure mon Amour pour toujours. Que dit le texte d'Annie Proulx à propos de cette scène? J'ai du commander le livre et je ne l'aurai pas avant le 5 février. Merci de bien vouloir répondre.

Chère Jeanne,

Il s'agit d'une histoire d'Amour et oui elle peut arriver à tout le monde à savoir aussi bien hommes et femmes. Dans le cas d'un homme comme Ennis, je pense effectivement que le contexte de Brokeback l'aide à lacher prise plus facilement. Il n'y a pas de témoin à leur Amour. C'est un secret qu'ils peuvent partager.
Dans un autre contexte, il aurait trop peur du regard et de l'opinion des autres.

Cher Philippe,

Tu parles de sentiment universel comme dans les pièces antiques. En fait, j 'ai pour ma part le sentiment d'un paradis perdu, le jardin d'Adam et Eve (ou en l'occurence Adam et Adam) avant qu'ils ne croquent la pomme. A travers cette histoire, nous revivons le désir fou de l'Amour absolu pur qui fait que sans lui ou elle tu n'es rien et avec lui(elle) absolumment tout...

Bonjour à tous,
j'ai vu ce superbe film au fond de la campagne des provinces gélées de l'est. Comme Phil, comme François, comme tant d'autres aussi peut-être j'ai revu mes 20 dernières années, mes amours impossibles, et peut-être celui qui n'est pas encore oublié.
J'ai chargé le film sur le net, mais c'est toujours la musique qui me tire l'eau des yeux.
Longue & heureuse vie à tous.
JiPé.

Bonjour à tous
j'ai vu le film il est très beau et je cherche la musique du film dans le commerce serait-il possible de savoir si elle existe .
merci.

Merci Hélène pour ta réponse, en fait quand je parlais d'universalité et de pièces antiques je voulais dire que cette histoire c'était plus qu'une love story gay ça touchait à l'essence même de l'amour impossible et si beau si profond si inaltérable parce que "impossible" ! Les amours contrariées nous hantent tous quelque soit notre sexualité. J'ai une amie qui a une relation avec un mec marié et je suis sûr qu'elle peut s'identifier totale au film dans la mesure où il refuse de choisir et où elle refuse de mettre un terme à leur relation !
Cher Ben, c'est vrai que c'est dur de se retourner mais bon ça devrait normalement nous montrer les erreurs à ne pas réïtérer mais bon je sais, je sais.....
Biz. Phil.

Oops ! Je m'a trompé excuse Jipé c'est à toi que je répondais et pas à Ben, le pauvre il ne m'avait rien dit. Scusi !
Phil.

J'ai déja vu ce film 3 fois et pour moi c'est un véritable chef d'oeuvre. Ennis c'est moi tout craché, même si je suis une femme de 33 ans et que je suis hétéro. Comme Ennis je me rend compte que les années passent et que je suis en train de passer à côté de ma vie.
J'ai acheté la nouvelle, la bo et je dois dire que je suis toujours aussi émue à chaque fois que me la repasse.
Je ne pense pas avoir ressenti la même chose cette émotion qui nous tenaille tous depuis Philadelphia.. Seulement à l'époque de sa sortie le net n'existait pas encore et donc impossible de s'extérioriser comme je peux le faire maintenant.
Merci à Jack, Ennis, et Ang Lee pour ce merveilleux chef-d'oeuvre.
Et comme le dit si bien Jack, Brokeback Mountain nous à bien atteint..

N.
Fais moi signe, 15 ans après je t'A... encore et toujours, laisse le téléphone s'exprimer comme dans le temps, je répondrais comme je peux, fais-moi comprendre que c'est toi ... laisse un message explicite sur un mur de ma rue, fais-le si tu m'aimes (j'ai besoin de savoir), que je sache que tu es toujours là, pas loin.
( et si tu es courageux écris-moi à mon adresse mail, tu la trouveras facilement)
P. qui a gardé ce secret pour lui...
Et qui t'attend.

après une semaine, j'étais toujours dans le même état, résultat, j'y suis retourné lundi soir, avec un peu d'appréhension. Je savais pourtant qu'après la scéance le moral n'allait pas être au beau fixe, mais j'y suis allé pourtant ravi.(suis-je maso?) Entre temps j'ai lu la nouvelle de Annie Proulx. j'ai retrouvé avec bonheur ces personnages , la musqiue et paysages. a chaque fois que je revois la dernière scène et le visage d'Ennis, les larmes montent. Jamais un film ne m'a autant chamboulé, j'en ai pourtant vu!!!J'ai les mêmes impressions du lever au coucher. Sa chez en tout cas, que c'est un vrai bonheur de vous lire tous. Histoire de voir que je ne suis pas seul a vivre tout ça. Je n'ai même plus de courage et l'envie de remettre les pieds dans une salle obscure Le but: faire durer au maximum cette impression même si elle nous ravage. Béco a tous
anthony

Quelqu'un a t'il vu la version française et la version originale du film ? Si oui, existe t'il des variantes entre les deux copies ? Merci de répondre.

J’ai vu le film dès sa sortie le 16 décembre à Montréal, en français (la version anglaise est trop difficile à comprendre)...Et j’ai été foudroyé par ce film: ses personnages, son drame, ses sentiments profonds et déchirants...Mais surtout l’enfance difficile, les pères audieux, la solitude rurale-surtout quand on est gay et ado, l’amour interdit, puis la solitude, la peine et les regrets. Ce film boulverse et hante par son message universel. Il vient réveiller en nous des douleurs profondes, mais surout il frappe fort en exposant une réalité à chacune de nos vies: l’amour, cette force de la nature, est un besoin fondamental, mais plusieurs d’entre nous ne le vivront jamais...tragique.

Heath and Jake, vous formiez un beau couple...

merci pour ce forum au travers duquel je retrouve tous les sentiments qui m'animent depuis le film : une infinie tristesse, mélancolie sur le temps qui passe et des rdv et occasions manqués, du sentiment d'amour qui vous semblait à jamais perdu...
Brokeback est un film tellement juste qui touche à la fois les hommes et les femmes , quelquesoit leurs orientations sexuelles ( et cela m'a réellement rassuré à la lecture de ce forum ).Je pleure aussi en revivant certaines scènes du film ou en écoutant le CD audio du film , notamment le dernier extrait " the wings ".
La nouvelle d'Annie proulx a été assez justement adaptée par Ang Lee; le film est cependant plus romantique sans tomber dans le patho ( peut être un peu qd même à la fin ...?? ).
J'ai incité mon ami/amant lui aussi marié....et en couple, d'aller voir ce film ... avec le risque qu'il ne me voit plus qu'en Ennis del Mar ...!! et donc l'issue connue de notre relation aujourd'hui très forte..
Pour répondre à quelqu'un, la nouvelle d'annie proulx Borkeback est tiré du roman " les pieds dans la boue " qui est en rupture à fnac.com.
A tous, merci de m'avoir sorti de ma tristesse solitaire.

René fait allusion aux pères dont le comportement est odieux et je me demandais si cela pouvait entre autre expliquer l'homosexualité ou est ce trop réducteur ou simplement l'homosexualité ne s'explique pas ?
Si mes questions paraissent naives ou hors propos, je vous prie de bien vouloir m'en excuser par avance.

Si l'homosexualité s'expliquait, ça se saurait. Et selon l'explication ça pourrait faire le bonheur des pros- ou des anti-. On n'ose imaginer le test prénatal, voire le "traitement" en cas d'explication génétique par exemple. Pourquoi cette fascination pour tant d'explications "rationnelles" autour de cette histoire, Hélène ? L'amour, la passion, s'expliquent-t-ils ?

Cher François,

Le mot fascination est peut-être un peu fort. C'est de la curiosité, de l'interêt rien de plus et pour répondre à ta question oui, il m'arrive parfois de vouloir rationaliser l'amour. Par exemple, je vis avec un homme depuis 15 ans et parfois, je ne peux m'empêcher de lui demander : est ce que tu sais pourquoi tu m'aimes ?
Quant à imaginer un test prénatal voire un traitement, je te trouve bien méfiant. Nous ne sommes plus dans les années 60. Il me semble tout de même que certains progrès ont été faits depuis même si je présume que beaucoup reste à faire !!

Oui, pardon, besoin aurait été plus approprié, désolé. Sur l'histoire du test, je ne l'ai pas inventé, il y a des fanatiques qui n'attendent que ça (et de par mon histoire, et la haine ordinaire, j'ai appris à être méfiant parce que rien n'est jamais acquis).

Moi au bout de 15 ans ma moitié n'a pas su répondre à "est-ce que tu m'aimes ?" alors le pourquoi... :-/.

Cher François,

Tu es le seul pour le moment à réagir et répondre à mes questions concernant l'homosexualité. Je t'en remercie. Brokeback Mountain est avant tout une histoire d'amour, nous sommes bien d'accord.
Quant tu parles de fanatisme et de ta propre histoire, fais tu allusion à l'origine de ton nom ? Si ma question te gène (trop privée) ou tu me trouves trop curieuse, pardon d'avance.
Tu attendais avec impatience les deux chemises sur le blog de bruno-stéphane. Je comprends pourquoi. Entre nous, le texte est d'une extrême sensibilité, bruno-stéphane a plusieurs cordes à son arc : en plus d'être photographe c'est aussi un poète dans l'âme !!

Quant tu parles de

Ce soir, j'ai lu avec plaisir un article du "Washington Post". L'auteur, Stephen Hunter, y décortique avec finesse la dernière scène, celle des chemises. Ce qu'elles nous montrent. C'est vraiment brillant même si je mets quelques bémols (cf. "Les îles fortunées" pour ceux que ça intéresse). Et puis, je ne peux que sourire en constatant la publicité en une du monde de Grasset (alors que la nouvelle est en rupture) "Vous n'oublierez jamais leur amour"… Savez-vous que la bande originale est en tête des ventes sur Amazon.com et sur iTunes? Un vent de folie et de saudade s'empare de ceux qui savent voir. Hélas, trop de gens avec qui je discute, tous sexes confondus, sont réticents, trouvent le film peu intéressant, n'iront pas le voir. Il est difficile, parfois, de montrer l'évidence et la force du chef-d'œuvre.

J'ai vu ce film pas mal de fois et moi aussi je suis réconforté de ne pas me sentir seul dévasté; j'ai essayé de comprendre la fascination qu'il exerce sur moi; elle tient , me semble-t'il, à un paradoxe : c'est qu'en dépit du drame, et c'en est un, ce qui leur est arrivé est le plus beau qui pouvait leur arriver; déjà, ils ont eu ce qu'ils ont vécu à la montagne ( tout le monde n'a pas eu ça dans sa vie!) et puis leur passion coupée dans le vif a pu rester vive. S'ils avaient pu vivre leur amour, c'eût été un autre drame, celui de la mort froide et lente - Ouais, pas dit ? Regardons autour de nous ou nous-mêmes! C'eût été le travail de l'inexorable et lente érosion des choses (1ère image : le camion traverse un vaste paysage de montagnes violettes, à la première aube, et le ciel qui rosit tout en haut préfigure "Brokeback"à venir.
Dernière image : une route poussièreuse file sans perspective dans la platitude des champs.)
Brokeback Mountain a pu devenir leur "Brokeback" que parcequ'ils ne pouvaient pas le vivre; c'est la réalité de la croix : une barre verticale, une horizontale; notre soif de ciel et notre territude; la crucifixion, l'écartèlement sont inéluctables: on est pile au croisement!
Ennis reste avec sa douleur, oui, mais le pire ce n'est pas la souffrance, c'est l'indifférence.Grâce à cette douleur que n'at'il pas "entrevu", "compris"? C'est la seule chose qui l'arrache à lui. "Jack, I swear..."

Salut Vous tous !
A l'origine je voulais écrire des centaines de lignes sur Brokeback Mountain... Mais j'en suis réellement incapable, c'est indiscible ce que je ressens face à ce film. Pourtant, j'en ressens des choses, c'est pas là le problème ! Et puis, pour la plupart vous avez su en trouver des mots pour mettre sur vos réactions face à Brokeback Mountain et je vous rejoins tout à fait. Mes commentaires n'auraient fait que doublons. Je vous remercie donc tous d'avoir mis des mots sur mes propres sentiments ! C'est réellement le film le plus beau que j'ai jamais vu et pourtant je ne suis pas gay. Comme vous l'avez dit, ce film est universel et depuis la première fois que j'ai vu Brokeback Mountain c'est comme si, en quelque sorte, il me fallait faire perdurer cet amour entre Jake et Ennis en n'oubliant jamais ce film. D'ailleurs pour moi, Brokeback Mountain n'est pas un film, dans ma tête, j'étais là, je peux attesté que Jake et Ennis sont ou ont été (pour Jake) bien vivants, j'étais au camps prinicipal avec eux. C'est dur à accepter que ce film ne soit pas la réalité... Bref je me sens moi aussi lié à Jake (et aussi à Ennis) dans la mesure où lorsqu'Ennis a dit 'Je le jure', moi je ne peux pas penser autre chose. Il y a une identité parfaite.
De ce film, je n'en suis à l'évidence pas sorti indemne et pourtant, je n'ai qu'une envie c'est de le revoir.
Je suis désolé si ce que je peux dire est assez obscur, comme je l'ai dit ce que je pense de ce film est indiscible, j'ai fait de mon mieux ! :D

Ciao Vous tous
Et bon rétablissement à Vous !

Salut !
Quel soulagement et quel plaisir de lire toutes ces réactions face à ce pur chef-d'oeuvre !
J'ai vu le film il y a quatre jours et depuis quatre jours j'ai une boule à l'estomac. C'est comme si ce film avait réveillé une partie de moi que je ne laissais pas s'exprimer. Depuis j'ai envie que les choses changent ; pour Ennis, pour Jack, je leur dois bien ça !
Je pleure depuis quatre jours, mais cette mélancolie me fait du bien ; je remercie Ang Lee d'avoir plongé dans nos âmes et d'en avoir extrait l'essentiel. Plus rien n'est comme avant.
Pour la première fois j'ai le sentiment de ne plus être le spectateur de la vie, mais d'en être devenu l'acteur principal. Et je dois me montrer digne de ce rôle. Brokeback Mountain nous a bien accroché !

Rien à ajouter ni sur le film, ni sur la nouvelle, remarquables, en revanche attention, il y a des contresens assez gênants dans la traduction en français et les dialogues sont loin d'avoir la qualité des originaux, cela dit, à 80% c'est une belle traduction!

Cher Alain,

Quand tu parles de la traduction en français et de certains non-sens, tu fais allusion au film ? Si oui, peux-tu donner quelques exemples de non sen ? Merci d'avance

Bonjour à toutes et tous,
Cela me fait du bien de vous lire et me rassure sur mes réactions après avoir vu ce film. C'est la première fois qu'un film me fait un tel effet.
Evidemment, je pense qu'il nous touche plus particulièrement quand on se sent concerné.
Mon ami et moi vivons à 600km l'un de l'autre et avons aussi notre "brokeback mountain" ou nous nous retrouvons depuis maintenant quelques années. Je ne sais pas lequel des personnages est le plus touchant: Ennis qui ne parvient pas à accepter qui il est et s'interdit de vivre comme il le souhaiterait du fait de toutes ces barrières morales, sociales qu'il s'impose (et que la société lui impose), ou Jack, qui est prêt à affronter l'environnement social pour vivre son amour et l'attend tout sa vie.
Enfin, tout ça pour dire qu'en province fançaise en 2006, on est comme dans le Wyoming en 1963....

Bye.

Depuis trois jours je suis obsédé par Brokeback Mountain. Et j'essaye de comprendre pourquoi. C'est fort. Et comme vous tous, je veux retourner voir le film, mais seul. Et pleurer.
Habituellement, je pleure sans réserve au cinéma. Mais cette fois-ci je n'ai pas été capable. C'est comme si le sentiment était encore plus fort que les larmes. Je n'arrive pas à me l'expliquer. Depuis trois jours je veux pleurer, mais j'ai peut-être peur d'exploser si je me laisse aller.

Une des forces du film, sans exclure toutes celles que vous avez justement décrites ici, est que tout est si bien exécuté pour nous faire croire, vivre, sentir la réalité d'Ennis et Jack. On ne décroche en aucun instant. Et peut-être que le sentiment étrange qui nous envahit vient du fait qu'on ne décroche pas, non plus, bien après que le film soit fini. C'est ce qui en fait une grande oeuvre. Je sens que ça me grandit.

J'aimerais aussi évoqué une scène qui m'a beaucoup ému. C'est vers les trois-quart du film et je crois que c'est la dernière fois que Jack et Ennis se voient. Ils viennent de se disputer, Jack a avoué qu'il était allé au Mexique. ]Ils se séparent. En regardant partir la camionnette d'Ennis, Jack revit en flash back l'instant où il a été le plus heureux à Brokeback Mountain : Ennis le tient dans ses bras tendrement et lui glisse des mots doux à l'oreille avant de partir à cheval faire son travail. On voit bien dans ce seul flash back du film (je crois), qu'ils ont vécu des moments très tendres et affectueux pendant leur idylle, pas seulement la sauvage confusion.

Éric, de Madrid

Je lis plusieurs commentaires dans lesquels les gens se reconnaissent en Ennis et Jack. Ce n'est pas mon cas. Je les vois plutôt comme des personnages mythologiques, des dieux qui ont touché au sublime et sont tombés dans l'agonie.

En quelques jours, ils sont devenus pour moi l'archétype de l'amour. Dans un lieu de mon être qui n'avait encore jamais été touché.

En tous lieux et moments, je me surprends la gorge nouée, le souffle court, la bouche tordue, les yeux humides: en promenant les chiens, au travail, au milieu d'une phrase, dans mon sommeil. Pourtant ceux qui me connaissent savent bien que je suis jovial, bien dans ma peau, heureux et comblé.

Demain, je m'arme de mouchoirs et je vais à la projection de midi, le coeur à vif.

Je sors du cinéma pour la seconde fois... Je viens de savourer chaque instant de ce film, chaque image. J'ai pris de nouveau une bouffée de bonheur et de nostalgie. Que d'émotions dans ces regards, ces sourires, ces silences. Je vous ai lus les uns et les autres et je me dis que nous sommes des frères/soeurs devant ce film, parce qu'il parle à chacun de nous, il nous raconte une histoire que nous avons ou vécue ou rêvée. De nouveau, cette scène où ils se retrouvent, s'étreignent, est d'une force incroyable. Florian, toi qui te demande si tu préfères le rose ou le bleu, va simplement où ton coeur te porte. Aime celui ou celle qui croisera ta route et saura te donner cet amour après lequel chacun court... Ne te pose pas la question de savoir si c'est un homme ou une femme. Donne, aime et accepte l'amour que l'on te donnera. Ce film me laissera des traces à l'âme, indélébiles. Je pense que le syndrome qu'évoque MrC me suivra encore un long moment. J'aimerais comprendre pourquoi cette vague d'émotion me submerge tout comme vous. Peut être parce que je croyais que je n'étais plus capable d'aimer, que je ne croyais plus à ce sentiment. Pourtant en regardant ce film, ces deux garçons, ces deux hommes, je me dis qu'il y a encore quelque part une part d'humanité en chacun de nous qui me réconcilie avec la vie. Je souhaite à chacun de vous d'aimer, d'être aimé et de vivre chaque moment avec l'Autre, comme si c'était le dernier, sans laisser s'échapper une once de ce partage que la vie nous donne. Je vais essayer de cuver l'émotion qui m'étreint et espère qe Morphée me prendra vite dans ses bras... J'ai laissé mon e-mail et répondrai aux méssages que vous me laisseriez. Prenez soin de vous et de ceux que vous aimez.

Jack, I swear
Ennis prononce cette parole devant la porte de l’armoire où il a pendu sur un cintre la chemise que lui avait subtilisée Jack et le blouson bleu de ce dernier. Peut-être y a-t-il comme un jeu de mots avec « wear ». Je te « porte » au sens où l’on porte un vêtement. De fait la chemise d’Ennis porte bien le blouson de Jack.

On peut dédoubler « swear » : "Jack, I swear to wear". Les ancien Romains portaient les effigies de leurs ancêtres lors des funérailles. Ennis jure à Jack de le porter (toute sa vie), c’est-à-dire de le porter dans son cœur : c’est-à-dire de vivre avec les autres avec Jack toujours présent dans son cœur.

Brokeback nous a bien atteints, c'est un coup de foudre virtuel. J'ai le ventre noué, et je suis heureuse parce que j'ai rêvé de Jack...Tous les deux m'habitent depuis quelques jours, et je nourris cette passion pour eux, bande-annonce, musiques du film, vos commentaires, les critiques -bravo le Washington Post-... Quelqu'un peut me dire si elle s'estompe en allant voir et revoir et revoir encore le film??? Je ne veux pas perdre ce mystère et ce noeud dans le ventre!

Waouh !
Je viens de lire vos commentaires sur le film et je ne me sens plus seul tout à coup. Depuis que j'ai vu Brokeback Mountain (2 fois en une semaine et je compte bien y retourner) je suis investi par un sentiment que je n'arrive pas trop à décrire. C'est un mélange de tristesse, de mélancolie, de nostalgie, de "saudade" comme diraient nos amis portugais. Et pourtant tout va bien dans ma vie. Je vis avec mon ami depuis plus d'un an. Je suis entouré de ma famille, de mes amis, certes je ne m'éclate pas à mon taf mais ce n'est que provisoire j'espère mais depuis Brokeback Mountain j'ai la gorge nouée et le coeur serré dans un étau.
Le moindre souvenir d'Ennis et Jack, la moindre la note de guitare de Gustavo Santaolalla me fait monter les larmes aux yeux.
Ce film, ses personnages, son histoire, ses paysages, sa musique m'habitent depuis plus d'une semaine, et je n'ai pas envie qu'ils me quittent. J'ai envie d'entretenir ce sentiment de tristesse qui me lie à Jack et Ennis et j'ai peur qu'il s'évanouisse.
Alors, maso que je suis, je me suis acheté la nouvelle d'Annie Proulx, la B.O. qui passe en boucle sur ma Hi-Fi car il faut bien le dire, elle est magnifique, je surfe sur le net à la recherche de quelque info dont je n'aurais pas connaissance et je compte les mois qui me séparent du DVD.
Voilà ce film est une merveille et je le chéris secrètement parce qu'il m'a complètement absorbé. Grâce à lui je me sens vivant et je me dis qu'il n'y a rien de plus beau que l'Amour, quel qu'il soit.

Petite interrogation comme ça en passant : après avoir lu la nouvelle d'Annie Proulx, je me suis soudain demandé si le père de Jack n'étajt pas pour quelque chose dans le meurtre de son fils. Vous allez dire que je divague mais ce père ne semblait pas porter en estime son fils. Il n'a pas souhaité que ses cendres soient dispersées sur Brokeback Mountain et puis Jack ne lui avait pas caché son envie de reprendre la ferme familiale avec Ennis, puis avec un autre homme... J'ai la sensation qu'il a parfaitement compris que son fils était homo et à cette époque (et aujourd'hui encore hélas !) beaucoup de parents intolérants préfèraient avoir un fils mort qu'un fils homo...
Voilà si vous avez des commentaires...

En tout cas, merci à vous pour vos commentaires qui m'ont fait du bien et merci à Ang Lee, aux acteurs Heath et Jake et à tous ceux qui ont participé à ce film car ils nous ont fait un magnifique cadeau.


Non, n'aie crainte, ça ne s'évanouit pas, ça grandit, avec le goût de la petite folie. Quoi! tomber amoureux d'une atmosphère, d'un film, de l'âme de nos deux amours. Car c'est bien un sentiment amoureux (lire Roland Barthes: Fragment du discours amoureux), on attend le moment où on peut écouter la musique, chercher des images, des interprétations sur Internet, retourner en salle obscure pour passer un moment avec eux...Et qui n'a pas envie d'aller à Brodeback, Wyoming?
Est ce bien raisonnable d'aller le revoir une quatrième fois? Je m'en fous, j'ai besoin d'eux!

j'y retourne demain bien sûr! Ce sera la troisième fois. J'espère que l'émotion sera intacte.

Merci Isabelle pour ta réponse. Tu as raison c'est un sentiment qui grandit, qui s'entretient mais qui est cependant très troublant car de tous les films que j'ai vus et Dieu sait si je consomme beaucoup de films, Brokeback Mountain est un des rares sinon le seul qui m'ait autant bouleversé.

Merci infiniment ang Lee. merci aussi a vous car je suis en train de chialer.Etes vous comme moi. j'ai une soif d'ammour qui ne pourrait s'éttanche qu' a brokeback moutain et en entrant dans la peau de l'un des personnage. Je suis ammoureux et vis avec mon compagnon depuis 5 ans déja, et je me suis rendu compte que je l'ai aimé que 3 mois. J'ai une soif d'amour que mes larmes n'arrive pas a etanché... mais j'ai pu faire le point et je sais ce qu'est aimer. merci ang lee

Jamais, jamais un film ne m'a découvert intimement, bien d'accord, mais ni un bouquin, ni un tableau, peut -être est-ce plutôt comme ces musiques que l'on se repasse en boucle, qui s'accordent pleinement à un moment donné avec nos vies. Mais un film! J'ai l'impression d'avoir un amant, mes petits secrets, ...et pourtant, j'aime J.Chr de tout mon coeur, il est toute ma vie,mais là, je le trompe avec ravissement, comme un fruit interdit-permis!!!
Courage Jean-Charles, nous sommes si nombreux, isolés, mais de + en + nombreux (voir sur le site officiel du film les commentaires des Philippines à l'Espagne auX USA..../ ou sur le site rottentomatoes) I wish I knew how to quit you!

Nous sommes au tout début d'un envoutement général, oscar ou pas oscar, il faut que ce film passe en continu dans une salle de ciné, dans 6 mois, dans 1 an, on tient notre film-culte, celui qui nous dévoile.

je sors du film, je suis comme vous tous
incapable de decrire ce que je ressens reellement
pourtant je n ai pas pleure, moi qui pleure pour un oui ou pour un non dans la vie. j ai l impression de tellement connaitre ce qu il se passe dans ce film que les larmes ne peuvent pas venir malgre la boule au ventre
finalement comme le dit ronald, rien n a change depuis 1963 a nos jours

je sors du film, je suis comme vous tous
incapable de decrire ce que je ressens reellement
pourtant je n ai pas pleure, moi qui pleure pour un oui ou pour un non dans la vie. j ai l impression de tellement connaitre ce qu il se passe dans ce film que les larmes ne peuvent pas venir malgre la boule au ventre
finalement comme le dit ronald, rien n a change depuis 1963 a nos jours

c'était un samedi, j'avais mon frangin rien que pour moi pour toute la journée. C'est toujours le même programme pour nos journées tête-à-tête: petit ciné, promenade sur la plage (déserte en ce mois de février) puis resto mexicain. Gil avait déjà vu le film chez lui, à Barcelone, il voulait absolument m'y emmener. Je m'installe confortablement sur le siège, penché vers lui, la tête posée sur son épaule, tout à mon bonheur d'avoir mon grand frère à portée de main pour quelques heures. Puis le noir se fait, l'écran s'allume et je me sens apsiré par le film, les imaes, la musique et l'histoire en elle-même. Je sens que Gilo resserre un peu plus son étreinte. Je ne suis plus un "grand", je me fous qu'à dix-sept ans, on n'est plus censé se réfugier ainsi dans les bras de son grand frère. Nous ne sommes plus que nous deux dans cette salle de cinéma pourtant presque pleine, enfermés dans une bulle d'émotion que nous taisons et que nous partageons quand même. Quand on sort de la salle, éblouis par la lumière du jour, j'ai les yeux brillants. Les rayons du soleil se reflètent dans cette larme qui affleure au bord de ses yeux. Et là, debouts au milieu de l'allée qui mène au parking, je fonds dans ses bras. On n'est pas sortis indemnes de ce film. On ne sera plus jamais tout à fait les mêmes...En un mot: ALLEZ-Y!!!!

Salut à tous, ah enfin un site où je n'ai pas l'impression d'être un extraterrestre sorti tout droit de la planète de ce que j'appelle "the crazy brokeback mountainers" (désolé mais mon anglais laisse à désirer). Voila bah un peu comme vous tous je suis ressorti du film complètement boulversé à tel point que je l'ai vu 2 fois en l'espace de 3 jours. Je le trouve sublissime, gigantissime, excellentissime... et je pourrais encore en écrire des pages et des pages. Moi qui suis un célibataire de 20 ans qui n'as jamais vécu d'histoire vraiment sérieuse ça m'a fait bcp réfléchir. Mais au risque d'en choquer certains je crois qu'il vaut mieux vivre une histoire d'amour impossible comme celle-ci que d'être célibataire comme moi. Je dis toujours qu'il vaut mieux "mourir d'avoir trop aimé que de vivre une histoire plus ou moins banale sans aucune intensité". Si jamais un jour on me donnait le choix je préfèrerais vivre 3 ans de passion intense et ne plus connaître l'amour pdt tout le reste de ma vie que de vivre une histoire plutôt banale tout au long de ma vie! C'est en grande partie ce qui m'a touché ds ce film hormis la beauté sans équivoque de Jack Gyllenhal!!! Je dois y aller!Biz à tous et à bientôt.

Je ne vais pas etre originale, vous avez tout dit deja, meme mieux que je n'aurais pu le faire. C'est fou parce que se sont quand meme mes propres emotions et je suis incapable de les exprimer... Oh bien sur j'ai dit à tous ceux à qui je pouvais le dire que j'avais aimé ce GRAND film mais je n'ai pas parlé de l'emotion qu'il a suscité en moi, pourquoi? Je ne sais pas... Je n'ai jamais reussi à parler de moi ce n'est pas maintenant que ça va changer mais de vous lire ça me réconforte, il y a donc des emotions qu'on ne peut décrire ni meme comprendre! Pourquoi chercher à comprendre d'ailleurs, ça fait un peu mal mais ça fait du bien! Comme qq'un le disait ça prouve que je suis vivant, qu'il y a encore des choses qui peuvent nous toucher nous atteindre nous faire plier dans ce monde où on est obligé de devenir de plus en plus fort pour accepter ce monde devenu dur! Alors effectivement c'est une fiction mais ça parait tellement réel alors oui qq part j'en veux à Ennis d'avoir gaché sa vie et celle de Jack à cause de la société. Ces êtres de fiction, ces bouts de pellicules me font comprendre qu'il faut profiter de la vie maintenant et tout le temps, pourquoi se la gacher avec des broutilles ou à cause des autres... J'espere avoir un jour la chance de vivre ne serait ce qu'un 10eme de la passion vecue par ces 2 personnages....

Nous sommes des êtres humains tout simplement, avec un coeur et une âme, on peut souffrir mais on peut aimer, il serait dommage de tout gacher... Aimez vous tous les uns les autres, il ne tient qu'a nous de rendre ce monde plus beau... je regrette d'avoir un peu pris conscience de tout ça grâce à un film et non pas par mon vécu... mais la vie m'apprendra surement comment faire pour continuer...

Bises à tous

Sometimes, I miss you so much I can hardly stand it! You have no idea how bad it gets!

Magnifique...
Ce film est vraiment remarquablement fait et je suis vraiment heureux d'avoir eu la chance de le voir en grand écran. La musique, les paroles, les regards... magnifique... Il y'a juste la fin qui est triste et qui m'a fait la larme à l'oeil. Malgrès cela, je trouve que ces deux acteurs ont vraiment montré ce qu'est le sens homosexualité. Car c'est loin d'être une histoire de sex, c'est tout simplement l'amour... Malheureusement, encore maintenant, on vit dans un monde d'intolérance. Ce qui est triste.. surtout qu'on est au 21 siècles.
Vraiment chapeau... il est magnifique

Dites....

Et si je vous dis qu'à la quatrième fois, le film est toujours plus beau, on voit l'extraordinaire jeu des acteurs, poindre le sentiment, qui se mue en Amour, en Passion dévorante et on les accompagne un peu plus loin encore.

Quelque chose d'irréaliste cependant: avec un tel amour, je ne comprends pas pourquoi Ennis ne balaye pas ses névroses paralysantes venues de l'enfance, d'autant plus qu'il est tellemnt aidé par Jack.

J'en suis encore bouleversé et je ne cesse d'y penser. Apres la seance, la seule chose dont j'ai eu envie c'est de me coucher. Il etait seulement 22h vendredi soir pour vous dire.. idem pour mon copain. Peut etre est-ce parce que j'avais envie que le film continue dans ma tete.. et si Jack ne mourrait pas ?

Le film a changé qqchose dans nos vies, on se sent vivants et l'amour est tout ce qu'il y a.
D'ailleurs on a fait l'amout ce soir là, differemment, intensemment.

C'est une ode à la vie et a l'amour. Je suis heureux de vivre à mon epoque et sans trop de probleme.
Mon seul souci aujourd'hui c'est de savoir si je retourne le voir ou non..

Ce film est un joyau. Merci à tous ceux qui l'ont fait exister

Film magnifique !
J'ai 50ans, marié , 2 garcons de 23 et 20 ans beaux comme des dieux, gentils et intelligents , une femme belle, sure et paisible a mes côtés depuis 25 ans .. Et ce film est arrivé comme un boomerang, me renvoyant a ce choix fait il y a 25 ans justement . Le choix de ne pas assumer ce côté là de mon être, de refuser de me battre contre les conventions de l'époque .
Je me suis senti si pres d'Ennis pendant tout le film et je ne sais plus si je pleurais a la fin pour la mort de Jack ou sur mon amour perdu.
Je me sens mal depuis 3 jours en pensant a ce qui aurait pu être si j'avais eu ce courage
Merci a tous pour vos commentaires

merci a tous pour ces temoignageS j'ai passe trois jours avec une grand tristesse en repensant a ce film je me demandais meme si cetait normal. ce filme me boulverse et il me fais mal juska maintenant. Vraiment le vrai amour merite d'etre vecu a 100% la vie sans amour n'est rien. nous avons tous besoins d'amour bonne chance a tous ceux ki ne l'on pas encore trouve. ainsi ka moi bien sur

pour répondre à ALAIN :
moi aussi complètement déboussolé depuis 3 jours, impossible de manger, sommeil très perturbé, la respiration courte, submergé par les émotions, une identification trop forte à ces 2 personnages, si vrai pour avoir ressenti comme eux il y a 15 ans.
Si tu peux retrouver l'amour perdu dont tu parles, cherche le, reprends le contact, trouve la force de le revoir, tu ne le regretteras pas ! Le temps perdu ne se rattrappe pas, mais le temps à venir t'appartient ! Tu vas vivre des moments très forts, en t'en couper le souffle, ton coeur doit être fort, car ça va fouetter ! Et rien que pour ça, ça vaut le coup de le vivre! Respire un grand coup, et fonce ! je te souhaite plein de courage et d'énergie !

Je pense que tout a été dit sur ce film magnifique. Par contre si quelqu'un peut me traduire " get along little doggies" de la chanson de Ruffus waintwright "the maker make" cela me ferait plaisir car je n'ai tjs pas trouvé cette traduction qui doit probablement être une expression de cow boys.

Le sens du titre

Il me semble avoir trouvé la signification du titre de Brokeback mountain.
En effet « broke » est une ancienne forme du participe passé « broken » qui veut dire brisé. Or à un certain moment Jack dit qu’il a le dos brisé à cause du rodéo. Donc il a le dos « broken » : un « broken back », c’est-à-dire un « brokeback ». On pourrait paraphraser « brokeback mountain" : la montagne de (l’homme) au dos brisé, c’est-à-dire la montagne de Jack.

jai ADORE ce film tres emouvan et unik!!!c tres triste a la f1 kan on voi la chemise de jack!!en ts ca ce film es la meilleure histoir d amour ke jai vu!!les acteur st touchan!!!!

Réponse trouvée sur un forum dédié à Rufus Wainwright* :

The cowboys would drive their cattle herds across the western plains to get them to market. "Get along, little doggies," was a common thing for the cowboys to say to any cattle who were straying from the group. They would typically outflank them and direct them back towards the herd.

Autrement dit, "Get along, little doggies" est une phrase employée par les cow-boys pour ramener le bétail qui s'écarte du troupeau.

* http://bb.dreamworksrecords.com/rufuswainwright/showflat.php?Number=237232

Merci Franck pour la traduction de "get along little doggies" Cela me fait très plaisir.
André

Difficile de passer à côté d'une oeuvre aussi magistrale nèanmoins trés courte. Je voudrai dire ausi que les rares dialogues du livre, émouvants, ne suffisent pas à étancher ma soif car en vérité je ,n'ai pas vu le film et ne suis pas prêt à le voir depuis la guadeloupe. Le film est-il sorti en dvd? Sortira-til en guadeloupe?

Sur le conseil de nombreux amis, ai vu le film hier. En suis ressorti ni pleurant ni bouleversé.
Ancien pâtre moutonnier moi-même, ne suis jamais arrivé à "entrer" dans l'histoire. D'ailleurs, il n'y a pas d'histoire: seuls deux paumés face à leurs instincts qui se transforment en sentiments. C'est long, interminable, tellement mièvre que ça dégouline de saindoux... Les paysages sont fabuleux, les maquillages sont ratés, la musique est agréable pour qui aime le country, les dialogues incompréhensibles.
Désolés vous-autres, mais j'ai pas aimé.

Salut Rémy,
Je te rassure, on n'est pas obligé d'apprécier ce film, même si je te trouve très sévère.
Pour moi qui l'ai vu 5 fois (et oui ça existe), je peux comprendre que tu ais eu un peu de mal à rentrer dans le film dans la première partie. Mais à partir du moment où ils se retrouvent après 4 ans et qu'on les voit évoluer ensemble ou dans leur famille, on est emporté par leur histoire.
Pour les dialogues, je suis d'accord, c'est incompréhensible (parole de canadien bilingue), mais les regards et les silences parlent d'avantage.

Pour moi, les deux ne sont pas paumés. Jack est prêt à assumer et est clair dans sa tête. Ennis, oui est totalement paumé, d'ailleurs il le dit dans la scène près de la rivière, il se sent comme un moins que rien. Difficile de rester insensible à cette scène pourtant.

Et si le film t'a paru long, moi il m'a paru court.
Pour moi, long, c'est mettre 20 ans à sortir du mal-être d'Ennis, 20 ans pour s'accepter soi-même et tenter de comprendre qui on est, 20 ans pour en parler à certains de ses proches.....et sans doute toute une vie à mentir à ceux qui ne sont pas prêts à l'entendre....ça oui c'est long.

Bye.

J'ai relu nos commentaires. Nous sommes devenus une étrange communauté, frappée par une étrange grâce. Même si certains peuvent rester indifférents, comme Rémy. Dommage pour eux. Pascal disait que les boiteux ne l'irritaient pas mais que les boiteux de l'esprit ne pouvaient pas manquer de l'énerver. Rémy est une sorte de boiteux de l'esprit, je le dis avec compassion et tristesse. Il n'est pas le seul (des gens que je considérais comme très proches le sont aussi, ça me rend triste, ça m'irrite, mais comme Ennis, je n'y peux rien y faire). J'ai déjà rencontré, physiquement certains d'entre nous (c'est assez incroyable pour être noté, dans le monde virtuel dans lequel nous nous promenons). D'autres ont été touchés par ce que je/nous avons écrit mais se cachent encore, ne donnent pas leur adresse, leur email, le téléphone. Et pourtant nous ne vivons pas en Iran. Pensez aux deux jeunes mineurs pendus sur la place publique parce qu'ils étaient pédés. Pensez à la mort de Jack qui me fait tant penser à Matthew Shepard, tué dans le Wyoming, un an après la nouvelle d'Annie Proulx, dans des circonstances pas pires que celles d'Ilan Halimi. Ce soir, Théo Klein a dit sur France Culture que c'est la mort de n'importe quel jeune qui devrait nous bouleverser. Quelles que soient les circonstances. Nous sommes devenus (presque) tous des "post" BBM. En ce qui me concerne, ce film m'a profondément changé et je n'ai plus envie de revedenir comme avant, frileux, prudent, enfermé. Pour moi, la porte du placard est définitivement ouverte. Et il y a une tache jaune, magnifique, comme dans un certain tableau de Vermeer, qui se dessine dans la fenêtre de la roulotte déglinguée d'Ennis. C'est à nous de la saisir. Maintenant ou jamais.

Non Olivier, tu n'as pas laissé ton adresse électronique… Dommage, car j'ai envie de t'écrire. Et sans doute d'autres aussi.

@Vincent : en tant qu'hôte de ces lieux, je suis le premier fasciné par la quantité et la qualité des commentaires que mon billet a généré. J'invite les gens à exprimer leur opinion, et Rémy a parfaitement le droit d'exprimer la sienne, fût-elle différente de la très grande majorité des autres. Il ne dit pas que le film est mauvais, il dit qu'il n'a pas aimé, et je comprends l'idée qu'on n'entre pas dans un film (auquel cas, dans ce cas précis, il est impossible de l'apprécier).

S'il vous plaît, gardez l'esprit de dialogue qui règne ici, et la magie de ce billet en particulier, sans recourir à l'invective !

@François…

Invective ? Non, cher François, s'il faut que je dissipe ce malentendu, je vous convie à aller sur mon blog (http://kiribati.blog.lemonde.fr/kiribati) où je précise (mieux?) ma pensée. Je n'en veux pas à Rémy ou à un(e) autre — car il ne faut pas personnaliser. Et je cite Pascal et pas Robespierre, un penseur connu pour son ouverture d'esprit. En revanche, je suis irrité — même si je suis aussi "compassionnel" (c'est à la mode, mais ce qu'y est écrit ici me touche aux larmes) et j'aimerai vraiment convaincre ceux, encore nombreux, qui ne pensent pas comme "nous" (et les commentaires sur ce site ne sont pas ceux de la majorité, loin de là, je peux en porter témoignage), qu'ils doivent faire un (petit) effort. Se remettre en cause. Car après tout, pendant longtemps, je n'ai écouté que de la variété et du disco (la musica seria, c'était trop compliqué pour moi). Alors que désormais, je ne jure plus que par Bach et Chostakovitch. Et j'ai été moi-même (et le suis sans doute dans certains domaines), un esprit boiteux. Vraiment, je ne comprends pas votre appréhension me concernant. C'est dommage.

@Vincent : la seule appréhension que j'ai c'est de voir le débat déraper sur des attaques ad hominem, c'est tout. Elle est peut-être infondée, je préfère prévenir que guérir.

Brokeback mountain /Jack Twist / Oliver Twist

Excusez-moi, mais je viens d'écrire ce texte en anglais pour un newsgroup anglais. Mais c'est de l'anglais très français alors...

As many people I quite admired the beauty of the film « Brokeback mountain ». I even wanted to buy the book, but when I saw how expensive it was and for so few pages, I prefered to buy an other one with more pages and for a lesser price. It turned out to be “Oliver Twist" by Charles Dickens. I was not long before observing that “Twist" was also the name of Jack in Brokeback mountain. What would be the meaning of such a reference?

Let’s remember the story of Oliver Twist : a poor orphan abandoned by his parents, who spent the beginning of his story in a workhouse, but ends it with his saviour, the wealthy Mr Brownlow. Perhaps is there some link with BBM.

We could compare Jack’s life with the one of Oliver Twist when he was an orphan. Jack wanted so much to live with Ennis, but Ennis refused for fear of the scandal that it might induce. They just met twice or thrice a year. But during his childhood in the workhouse, Oliver too makes the experience of poverty and scarcity of love. His food is reduced to the smallest possible part just as Jack’s ration of love and more generally ours.

But at the end of the film and therefor after he has left this world, Jack seems to have finally obtained all what he wanted. His shirt is with Ennis’s and this image illustrates that Ennis has finally accepted to live with him. And so he does in fact as much as he can. If there’s a meaning at all for the choice of “Twist" as a name for “Jack" and if there’s a reference of this “Twist" to “Oliver Twist", we can then compare this moment of the story with the end of Oliver Twist’s novel, that is to say, the moment when Oliver Twist finally lives with his saviour, the wealthy Mr Brownlow.

Je ne sais ce qui est le plus émouvant, le film Brokeback mountain ou le premier billet de Vincent de Rennes. Les histoires à côté desquelles on semble être passé ne sont pas des non-histoires, elles accumulent les trésors de futurs rencontres.
Chaque homme

Salut, à mon tour de vous raconter mon expérience. Tout d'abord, je suis une fille (vieille) et j'ai vu Brokeback 2 fois. La première en version française et j'ai vraiment été dérangée par la voix doublée de Ennis. Je savais qd même que l'acteur avait adoptée un phrasé particulier et un accent "pèquenot". Donc, j'ai poussé une amie à aller le revoir ds notre salle d'art et d'essai en VO, ce qui nous a facilité les choses, connaissant l'histoire, nous avons pu nous concentrer sur les sous-titres et les images. Evidemment, nous n'avons rien compris aux dialogues. Heath marmonne beaucoup et on ne le comprend guère. Comme dit ma copine, il a vraiment cet air buté des gamins pris en faute, avec la tête basse et les yeux cachés. On sent bien que cette histoire, romantique, a été écrite par une fille. J'ai beaucoup aimé la scène de flash-back où Ennis, a un rare moment de tendresse (il est vraiment rustre) et dit à Jack "tu dors debout comme les chevaux" en l'entourant de ses bras. C là qu'on sent qu'il n'y a pas que la passion, le sexe, mais que c'est leur histoire à tous les deux : "parce que c'était lui, parce que c'était moi". C'est ce qui perd Ennis ; çà ne peut être que Jack. Je ne sais pas s'il est homo, il est amoureux de Jack, c'est tout. Je n'ai pas lu tous les commentaires, c trop long. L'hypothèse de ma copine est que Ennis n'a pas été éduqué, pas de parents pour l'aider à se construire, sinon un père qui l'amène voir le vieux garçon torturé ! Lui sait ce que çà coûte de se dévoiler. Il faut resituer l'histoire dans l'époque (En France aussi, les gars des beaux quartiers de Paris faisaient la chasse aux homos le samedi soir), et le milieu socio-culturel. Je ne suis pas sûre qu'encore de nos jours, au fin fond du Texas, on accepte les différences. cf la peine de mort toujours très bien appliquée. Pour ce qui est de la mort de Jack, on s'était posée la question, mais il semble bien qu'il soit tabassé, comme l'avait été et de la même manière (avec un démonte-pneu) que les vieux qu'avait vus Ennis dans son enfance. A la revoyure, j'ai trouvé que la femme de Jack raconte son décès, comme une leçon bien apprise, très mécaniquement (version politiquement correcte de son père)et on peut penser qu'elle est au courant. Le père de Jack dit bien qu'il avait une relation avec un voisin. Question à 10 balles, le film serait-il aussi romantique si les acteurs avaient été, mettons Steve Buscemi et Jim Carrey ? Mouais, avouons que nous sommes bien sensibles à la beauté de ces deux gars. Bon, il y a encore plein de choses dans ce qui reste un beau film, avec quelques longueurs à la 2ème vision. Bien sûr, que cette nature somptueuse est pour quelque chose dans leur histoire, c'est le 3ème personnage du film. Quant à Remy, il a tout à fait le droit de ne pas aimer, je comprends un peu ce qu'il veut dire. En tout cas, c'est vraiment le film à voir en salle. Comment voir ces magnifiques paysages sur une télé rikiki. Ouf, il y a encore de beaux films. En parlant de çà, "De battre mon coeur s'est arrêté"

Depuis ma 2eme vision du film je hante les forums Brokeback anglophones. Je n'ai rien à ajouter, tout le monde a tout dit, mais voici quelques trucs intéressants que j'ai appris :

- Gustavo Santaolalla a composé la musique avant le tournage du film en s'inspirant de la nouvelle et la scénario. Ang Lee, les acteurs, et le directeur de la photo écoutaient la musique pendant les semaines de tournage en montagne.

- Heath Ledger a failli cassé le nez de Jack Gyllenhall pendant le tournage de la scène des Retrouvailles

- Heath Ledger et Michelle Williams, qui joue le rôle de la femme d'Ennis, se sont tombés amoureux pendant le tournage. Afin de montrer une réaction authentique aux retrouvailles de Jack et Ennis Michelle Williams a demandé aux deux acteurs de s'embrasser "pour vrai" off-camera.

- C'était l'idée de Heath Ledger de mettre la chemise de Jack en dessous de celle d'Ennis pour la dernier scène.

- Annie Proulx a dit que Heath Ledger a compris le personnage d'Ennis même mieux qu'elle.

- Ledger et Gyllenhaal reçoivent des centaines de cartes postales par jour avec le message : Thank you for Brokeback Mountain.

- Le DVD va sortir aux USA et en Angleterre en avril.

Ce film a la perfection de ne pas en être un. Il s'est évadé de son histoire pour raconter la notre. Les années 60 ne sont qu'un prétexte pour désincarner ces petits (ou grands) bouts de vie qui font ou ont fait nos amours, nos rires, nos sourires et nos larmes. Très vite, sans identification aucune, vous êtes renvoyés à des démons que vous aviez domptés: ces mensonges, ces faux fuyants bien actuels pourtant. Vous avez mal pour cette épouse qui découvre les deux amants, heureux, en bas de son escalier, vous plongez, surpris, avec elle dans cet enfer d'incompréhension et pourtant vous goutez pleinement à ces rares moments volés par ces 2 hommes aux contraintes et aux absurdités de la société.
Ce film vous entraine très loin en vous racontant un peu. L'histoire vous fait mal de vérité mais vous hypnotise par ces quelques moments de bonheurs entre ces deux êtres qui créent leur propre chemin dans l'inconnu. Cette vie à la douceur des bons instants mais est d'une infinie tristesse. Vous n'en tirerez aucune morale si ce n'est celle de s'adapter au mieux avec des sentiments non reconnus. Mais cette histoire est aussi un viol, je n'avais pas envie de raconter cela à tout le monde, je n'avais pas envie qu'on me mette ainsi à nu. Je le reverrai mais vous qui ne l'avez pas encore vu, soyez prets à souffrir d'autant de beauté et de sentiments et d'amour.

Quel film...

Si vous êtes anglophones et intéressés par des analyses aussi passionnantes que passionnées du film, allez donc faire un tour sur http://davecullen.com/forum/index.php

C'est une communauté extraordinaire, un lieu d'échange privilégié pour les brokeaholics.

Une splendeur. SPLENDEUR! Parce qu'on m'en avait dit trop de bien, j'hésitais à aller le
voir. J'ai finalement cédé et mon seul regret
est d'avoir reporté à bien tard un tel moment
de pure émotion. Je crois que le profond désar-
roi que fait naître en nous ce film est la cer-
titude que nous nous perdons en de multiples
amours secondaires plutôt que d'assumer UN amour
qui exige le don total de soi. La mesquinerie
nous pourrie l'âme. Il ne faut pas craindre d'avoir la passion de l'impossible, ou alors
nous sommes condamnés a vivre l'amour par procu-
ration; LE grand écran.

Tout a été dit et pourtant je souhaite aussi partager ce moment si bouleversant avec vous tous.Je pleure en lisant vos commentaires car ils me renvoient à des scènes du film qui m'en ont mis plein le coeur... notamment celle des retrouvailles après 4 ans et quand Ennis trouve les chemises.Vivement le DVD pour que je puisse regarder ce film encore et encore.Merci à Ang Lee,à Ennis et à Jack F...ing Twist

La passion n'attend pas le nombre des années...Petite histoire: il y a deux jours, j'avais envie de me faire une journée film - rien faire, juste lézarder un moment, entre les turpitudes de la vie.
Premier rayon du vidéo club: " Brokeback Montain", je me dis ah oui c'est ce film dont tout le monde a parlé...soit pourquoi pas.
Je retourne chez moi, dans mon petit nid douillet de femme mariée et là...
...
le choc, la respiration difficile, la buée incessante devant mes yeux puis les larmes difficilement contrôlables, un tourbillon de sensations étranges, envie de vivre de ressentir, de voir, de revoir, de partager, encore et toujours...encore et toujours, jusqu'à 3 heures du matin, je l'ai regardé 3 fois de suite...les mots me manquent...

Le lendemain je me sépare difficilement du dvd, je cour presque jusqu'à la fnac, je l'achète, je re cour chez moi, je replonge...

Je suis une femme, hétéro dans tous les sens du terme, amoureuse de la plus belle histoire d'amour qu'il m'ait été donné de voir , amoureuse d'une passion, d'un lien indestructible, de deux hommes qui s'appartiennent à jamais, dans la constellation des sentiments pour l'éternité, j'envie cet amour.....merci de tout ce que vous avez écrit, je sais que je ne suis plus seule.

En relisant vos commentaires et leur diversité, je me demande s'il existe, dans le panthéon des films "homo", un autre film qui ait autant marqué les esprits que celui-là.

Pour être honnête...je ne crois pas...
Certains films ont bien essayé d'y apporter leur faible contribution, ce qu'il y a de magique dans ce film, c'est que l'on est loin des clichés que la société a bien voulu nous imposer...cet amour on peut le transposer à l'infini, homo ou pas, il s'adresse à la petite flamme qui est en chacun de nous et qui un jour au détour d'une rencontre nous consumme.

Cet amour me parle, leur histoire me parle, et que ce soit deux hommes me parle encore plus...

@Loïlane : bien vu. La force de ce film, et d'autres qui l'ont précédé, est justement de montrer que l'amour est universel.

Ceux qui l'ont déjà dit avant moi ont raison, lire tout ces commentaires les uns a la suite des autres provoque une grande émotion. Pour ma part, Brokeback mountain m'a littéralement secouée.Lorsqu'il est sorti en salle, je voulais le voir et je n'ai qu'un regret c'est de l'avoir vu il n'y a que trois jours seulement. Ce film est uns des rares ( sinon le seul) qui raconte une histoire d'amour en faisant passé toute l'émotion et les sentiments des personnages. En regardant Brokeback mountain, on se voit tous dans Ennis ou dans Jack. On a tous un peu l impression d avoir vécu leur histoire. Et là ou ce film est grand, c'est qu'il porte effectivement un message universel qui aurait la force de réduire en poussière tous les préjugés des gens qui voient les relations homosexuelles comme contre- nature. Aux gens qui liraient ces lignes et qui penseraient ce genre de chose, sachez qu'il s'agit d'histoires d'AMOUR. n'est pas humain ? réfléchissez y.
Ang Lee a fait très fort. tout comme Heath Ledger et Jake Gillenhaal. Ce film est a voir et a revoir, il mérite d 'être une référence dans le coeur des gens. Ce film m'a laissée complétement anéantie. Anéantie par la force de cette passion entre Jack et Ennis, anéantie par la souffrance qu'ils ressentent au point de vouloir en mourrir. Anéantie par la beauté de cette passion aussi folle qu'interdite.On en finit pas d'en pleurer, et on se souhaite qu'une chose, c'est de pouvoir avoir un jour la chance d'aimer et d'etre aimer a ce point.voila trois jours que je suis accrochée a l ordinateur, à visiter le site officiel, à écouter la musique, bref, à aspirer tout ce qui concerne Brokeback mountain. J'ai plongé dans un monde d'ou je ne veux plus sortir. Et quand vous essayer de louer un autre film pour tenter de passer un peu à autre chose, vous etes la et vous vous dites, qu'est ce que je peux bien regarder après Brokeback mountain??? - Brokeback mountain. Impossible de faire autrement. Ce qui m'a le plus déchirée, ce sont les chemises. Pour moi, ces chemises sont un symbole, et la seule chose qui reste de Jack à Ennis, hormis les souvenirs. A ceux qui m'ont pas encore vu le film, courrez à votre dvd club et louez le. Je vous préviens, vous n'en ressortirez pas les memes. Si quelqu'un veut réagir à ce commentaire, n'hésitez pas.

c trop le meilleure filme que jai vue il est tres emouvant et c une tres tres bonne histoire il ni a po de vialance et sa c le fun

c trop le film a voir !!!!!!

Bonjour à tous,
J'arrive un peu tard pour parler de ce film qui est un chef d'oeuvre (j'espère qu'on me lira quand même !!)

Je voudrai juste parler de 2 choses :
1 - j'ai vu le film en dvd 2 fois en 2 jours, il m'a beaucoup troublé mais pas traumatisé :) bref, je suis venu sur ce site car je me demandais qui avait réellement tué Jack ? Ce détail ne m'a pas sauté aux yeux à la première vision du film, même si je trouvais la mort de jake "très" bizard", donc, j'y ai porté une attention particulière lors du 2eme visonnage. Là, je me suis demandé si ce n'était pas Ennis qui avait organisé cette bagarre, un façon de punir Jake de le faire souffrir, de le rendre amoureux d'un autre homme.
Lors de la scène où ils se quittent, Ennis dit à Jake qu'il pourrait mourrir pour ce qu'il fait au mexique. Ennis aurait alors organisé une bagarre / une punition qui aurait alors mal tourné et Jake en serait mort.
En lisant les commentaires sur la mort de Jake, je suis heureux de voir que ce meurtre serait à l'origine du beau père de Jake, et je me sens soulagé de cette version. Imaginer Ennis à l'origine de ce drame me donnait un gout très amère.
Cela étant dit, je répond à une question posée précédemment sur "y a t'il d'autres films homos aussi bien ?" : non mais tu peux regarder "Beautiful thing" (film anglais) et "The trip" qui sont 2 films troublants.
Au plaisir de vous lire, et ne vous effondrez pas davantge, ce n'est qu'un film, il y a bien d'autres événements beaucoup plus troublants dans la vie.

empathique. beau. vecteur de tolérance.
je vais le conseiller à mes plus proches.

Bonjour
Et bien j'arrive à la fin de ma lecture de tous vos commentaires et je suis soulagée de constater que je ne suis pas la seule à être dans cet état de choc. Je suis une femme, hétéro (mais çà n'a pas d'importance)et pourtant je me retrouve complètement dans ce film, peut-être parce que l'amour est universel. Quoiqu'il en soit, je suis comme vous tous (ou presque) bouleversée, au bord des larmes avec un poids dans la poitrine et une boule dans la gorge et même après plusieurs jours, cela ne passe pas et je ne crois pas que çà va passer de sitôt !Personnellement je rêve d'une autre fin ; On pourrait imaginer Ennis allant (enfin) rejoindre jack, mais bien sûr le film ne serait pas entièrement ce qu'il est. Quant à savoir comment est mort Jack, finalement çà n'a pas tellement d'importance, seul le fait est à considérer ; Par contre, je ne sais pas pour vous mais j'ai été très déçue lorsque le père de Jack dit à Ennis que Jack avait récemment décidé de venir s'installer avec un autre homme ; çà m'a mis un coup au coeur, aurait-il décidé de remplacer Ennis ?! Je trouve que cette réplique jette une ombre au tableau.
Bonne journée à toutes et à tous.

Un beau film, tout simplement... Une histoire d'amour assez vraie pour qu'on adhère et que l'on ait envie de se mattre à la place des personnages, je ne pense pas que ce soit le fait que ce soit entre deux hommes, mais plutot les fait que ce soit vrai, transcendant, universel, c'est l'hisoire d'un amour qu'on rêve tous de vivre au moins une fois... pour voir, pour savoir, pour comprendre et plus simplement pour vivre. C'est un film magnifique, même si parfois j'ai trouvé ça long.... on ressort ému!

bonjour,
j'ai 36 ans, je suis mariée et mère d'une petite fille.je suis heureuse-enfin, je crois- En arrêt maladie pour 15 jours, une copine m'a prêter quelques DVD dont ce film. c'est le preimer que j'ai vu...et le seul...3 fois par jour.Enfin , j'ai trouvé des personnes comme moi, une boule au ventre, un mal être indéfinissable après la vision de ce film.j'ai l'impression d'être infidèle, je suis tombée amoureuse de Jack et ennis, amoureuse de leur amour.Je n'ai jamais autant pleuré.
j'aime savoir que c'est Ennis qui lors de ces retrouvailles magiques craque le premier, j'aime le regard de Jack sur Ennis.La douleur et le désespoir tantôt de Jack , puis de Ennis me transpercent le coeur.
Un des critiques du film a dit : C e film est un cri d'alarme: il faut vivre ses passions sous peine de passer à côté du meilleur de la vie"
Aujourd'hui, j'ai peur d'être comme Ennis, est-ce que la vie que j'ai est celle dont j'ai toujours voulu?
J'en veux beaucoup à Ennis; "Jack, I swear": si j'avais su, si j'avais pu, je voudrais tellment, je t'aime, si tu savais........TROP TARD

ouf! fevrier 2008 j'ai regarder se pur moments d'émotion hier soir et j'en suis vraiment chambouler, j'aime leurs amours qui fait mal pourquoi? suis je maso? mais je ne veux pas que se sentiment me quitte , je v m'acheter la nouvelle et le dvd et je hante le net depuis pour voir ou lire un article sur se film , sur ces acteurs qui sont touchant de vériter qu'on n'a l'impression que se n'est plus un rôle.....
j'ai 36 ans 2 filles et je vis avec un homme que j'aime indéfiniment, suis je entrain de perdre la boule?
que m'arrive t'il?

hé ben à mon avis je ne serai sans doute jamais lu mais qu'importe !!
aujourd'hui apres une journée de déprime je suis allé chez virgin megastore pour m'acheter le dvd "sur la route de madison"
sur le présentoir a coté du film de clint eastwood se trouve "le secret de brokeback mountain"
je suis homo et je n'avais encore jamais vu ce film qui ne m'inspirait guère tant on en avait parlé...
je me laisse tenter et achète finalement les 2, je rentre à la maison et me passe ce chef d'oeuvre.
je suis complètement transporté dans cette histoire
tout comme vous je me retrouve dans un des personnages (celui de jack)
je trouve le travail d'ang lee incroyable on ne peut pas s'attarder sur une émotion car elle est contredit quasi instantanément
en exemple cette forte scène des retrouvailles où des larmes de joie commencent à monter pour finalement se transformer en larme de tristesse lorsque la femme d'ennis les surprend...
la seule chose qui me gène c'est que je suis plutot fan des "happy end", bien entendu je suis conscient qu'avec une fin heureuse ce film n'aurait pas eu le même impact mais au moins je ne serai pas dans cet état.
la scène des chemises était asphyxiante, malgré qu'elle était prévisible, dès qu'ennis a dit qu'il avait oublié sa chemise j'ai su que jack l'avait prise, mais cachée dans sa chambre d'enfance c'était bien amené.
ce qui me fait pleurer depuis la fin du film c'est que je me demande comment ennis pourra continuer à vivre avec ses regrets, rien que de l'ecrire les larmes me reviennent et j'ai la gorges serrée.
comment réussir à vivre avec un amour si fort à l'intérieur de soi?
je trouve ça tellement cruel...
surtout qu'il a déjà passé 20 ans sans réussir à l'extérioriser ou même à en parler à quelqu'un...
j'aurai tellement aimé qu'ennis en parle avec sa fille ainée lorsqu'elle lui annonce son mariage... c'est trop dur de voir un film comme celui la, trop déchirant
la dernière scène m'a achevée, ennis reboutonne la chemise de jack et redresse la carte postale de brokeback (il n'a même pas une photo de jack, juste le facteur, le symbol, le lien... de leur amour)
je ne comprends pas vraiment ce qu'il veut dire par "jack, i swear..." j'aurais tout le temps d'y reflechir lors de mes prochains visionnages
si quelqu'un peut me répondre j'ai besoin d'en parler je pense
bises à tous
ludovic

@Ludovic

Je pense qu'en disant :"Jack, I swear"
Ennis voulait dire qu'il l'aimera toujours et qu'il ne l'oubliera pas.
Mais ce n'est que mon humble avis

Bonjour,

J'ai adoré ce film, cela faisait longtemps que je ne mettais pas sentie différente après avoir été au cinéma...

J'ai une question :

En quoi est-ce si... "émouvant" que Ennis dise "Je te jure Jack" a la fin?

J'avoue que je n'ai pas bien compris pourquoi il disait cela....


?

Paysages magnifiques, acteurs plus qu'émouvant, une des plus belle histoire d'amour qui m'ai était donné de voir au cinéma...Que dire de plus? Ang Lee nous offre 2h de pur bonheur. A (re)voir.

J'ai eu le "malheur" de retomber sur ce film par hasard... Son message universel transcende le temps et l'espace. C'est une véritable leçon de vie. Je suis encore plus ému que la première fois. un vraie claque qui restera à vie gravée dans mon esprit

Il faut voir le film en français, en anglais avec sous-titre, et lire la nouvelle d'Annie Proulx. Les dialogues en anglais ne correspondent pas exactement à ceux de la nouvelle, dans la version française du film, certaines phrases sont exceptionnelles, meilleures qu'en anglais, enfin, il faut éviter la version canadienne française, les dialogues sont particulièrement vulgaires pour les français. Autre solution, lire la nouvelle en anglais, mais ça c'est pour les forts (très forts) en américain.

j ai mis 6 ans avant de pouvoir revoir ce film qui m a absolument boulverse. ravi de voir que je suis pas le seul!...;-)

Magnifique Film, vous avez écrit ce que je ressent depuis que je l'ai vu, il y a un jour ... Il me hante, lui et ces 2 attachants personnages, que j'ai envie de serrer fort, en ésperent aller mieux après ...! Mais j'ai aussi appris, aujourd'hui même, que l'acteur jouant le rôle d'Annis est réellement décédé ... Je ne me sent pas mieux du tout après cette nouvelle mais je vous remercie, sa va un peu mieux mais quand même, un Film, nous faire un tel effet ... Je souffre mais je ne regrette pas pour autant de l'avoir regarder ... Merci à tous !

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes