Vote électronique, petits secrets entre amis

Le conseil municipal de Grenoble décidera, le 30 octobre, de s'équiper ou non de machine à voter électroniques. Gilles Kuntz, adjoint au maire et maître de conférence en informatique, mis en garde par ses collègues, a décidé de se battre contre le vote électronique. Dans un communiqué de presse publié par l'association Recul Démocratique, il explique cette chose extraordinaire (je souligne) :

L’accès au code source de ces ordinateurs est impossible même pour la Ville de Grenoble qui désire les acquérir. Le dossier d’agrément déposé auprès du Ministère de l’Intérieur est lui aussi sous le coup du secret industriel que la maison-mère américaine fabricant les machines choisies refuse de lever. Nul ne sait si les experts du Ministère qui ont donné l’agrément de ces machines ont pu eux-mêmes examiner ce programme et prouver son exactitude et son inviolabilité.

Dormez tranquilles, citoyens, votre future façon de voter est couverte par le secret industriel, avec la bénédiction du ministère de l'intérieur ! J'attends sans impatience le jour où, brevets logiciels aidant, on verra les première attaques juridiques entre fabricants de machines sur l'idée de dépouillement de vote.

Le dossier grenoblois sera suivi par Recul Démocratique sur cette page : Réactions à Grenoble devant le projet d’achat d’ordinateurs de vote ES&S/Datamatique iVotronic, où vous trouverez une liste des incidents déjà répertoriés concernant les machines du fabricant postulant à Grenoble.

[Merci à Pierre Muller pour m'avoir alerté]

9 commentaires

Ça commence à bien faire. Comme si l'embrouille Bush-Gore ne faisait réfléchir personne. Aux Etats-Unis, non seulement il y a le scandale des machines Diebold que des chercheurs de Princeton savent hacker en 60 secondes, et dont la clé est identique à celle du mini-bar de certains hotels, mais en plus il y a depuis 2004 un témoin qui affirme avoir été payé pour trafiquer un logiciel de machine à voter. Même si c'était faux, nous savons que c'est très plausible. Et l'on trouve des élus en France pour défendre un concept aussi délirant ?

Le rationalisme, la démarche scientifique consiste aussi à savoir reconnaître les situations où une technologie, aussi prometteuse, aussi excitante soit-elle, n'est PAS ADAPTÉE à un problème. C'est le cas ici, à l'évidence.

L'informatique et ses boîtes noires ne répondent aucunement au cahier des charges du problème posé, celui de l'élection démocratique. Ce qu'il faut, c'est un dispositif qui engendre la confiance du peuple, en lui permettant de mettre son nez dans le processus électoral à toutes les étapes. Ce que prévoient les texte en vigueur, qui permettent au citoyen de vérifier que l'urne est vide à la fermeture, de la suveiller toute la journée si le cœur lui en dit, d'assiter à son ouverture, de participer au décompte des bulletins. Face à celà, l'informatique ne fait pas le poids.

En deça du problème d'ensemble du vote électronique, il y a une chose qui fait ouvrir de grands yeux : l'Etat français achète un matériel destiné à un usage public officiel avec un enjeu de politique intérieure, sans savoir ce qu'il y a dedans, et en acceptant de n'y avoir aucun droit de regard. Absolutely fabulous.

Je suis inquiet du manque de prudence de nos élus sur un sujet hautement sensible et comportant un volet technique qu'ils ne maîtrisent pas.

Ce qui me parait très grave, c'est que personne en fait ne parait avoir accès aux spécifications détaillées de ces machines. Et les spécialistes de la sécurité ont toujours insisté sur le fait que l'absence d'info n'est *pas* la bonne méthode pour sécuriser un système.

Faudrait-il mobiliser des spécialistes internationaux de la sécurité informatique pour être enfin entendus ?

L'UMP et le vote par Internet, c'est assez cocasse. A quasiment chaque élection, au moins un candidat se plaint. Enfin, il se plaint en parole (c'est en général en page 2 du Canard Enchainé), parce qu'en justice, impossible de démontrer quoi que ce soit... La primaire pour Paris avait atteint un sommet, avec la totalité des 4 candidats qui avaient râlé !

La cerise sur le gâteau dans l'article du Monde, c'est «Jean-Pierre Fourcade, qui s'inquiète de
"la faiblesse des possibilités de contrôle" lors des votes électroniques». Alors que la commune dont il est maire (Boulogne Billancourt) vient d'acheter une soixantaine de ces ordinateurs de vote Nedap/France-Élection qui ont fait parlé d'eux récemment !

Je viens de découvrir ce débat, qui me surprend beaucoup : il me semblait tout à fait facile de recourir à des machines à voter fiables et je suis étonné que l'on puisse vendre/acheter des machines telles que celles dont s'équipent les municipalités !

Ayant passé quelques années en Belgique, j'ai eu l'occasion d'y voter électroniquement (aux Européennes). En Belgique, ce système qui se répand est très utile à cause de la complexité du décompte (voix de préférence sur scrutin de liste). J'avais été tout à fait satisfait de la technique : une première machine permet de voter (elle inscrit le vote sur une carte magnétique, qui peut être relue dans l'isoloir -ou dans un autre isoloir je suppose si on veut utiliser une autre machine). Puis on glisse la carte (bulletin de vote électronique) dans une urne; en passant la seconde machine le lit et enregistre le vote. En fin de journée, elle délivre automatiquement les résultats mais on peut recompter le nombre de cartes et même chaque vote puisqu'on a les bulletins. La survenue de problèmes dernièrement à Liège et ailleurs ne doit pas être minimisée (les programmes doivent être fiables) mais renforce mon opinion que le système est bon puisqu'il a été possible de se rendre compte des erreurs et de recompter. Il suffirait de recompter dans certains bureaux de vote tirés au sort pour tester à chaque élection la fiabilité du vote. Cela est tout à fait aussi sur que la méthode actuelle.


avant qu'il ne soit trop tard, et devant l'omuerta médiatique, lisez et faire connaitre
"les loups le sarkozysme expliqué aux enfants"
le blo de ces courageux auteurs
http://les-loups.hautetfort.com

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes