Harry Potter et les giboulées de mars

J'ai encore traversé la moitié de Paris à vélo ce matin, sous la pluie, et le cordon sanitaire autour du QG de Sarko mis-à-part, il n'y avait pas trace de policiers dans les rues. Il semble donc que le facteur météo entre en jeu dans l'apparition spontanée des forces de l'ordre.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes