Chroniques de la violence routière ordinaire

Samedi soir je rentrais tranquillement chez moi sur mon fier destrier, lorsqu'arrivant par la rue des Hospitalières Saint-Gervais sur la rue des Francs-Bourgeois j'entends un scooter klaxonner furieusement. Au moment où je tourne, je vois passer un cycliste qui roule nonchalamment sur la partie gauche de la rue, et le scooter qui lui colle aux fesses puis, lorsqu'il arrive à sa hauteur, commence à le pousser furieusement sur la droite. Comme je me suis déjà fait renverser trois fois, dont deux fois par un chauffard dont l'un l'a carrément fait exprès, mon sang ne fait qu'un tour. J'accélère pour me placer à gauche du scooter et je donne un coup dans l'épaule du conducteur en lui disant d'arrêter ses conneries.

Sentant que ça pouvait dégénérer, je les dépasse et me gare aussi sec à droite sur une place de parking libre pour ne pas risquer le même sort que l'autre cycliste. Le conducteur du scooter s'arrête à ma gauche et commence à me hurler dessus. Je lui dit que pousser un cycliste avec un véhicule à moteur ça ne se fait pas. Il me répond « Tu veux passer 96h avec moi ? » sous-entendant qu'il fait partie de la police (sauf que, pas de bol pour lui, j'ai une vague idée des temps de garde à vue et que je le vois mal me faire passer pour un terroriste). Il a une passagère derrière lui qui, calmement, me dit « vous, vous avez un casque », je lui réponds que justement, l'autre cycliste n'en avait pas et que c'est d'autant plus dangereux. L'autre con continue à éructer mais, refusant d'entrer dans son jeu, je me contente de répéter froidement que pousser un cycliste comme ça, ça ne se fait pas. Le mec me regarde méchamment et démarre en me hurlant « Toi, la prochaine fois que je te vois, je te tue ! » avant de tourner tout de suite à gauche dans la rue Elzévir.

Evidemment, l'autre cycliste s'était barré depuis longtemps, je n'ai même pas remarqué quand. Ça donne envie d'être solidaire, d'autant plus qu'à la base, s'il n'avait pas roulé comme un parfait crétin se croyant tout seul sur la route, tout ça ne serait pas arrivé.

Hier, je raconte cette histoire à un copain en concluant « grand diseur, petit faiseur ». Il me répond qu'un truc comme ça était arrivé à un ami à lui, sauf que le chauffard faisait réellement partie de la police, qu'il a sorti son flingue et tiré. La balle a dévié sur son casque. Ça ne m'a pas aidé à dormir (merci Thierry ;-).

La route rend vraiment con.

1 Trackback

Paris Carnet - Nouvelle année depuis Carnet :: Franck Paul sur 7 septembre 2007 9h13

Comme me le faisait remarquer gilda qui compte les années comme moi, à savoir de septembre à août façon année scolaire ? n'y cherchez pas le signe d'une quelconque régression mais plutôt la preuve d'une enfance pas encore terminée, une... Lire la suite

9 commentaires

Je comprends maintenant pourquoi le casque est fortement recommandé ;-)
On dirait que la police a tendance à baver, depuis quelques années. Est-ce que quelqu'un les encouragerait ?

le casque du comparse déviant la balle, c'était pas un casque de cycliste mais pas plutôt de motard ? Je ne vois pas mon casque en polystyrène avec sa fine couche de plastique dur capable d'une telle prouesse.

sinon, tes histoires sont tout sauf rassurantes ! Brrr...

Nous avons perdu notre fille Adorée.

Notre Poupette est née le 4 octobre 1995 à Metz, son prénom est CHEYENNE agée de 11 ans tuée par un garçon qui roulait sans permis et ces deux complices qui ont pris la fuite et qui s'amusait sur le parking à faire des aller et retour avec une voiture.

Notre fille CHEYENNE était sagement assise sur la pelouse avec d'autres petits camarades d'écoles.

La voiture avec la vitesse a volé et lui est tombé dessus, notre Princesse d'Amour a été brisée comme une poupée de porcelaine, nous Papa et Maman de CHEYENNE, n'avons pas pu la sauver, notre fille chérie est décédée.

Depuis six mois ce garçon est en liberté et peut continuer à mettre des vies en danger,le juge l'ayant déclaré IRRESPONSSABLE PENALEMENT, donc pas de procès, pas de justice pour notre Choupinette Adorée.

Les complices n'ont jamais été ennuyées, nous n'avons jamais eu un signe ni une parole de ces familles.

Notre combat, en mémoire de notre Fille est aussi celui des enfants pour qu'ils ne soient plus jamais victime de ces chauffards

Notre Princesse Chérie était pleine de vie, heureuse de vivre, adorable , magnifique, elle nous aimait autant que nous l'aimions,

Nous voulons une justice pour notre Princesse et nous nous battons pour changer les lois.

Je vous en supplie allez sur les blogs dédiée à notre fille CHEYENNE, c'est très important, nous lui avons promis son Papa et sa Maman de nous battre pour que cela n'arrive plus, car maintenant notre combat est notre survies.


UN ARTICLE, UN BLOG DE SOUTIEN.
UNE SIGNATURE POUR LA PETITION.
METTEZ-VOUS EN AMI ( E )
PARLER EN AUTOUR DE VOUS.
MOBILISEZ VOUS JE VOUS EN PRIE,..................... MERCI DE TOUS COEUR.


Bruno et France ( Parents de Cheyenne )

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes