Vote électronique, nouvelles du front

Avec un peu de retard, voici quelques nouvelles (dans le désordre) sur le front du vote électronique.

The Open Rights Group pointe les déficiences du vote électronique en Angleterre et en Écosse lors des élections de mai dernier. Michel Monette offre un point de vue québécois sur cette affaire. On retrouve les problèmes dénoncés depuis des années : opacité, déficiences, coûts élevés, risques de fraude, impossibilité de recomptage (ou grandes différences entre comptage électronique et manuel dans les cas où le (re)comptage manuel était possible, ex. comté de Breckland), incapacité des responsables des bureaux de vote à exercer pleinement leur rôle de contrôle sur le déroulement du scrutin.

Le Conseil Constitutionnel a rejeté la requête en annulation présentée par Emmanuel Broutin de Bry-sur-Marne. L'argument du nombre d'isoloirs est balayé sans surprise (je n'ai jamais cru à ce moyen), par contre juge « que, si le requérant soutient que la machine à voter du bureau de vote n° 1 de la commune de Bry-sur-Marne ne permettait pas aux électeurs déficients visuels de voter de façon autonome, comme l'exige l'article L. 57-1 du code électoral, cette circonstance, pour regrettable qu'elle soit, n'est pas de nature, à elle seule, à altérer les résultats du scrutin ». Ca énerve Hervé Suaudeau d'Aulnay-sous-Bois, et on le comprend, puisque sa ville a voté sur des machines qui n'étaient pas agréées, donc illégales.

Marc-Olivier Killijian, Ludovic Courtès, Michel Raynal et Matthieu Roy, chercheurs en sûreté de fonctionnement informatique au LAAS-CNRS et à l’IRISA, ont publié un article sur le vote électronique dans Rue 89 : Quelle confiance accorder aux ordinateurs de vote ?

Sur le blog TIC des maires des grandes villes, on apprend que le canton de Genève promeut le vote par internet. Ca c'est le serpent de mer effrayant qui se cache derrière le vote électronique, et en France c'est France Telecom qui ronge son frein depuis des années (ils rêvaient déjà de nous l'imposer à coups de Minitel et de lecteurs de cartes à puce).

Richard Stallman, fondateur de la Free Software Foundation, donne son avis sur le vote électronique. Il est contre, on pouvait s'en douter, mais ce qui est plus intéressant c'est qu'il ne tombe pas dans le piège de croire qu'il suffit de remplacer les boites noires par du logiciel libre, et ça c'est très bien !

Philippe Dallier, sénateur UMP, veut interdire les machines à voter. Il a même déposé une proposition de loi en ce sens. Pour preuve que le sujet n'est pas partisan ! (On se rappellera que le seul candidat à ne pas s'être prononcé contre les ordinateurs de vote était Nicolas Sarkozy, candidat UMP).

Aux Etats-Unis, la session parlementaire s'est terminée avec une petite victoire pour les activistes contre l'industrie du vote électronique et... Microsoft ! Ces derniers voulaient maintenir le secret industriel absolu sur leurs boites noires (ça ne vous rappelle rien ?) mais la loi leur impose de déposer tous les codes sources et de lever tout brevet et autre secret industriel au cas où leurs logiciels devaient être examinés pendant un procès. Cf. Computerworld, InterGovWorld, LinuxWorld (que de World!).

Toujours aux U.S, la fiabilité du vote électronique en question. Dans un rapport de la National Academy of Engineering intitulé "The Bridge, Voting Technologies" qui vient de paraître, Michael Ian Shamos revient sur les problèmes d'ingénierie des machines à voter électroniques utilisées lors des dernières élections aux Etats-Unis. Où l'on apprend que ces ordinateurs de vote sont infiniment moins fiables que de vulgaires ordinateurs.

1 Trackback

Depuis des mois, la vénérable société Diebold cherchait à se débarrasser de son canard boiteux, Diebold Election Systems, sa filiale qui fabrique les machines à voter qui ont tant fait parler d'elles aux Etats-Unis. Le problème c'est que personne n'en... Lire la suite

Un commentaire

http://politics.slashdot.org/politics/07/07/24/1823211.shtml

http://blog.wired.com/27bstroke6/2007/07/us-team-wins-vo.html

US/Canada Team Wins Voting Machine Competition -- Updated
By Kim Zetter EmailJuly 19, 2007 | 12:11:04 PMCategories: E-Voting
Punchscan_2 A team composed of researchers from two U.S. universities and a Canadian university won the $10,000-prize for best voting system at the VoComp contest held in Oregon this week. The winning team was composed of Aleks Essex and Jeremy Clark from the University of Ottawa, Stefan Popoveniuc from George Washington University, and Richard T. Carback III from the University of Maryland Baltimore County. Although only four teams submitted systems to the first-time competition, more are expected to submit next year when the competition, sponsored by the National Science Foundation, returns. (Clarification: this year's competition was sponsored by NSF. The foundation hasn't yet committed to sponsoring another one next year, although Election Systems & Software -- the company awarding the $10,000 prize this year -- has committed to fronting the same prize at next year's competition.)

The winning Punchscan system is based on a concept developed by cryptographer David Chaum that allows voters to take a receipt of their vote home with them to later verify online that their vote was part of the tabulated results. See the web site showing how it works.

Chaum later developed his own system, Scantegrity, from the same concept used in Punchscan. Scantegrity is fully open source (in Java). Chaum says the system is easy to implement with current optical-scan voting systems, thus reducing costs and the time it would take to get the voting system certified and implemented in election districts. Chaum is offering a free license to the first election districts that are willing to try and roll out the system.

UPDATE: Per Ron Rivest, one of the contest's judges, the runner-up team, the Pret-a-Voter team from the University of Surrey in the UK, gave Punchscan a tough run for the first-place money until the Punchscan team dug through Pret-a-Voter's source code and found a significant security flaw in their random number generation. Oops.

Nonetheless, Rivest says the judges were impressed by all the teams, given the short timeframe in which they had to submit their projects. The contest was announced last October.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes