Du désir sexuel

Celui qui croit que le désir sexuel est désir d'orgasme (lequel abolit provisoirement le désir) n'a pas compris ce qui fait la richesse et le plaisir de nos vies érotiques. S'il ne s'agissait que d'aller à l'orgasme par le plus court chemin, la masturbation suffirait et serait plus efficace. Mais qui voudrait s'en contenter ? L'érotisme, c'est tout le contraire. Non pas aller au plaisir par le plus court chemin, mais prendre plaisir au chemin lui-même, et tant mieux s'il est long ! Non pas abolir le désir, mais le cultiver, le développer, le faire durer et renaître. C'est ce qu'on appelle faire l'amour, non ? Ce que nous vivons, dans l'acte d'amour, c'est précisément un acte : ce n'est ni un état ni un avoir, mais la joie du désir en acte, redoublé par le désir de l'autre. Il s'agit moins de transformer le désir en plaisir que de jouir du désir lui-même. C'est une leçon, pour toute notre existence.

André Comte-Sponville,
dans La plus belle histoire du bonheur, Seuil, «Points», pp. 159-160.

Ca rejoint bien ma propre conception de la chose.

10 commentaires

Comme disait à la fac un de mes profs psychanalyste : "l'amour, il faut que cela laisse à désirer…".
Très jolie formule !

C'est pas gentil ça Nicolas ;-). Non, cette citation me parle, j'avais envie de la garder. Et ma situation actuelle plombe mon inspiration.

André Comte-Sponville a commis, il y a une dizaine d'années, un "Petit traité des grandes vertus" dont Michel Onfray avait commenté la parution en disant que pour sa part, il eût préféré un "Grand traité des petites vertus"...

Intéressant de comparer les réactions de ce post d'avec celles du message du 19 février : deux fois moins et relativement peu enthousiastes.

Ton message devrait soulever les foules ! Provoquer l'enthousiasme [n.m. transport divin].
J'applaudis des 5 membres !
Bon sang ! Ta citation est magnifique, elle devrait être affichée sur tous les 4x3, figurer dans les spots télés à grande écoute, flotter accrochée aux avions au-dessus des plages.

Reliser Wilhelm Reich, "la fonction de l'orgasme", un écrit révolutionnaire et déterminant.

Décidément, nous vivons une époque barbare...

@Denis : si tu regardes bien la dynamique des commentaires sur ce blog, ils sont, en général, inversement proportionnels en nombre au caractère sérieux des billets.

Si c'est le signe d'un blog sérieux, alors j'accepte. Parce que je ne vais pas faire comme Laurent ou Eolas juste pour améliorer ma place au dernier concours de bite virtuel - http://ragoblog.wordpress.com/2006/10/16/le-baronmetre-15/ (je me défends pas trop mal dans la vraie vie) ;-).

Laurent tu as l'esprit mal tourné. Mais, si tu veux, je te montrerai ma collection de prises téléphoniques la prochaine fois que tu viens à la maison ;-).

"C'est une leçon, pour toute notre existence."

Pourquoi repousser la fin le plus plus possible ?
En repoussant l'orgasme, la "petite mort", n'est-ce pas aussi la grande que l'on voudrait voir s'éloigner ?

C'est vrai qu'elle fait peur.
Alors, pour ne plus y penser, on va faire tout notre possible pour être le plus occuppé possible en chemin.

Pour moi, l'orgasme, si il peut être vu comme fin du désir sexuel, doit pouvoir aussi être apprehendé comme une transformation du désir sexuel.
C'est là toute l'alchimie, un désir sexuel devient désir de vie, de création.
Qui voudrait passer sa vie dans le corridor (obscur, forcement !) et refuser d'ouvrir la porte sur l'après.

Oui, l'orgasme est une fin.
Mais soyons clair, toute fin est aussi le début d'autre chose.
Seule la peur pourrait faire de nous des pervers, rejouant inlassablement le même rôle, malgrès les variations infinies issues de nos cerveaux malades.

Ha !
Moi, là j'ai bien joui !
Et je m'en vais de ce pas dévorer une belle tranche de saucisson.
Après, je ferais sûrement du son en utilisant les images tirées de ce superbe voyage.

Oui, le voyage est aussi important que la destination, mais faire prévaloir l'un plus que l'autre, c'est là, sûrement, la perversion et la mort, la vrai, celle qui nous âbimes au quotidien.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes