De la désobéissance civile

Héros ordinaires. Une vidéo étonnante sur un acte de désobéissance civile qui fait réfléchir. (C'est moi ou il y a un fonctionnaire de police, en particulier, qui passe son temps à mettre de l'huile sur le feu ?)

13 commentaires

Ce que je vois, ce sont des policiers qui font leur boulot qui sont mis en difficulté par la population.

Mais si empêcher le boulot de la police, c'est de la "résistance" et de la "désobéissance civile", c'est incritiquable.

Le citoyen a toujours raison contre la méchante police fasciste...

Je trouve d'ailleurs le comportement de celle-ci exemplaire, sachant qu'ils sont en infériorité numérique, ils n'ont pas perdu leur sang-froid.

Si je suis tout à fait contre la politique de répression actuelle. Je ne peux m'empêcher en regardant ces images de ne pas y trouver tant d'improvisation que ça. Et des deux côtés...
Ça n'enlève rien à l'indignation, mais je ne crois pas trop au phénomène 100% spontané. (Comme je n'y étais pas, on dira que c'est un avis très subjectif)

Cher Polydamas,

Je pense que vous avez mal compris François ou plutôt que vous lui prêtez abusivement un point de vue qu'à la lecture, on ne peut le soupçonner d'avoir exprimé dans ce billet. Ni lui ni moi ne pensons que la police est « méchante » et « fasciste » et c'est vous qui le dites. Simplement, en ces jours de campagne présidentielle on lui fait faire un « boulot » dégoûtant. Les policiers ne sont pas en cause, ils doivent obéir aux ordres et je suis sûr que pour la plupart ils n'aiment pas exécuter certaines missions.

« […] les crimes de ceux qui mènent ne sont pas la faute de ceux qui sont menés ; les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais. »

Victor Hugo

Exact, Jean. J'ai écris "ça fait réfléchir", et aussi j'ai l'impression très nette qu'un des policiers jette de l'huile sur le feu (sûrement parce qu'il est très nerveux, ce qui peut se comprendre vu la situation, mais ses collègues font preuve d'un peu plus de sang froid).

Mais bien sûr chacun va voir midi à sa porte. Encore un sujet qui est loin d'être simple et qui va donc engendrer des réponses simplistes, malheureusement.

Sinon j'invite Polymadas à réfléchir à l'ordre donné par le ministre de l'intérieur aux préfets de ne pas procéder à ce genre d'arrestation à la sortie des écoles. N'est-ce pas la preuve que le maintien de l'ordre public passe parfois par une modération des actions ordonnées à la police, lorsque celles-ci provoquent des réactions hostiles de la population ? Je ne vois aucun "méchant" d'un côté ni de l'autre, mais il est clair qu'il y avait un problème ce jour-là.

La situation frise le ridicule. Les préfets et les policiers n'ont-ils rien de mieux à faire que de pourchasser ces malheureux ?

Moi qui pensais que la France allait mal. Qui fixe les priorités dans ce pays ?

Sarkozy veut réduire le nombre de fonctionnaire ? Qu'ils réduisent donc le nombre de politicer puisque semble-t-il ils n'ont que ça à faire ...

Hélas, Polytruc ne fait pas dans l'humour... Un 'tit tour sur son site en dira long. Mais attention hein, pas après le diner...

"il est clair qu'il y avait un problème ce jour-là"

En quoi ?

Le problème est-il de faire ce qu'une poignée de citoyens veut ou ce que l'intérêt général exige ?
Ne serait-ce pas hypocrite de dire d'ailleurs qu'on peut expulser des clandestins en loucedé, mais surtout pas devant des écoles ?


"sûrement parce qu'il est très nerveux, ce qui peut se comprendre vu la situation, mais ses collègues font preuve d'un peu plus de sang froid)"

Peut-être aussi qu'ils se répartissaient le boulot...

@ Jean:

J'ai toujours tendance à m'énerver un peu, désolé... ;-)


@ Vanch:

Parlons-en sur votre site, si toutefois vous admettez la contradiction, ce sur quoi j'ai un léger doute...

J'ai tendance à suivre le dernier commentaire.

Le problème ne vient pas des policiers (ici en tout cas). Ils sont là pour faire respecter la loi et leur rôle est bien d'arrêter les gens sans papier.

Le fait qu'on soit devant une école n'y change rien. J'aurai presque tendance à dire qu'au contraire l'école se doit de représenter notre état et le respect des règles. L'école doit être tout le contraire d'une zone "hors policiers" ou d'une zone "hors la loi".

Qu'on me comprenne bien, il ne s'agit pas de mettre des policiers par tout ou même de soutenir ces arrestations. Maintenant si vous jugez qu'il est anormal que ces gens soient arrêtés ou les conditions d'arrestation, alors c'est la loi qu'il faut changer.

Promouvoir l'idée que la proximité de l'école y change quelque chose c'est promouvoir l'arbitraire dans le jugement, et ça c'est très dangereux.

C'est sûr que c'est toujours plus facile de penser qu'on lutte contre l'oppresseur et de se faire héros d'un jour en combattant les représentants de l'ordre ...
C'est sûr que c'est toujours plus difficile d'aller convaincre les gens de changer les mauvaises règles. Il est encore plus difficile de se dire que des règles communes rentrent forcément en conflit sur un point ou un autre avec les opinions personnelles de tout le monde mais qu'il faut quand même les respecter dans leur ensemble ou les faire changer.

Maintenant le plus facile n'est pas toujours le plus intelligent, le plus utile ou le plus souhaitable.

Personnellement je ne voudrai pas d'un état qui dont les représentants de l'ordre en pleine conformité avec la loi soient mis en échec juste parce que des activistes se sont regroupés contre eux. Ca ca serait franchement inacceptable.


Ah oui, parce qu'on ne vous a pas dit ? Il y a eu une interview de la journaliste en question. Elle fait partie d'un mouvement contre l'arrestation des sans papiers et on les a appelé spécifiquement sur ce cas là.

Il ne s'agit pas d'un mouvement spontané contre un acte anormal, il s'agit d'un mouvement d'activistes contre des représentants de l'ordre dans l'exercice de leurs fonctions.


@françois:
Clair que le policier mais peut être de l'huile sur le feu, mais en même temps, en infériorité, avec une caméra venue là justement pour chercher la bavure, ils devaient franchement avoir peur ou au moins être dans une situation de très fort stress. Bref, il n'est pas toujours facile de réagir diplomatiquement dans ces cas là et je trouve qu'ils ne s'en sont pas trop mal tirés. Je n'aurai franchement pas aimé être à leur place. Les militants avaient le beau rôle.

Cette situation dramatique m'amène à une réflexion qui il me semble est la cause principale de tout cela.
On emploi donc la police pour reconduire les sans papiers à la frontière, c'est la loi.
Où est la loi quand il s'agit de réprimer ceux qui font venir ces sans papiers et les utilise au mépris de la condition humaine.
Aucune vidéo aucun reportage des médias officiels ne parle de ce problème. Qui profite de ce travail hors la loi? Quel groupe d'individus et pour qui roule-il? Il n'y a pas que des mafieux c'est une certitude.
Pourquoi les pouvoirs en place ne font-ils pas le ménage? Ne me dites pas que le coté clandestin leurs met des oeillères alors que nous sommes tous fliqués.
Attaquons-nous à la cause de cette immigration plutôt qu'à ses victimes.

Je viens tout juste de finir

(Actes du colloque « La désobéissance civile », Villa Gillet, Lyon, 3-4 décembre 1999), Cahiers de la Villa Gillet, n° 11, sept. 2000.

Fabuleux et bonne remise en perspective de ce qu'est la désobéissance civile et comment elle a pris corps dans l'état, le droit et la loi.

Bonjour, c'est moi ou bien la vidéo ne fonctionne plus ??? J'ai cherché sur télélibre et impossible de la trouver ! Quelqu'un pourrait-il m'indiquer où je pourrais la retrouver ? Merci d'avance !

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes