Le journalisme citoyen est mort, vive l'internaute citoyen

Je profite du lancement des initiatives WebCitoyen et de République des blogs pour planter le dernier clou dans le cercueil du journalisme citoyen (ce serpent de mer qui n'en fini pas de mourir).

A la conférence UpFing 06, Julien Jacob, directeur général de ZDNet France, a fait une présentation — lire les compte-rendus de Christophe Routhieau et Cyril Fiévet — qui a eu le mérite de remettre les pendules à l'heure sur la capacité des journalistes à s'approprier le web, y compris le contenu généré par les internautes (blogueurs chez eux via rétroliens, blogueurs invités sous la bannière du media, réactions des visiteurs via commentaires). Le débat me paraît être là pour les media, et il aura lieu plus entre ses confrères et concurrents qu'avec les blogueurs.

Dans journalisme citoyen, le seul mot qui vaille la peine de se creuser les méninges est citoyen. Et qui dit citoyen dit politique. Au moment où le débat politique n'a jamais autant été méprisé par la classe politique et les media, voilà un débat infiniment plus important : quid du citoyen blogueur, "entreneteur", citoyen du Net (netizen !), internaute citoyen ? Le journalisme est une profession dont nous ne sommes pas et ne feront jamais tous partie, mais nous sommes tous des citoyens. Nous sommes tous responsables au premier chef de la vie de la cité, ou plutôt nous devrions l'être mais qu'en est-il réellement, et que faisons nous du potentiel d'expression personnelle et collective d'internet pour être des acteurs de la politique qui régit notre vie quotidienne et influence notre avenir ? La pauvreté de l'ébauche de définition du mot civisme dans Wikipedia est un des symptômes notables d'un sujet en friche. Voilà un débat, pour moi, infiniment plus intéressant que celui, faux je le répète, du journalisme citoyen. Et avec un peu de chance, on échappera aux sempiternelles arguties sur le business model du citoyen ! (Quoiqu'on puisse débattre du business model de certains professionnels de la politique, mais c'est encore une autre question).

Je me réjouis donc de voir deux initiatives de blogueurs citoyens qui contribueront j'espère à ce débat.

Versac annonce donc République des blogs, une rencontre régulière entre blogueurs politiques et ceux qui les lisent, dont la première aura lieu à Paris le 28 juin et que devrait continuer jusqu'au printemps 2007. Espérons que l'initiative fera des petits ailleurs en France.

WebCitoyen est un projet d'association lancé par Christophe Grébert (MonPuteaux.com, Puteaux, 92), Chrystophe Oléon (GreBlog.net, Grenoble, 38), Jérôme Charré (MonAulnay.com, Aulnay-sous-Bois, 93), Sébastien Bailly (LeRouennais.com, Rouen, 76) et Xavier de Mazenod (Adverbe.com, Alençon, 61). Tous ont en commun d'être des citoyens blogueurs qui racontent leur ville, avec un regard critique et parfois partisan, ce qui n'est pas incompatible mais a dérangé certains potentats locaux au point de déclencher leurs foudres judiciaires. Les lamentables (et jusqu'ici vaines) pressions judiciaires de la mairie de Puteaux contre Christophe Grébert et son blog, ou bien les démélés de Miguel Membrado avec le maire d’Asnières-sur-Seine (affaire en cours) sont sur la place publique, mais combien de particuliers moins pugnaces voient leur liberté d'expression menacée à coups de lettres d'avocat et de poursuites ? C'est la question qui a poussé ces blogueurs à se rassembler pour réfléchir à la création d'une association des "WebCitoyens pour la défense de la liberté d'expression"

13 commentaires

Je suis 100% d'accord avec toi sur le côté citoyen. J'ajouterais tout de même dans tes exemples les plates-formes de blogs UMP et PS, qui ne s'adressent pas tant aux responsables politiques qu'aux simples citoyens voulant participer au débat et marquer leur engagement.

Toutefois, je ne suis pas sûr de comprendre pourquoi tu opposes ça au journalisme citoyen. Bien d'accord pour dire que l'expression a ses limites, que la plupart des blogueurs se moquent de savoir s'ils font du journalisme, etc. Mais, pour autant, un citoyen qui écrit sur son blog une review d'un produit qu'il a acheté pratique une forme de journalisme (il suffit d'acheter un magazine informatique pour s'en convaincre). Il en va de même avec un citoyen qui met sur Flickr des photos d'un événement auquel il a assisté, qu'il s'agisse d'un drame ou d'une simple conférence. En faisant cela, il est très proche d'une activité de photo-reporter. Donc OK pour dire que cette forme de journalisme ne pas va pas tout révolutionner, ni mettre en danger les médias, mais pas pour dire qu'elle n'existe pas.

Le "journalisme citoyen" a plus à voir avec le militantisme qu'avec le journalisme. On peut être journaliste et avoir par ailleurs des engagements ou être un blogueur engagé qui utilise des techniques de journalisme.

Mais le mélange des deux me semble antinomique avec le travail du journaliste, non ?

Voir là aussi : http://www.prix-blog-citoyen.com/news/24.shtml

@Cyril : les plateformes que tu cites feront l'objet d'un autre billet ;-). Je ne les ai pas citées à dessein, parce que ce ne sont pas des initiatives de citoyens, mais de partis politiques.

D'autre part je n'oppose pas journalisme citoyen et internaute citoyen, je veux juste dire que le journalisme citoyen est pour moi un faux débat (au sens du raccourci "blogueurs = journalistes", pas au sens de nier qu'il existe des contributions comme celles que tu cites) alors que la citoyenneté et le net en est un infiniment plus important. Or, la blogosphère gaspille un temps fou sur le premier sujet et ne survole que le second.

ce débat ne relève-t-il finalement pas d'un simple corporatisme ? La notoriété et les fantasmes des uns et des autres poussent à mélanger des genres.

Toutefois je pense que comme il existe un développement durable, il devrait exister un journalisme citoyen, dans le sens où le journaliste doit âgir dans l'intérêt du citoyen et non pas se contenter de faire réciter la leçon du politicien qu'il a en face.

Se comporter en citoyen, c'est à dire ne pas sous-traiter aveuglément le destin de sa ville ou de son pays aux politiques autoproclamés (en effet, aucun diplôme d'étude ou d'éthique en la matière ne leur est requis), n'est pas à mon sens un hobby.

C'est le devoir élémentaire de toute personne qui n'a pas une mentalité d'esclave, que cette dernière provienne de sa paresse ou de la peur consécutive aux pressions que ne manque jamais d'exercer lesdits politiques autorproclamés sur les empêcheurs de tourner en famille.

Quant à la question de savoir si le citoyen blogueur est un journaliste ou pas, ce n'est pas le problème à mon sens.

Pour le citoyen lambda, le blog ou la blogosphère sont l'un de ses rares moyens d'expression citoyenne (avec le vote, l'affiliation à un partie etc.).

Et ce moyen est d'autant plus précieux qu'il échappe complètement au contrôle des politiques (en tout cas pour l'instant).

Seuls les "élus voyous" (pour reprendre cette très pertinente expression de Christophe Grébert), qui, au passage, sont en outre de véritables ennemis de la démocratie dans se sens ou les principes de la démocratie constituent une menace permanente de leur fromage, se pervertissent un peu plus en attaquant des blogueurs avec l'argent des contribuables, dans le seuls but de faire plier lesdits blogueurs sous la seule contrainte des honoraires de leurs propres avocats.

Les blogueurs qui se considèrent citoyens doivent se révolter(et le mot ne me paraît pas assez fort) contre pareille instrumentalisation de la justice, et pas uniquement dans leur tête ...

La France ne s'est pas faite en un jour, et il reste du boulot pour les blogueurs.

Le bloggueurs a au moins l'avantage de pouvoir regrouper autour de ses centres d'intérêts les informations qui y correspondent...

@Cyril : Attention à ne pas assimiler les plates-formes de blog des partis politiques aux blogs citoyens. Car je l'ai expérimenté, les blogueurs appartenant aux partis politiques censurent l'information dès qu'elle ne va pas dans leur sens ou qu'ils ont ordre de la contrôler. Les blogs de partis politiques ne semblent donc n'être qu'un outil marketing de plus au service de leur communication (peut-être évolueront-ils sous la pression, on verra...). Il faut faire très attention à ne pas tomber dans le piège pour ne pas voir récupérer cette nouvelle aire d'expression qui doit être citoyenne et non partisane.

@Miguel : Il faut en effet faire la part des choses, mais je ne vois rien de mal à l'expression partisane, militante.

Le recadrage de Julien Jacob lors de la table ronde sur les impacts de l'émergence d'un journalisme citoyen sur la sphère des médias a eu le mérite de ne pas tomber dans la béatitude et le consensus.

Deux points m'ont marqué.
Tout d'abord, parler du journalisme citoyen comme d'un cniquième pouvoir est clairement abusif.
Comme le faisait remarquer Jean François Marchandise, les trois pouvoirs sont censés se contrôler mutuellement. La montée en puissance depuis l'imprimerie de l'influence des médias permet de parler de l'émergence d'un 4ème pouvoir...

Ce dernier est bien spécial puisque la constitution n'a pas été pensée avec celui ci...mais les interactions entre pouvoir constitutionnel et pouvoir médiatique s'équilibrent dans un jeu d'influences réciproques existant essentiellement hors constitution.

"L'Entrenet" voit apparaître à l'intérieur même de ce quatrième pouvoir un contrepoids aux médias de masses, une nouvelle catégorie caractérisée par des modes de coordinations différents (liens, tags).

Le "journalisme citoyen" dont nous parlons dans ce billet est donc une évolution de ce 4ème pouvoir, mais ne constitue pas en soi l'apparition d'un cinquième pouvoir.

Car, c'est le second point, nous n'avons pas assez de recul pour voir quelle en sera l'évolution. Que se passera-t il lorsque les journalistes non professionnels se verront offrir des propositions rémunérées par les médias traditionnels...
Quels seront les modèles économiques que les "agrégateurs de journalistes citoyens" vont inventer pour les retenir? Et une fois soumis à un modèle économique, pourront-ils conserver leur vocation aujourd'hui affichée??

Bonjour

Je suis convoqué mardi prochain au commissariat suite à une
plainte de la Mairie d'ISTRES contre le contenu de mon blog.....
Je précise que mon blog se veut avant tout politique et
citoyen et respecte la législation en vigueur (pas d'injures
, de racisme , d'appel à la violence etcs....)
Qu'en pensez vous ? Une médiatisation de ces affaires me
semble la seule maniére efficace de faire respecter la
liberté d'opinion citoyenne.
Merci de bien vouloir faire circuler cette info.......
Cordialement Guy QUEYTAN
Tel : 06 68 02 80 84
Blog :http://www.wmaker.net/editoweb/Guy_Queytan/
Forum :http://167545.aceboard.fr/
Mail :guy.queytan@aliceadsl.fr

[Commentaire supprimé — Monsieur Guy Queytan, je vous remercie d'utiliser votre blog et non le mien pour publier vos accusations, dont je ne puis ni juger de la véracité, ni assumer leur caractère possiblement diffamatoire en tant qu'éditeur de ce blog]

Bonjour

Afin de vous "rassurer" sur la qualité de mon post que vous avez supprimé , j'ai le plaisir de vous informer que la plainte de la Mairie d'Istres contre mon blog a été classée sans suite par le Procureur de la République en date du 13 septembre 2006.
Désolé de vous avoir dérangé.....
Cordialement
Guy Queytan

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes