Dans l'arme de la religion, il faut voir l'arme

Il m'a toujours semblé que la finalité d'une idée était non seulement d'être exprimée mais d'être éventuellement discutée, voire contredite. Une idée perd son sens si elle ne s'insère pas dans un espace qui lui permettra de s'affronter au feu de l'intelligence d'autrui. La liberté de l'esprit, de la parole et de l'écrit est naturellement consacrée à ce type de controverse. Une idée, cela se discute. Une croyance, c'est une conviction qui est composée d'impalpable et de mystère, elle ne vous place plus dans le champ de la rationalité mais vous constitue de manière si forte et si intime que la mettre en cause, c'est vous attaquer vous-même dans votre être, dans vos profondeurs. Une croyance, cela se laisse tranquille.

[...]

Une démocratie a le devoir de se battre. Elle a le droit de se défendre. Elle peut le faire sans se renier. Les démocrates n'ont pas vocation à être des moutons. Dans l'arme de la religion, il faut voir l'arme.

Philippe Bilger, dans un admirable billet sur la démocracie, la liberté d'expression et les croyances religieuses dans le contexte des caricatures de Mahomet : l'arme de la religion.

Par contre j'ai loupé l'arme du crime ici, mais la joute des commentaires semble indiquer qu'il faudrait aussi laisser les croyants tranquilles. On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde (moi aussi je suis un fan de Desproges).

7 commentaires

>Une croyance, cela se laisse tranquille.

Moui, autrefois on "croyait" que la terre était plate (et on peut toujours le croire aujourd'hui, du reste, si ça fait plaisir). Et pourtant, dieu merci, ça s'est discuté. (c'est juste sur la citation, j'ai pas lu le billet en entier, mais cette histoire de dissociation idée/citation est pas terriblement claire).

@GM: extraite de son contexte la phrase de Philippe Bilger n'a aucun sens, ou du moins on peut lui faire dire n'importe quoi.

C'est tout le problème de la citation ;)

Je viens de finir de lire la note de Bilger :

- sur le fond de la note, je n'ai pas grand chose à ajouter, par adhésion

- La distinction entre idée/croyance ne me semble guère plus claire à la lecture de la note entière.

- il y a un paragraphe sur le catholiscisme et le pape pour profiter de l'occasion pour se plaindre que c'est eux qui sont les plus moqués que les autres et qui est inutile au reste de la démonstration. C'est là que je touche le fond de mes croyances à moi, j'ai un peu bloqué dessus. La façon dont les églises reprennent ces événements pour avancer leurs pions me subjugue, mais, comme le dit très pertinemment M. Bilger dans "l'arme et la religion" il faut voir l'arme. Et comme aurait pu dire Sun-Tzu si je l'avais lu "Quand tu vois une faiblesse chez l'ennemi, fonce". De l'art de l'opportunisme en somme.

Ceci dit la note de M. Bilger est une des plus juste et mesurée sur l'affaire de toutes celle que j'ai lue.

Franchement, ça me déprime cette histoire....
Je en sais pas où on va mais on y va tout droit.
Si on ne peut plus se foutre de la gueule de tout et n'importe quoi, on va vite s'emmerder, je ne comprends même pas qu'il y ait un tel débat.
J'apprends en plus que le mrap porte plainte, je ne comprends vraiment plus rien...

GM>Le mrap porte plainte parce que depuis quelques années il est noyauté par une bande de rapaces qui sous couvert de faire de l'anti racisme font de l'agitation communautaire de concert - voire manipulés par - l'extrême droite islamiste. Rouge brun, vieille tradition française.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes