Tous les DRM finissent par craquer sous la dent

Alors qu'Apple se tient, pour l'instant, à un modèle de vente directe pour la musique en ligne (0,99 cent le morceau), plusieurs concurrents (Napster, Yahoo! Music Unlimited) ont choisi un modèle de consommation illimitée par souscription (tant que vous payez l'abonnement mensuel, vous pouvez télécharger et écouter autant de musique vous voulez). Maintenant, imaginez que vous pouvez déverrouiller les morceaux téléchargés, de sorte que vous puissiez continuer à les écouter après la fin de votre abonnement, quand et où vous voulez, y compris sur des plateformes ou des lecteurs qui en étaient exclus par le vendeur.

Selon que vous achetez ou vendez de la musique sur ce modèle, riez ou pleurez (et la même nouvelle en français - merci lordphoenix).

4 commentaires

Personnellement j'en verrai plutôt l'utilité pour pouvoir lire des morceaux achetés légalement sur un lecteur ne supportant pas ce format ou sur Linux. La question étant quelle est l'avis de DADVSI sur le sujet? (droit à l'interopérabilité ou pas?)
Pour ceux qui en voudrainet une version en français:
http://www.pcinpact.com/actu/news/30996-La-protection-DRM-des-fichiers-WMA-a-ete-cas.htm

Pas si choquant de l'utiliser pour déverrouiller des morceaux achetés. C'est plus "génant" pour des morceaux dont on "loue" le droit d'écoute.

Un troisième modèle, un abonnement mensuel qui permet de télécharger un certain nombre de morceaux sans DRM et qui n'est pas une location, on peut garder les morceaux une fois l'abonnement terminé : c'est eMusic.
Il y a aussi Magnatune, qui permet de fixer son prix pour télécharger des morceaux ou albums sans DRM et avec le choix du format (mp3, ogg, flac ...), tout en reversant 50% aux artistes.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes