Et c'est encore un militaire qui gagne une tringle à rideaux

Parce que Fred de mai m'y a gentiment invité je suis allé à la soirée Geek Chic hier. Tant que l'interdiction de fumer n'est pas effective, j'avoue que je vais rarement me taper une heure de vélo pour aller m'encalaminer les poumons dans un bar, mais c'est la rentrée et une occasion de voir du monde. Je suis tombé sur Jean-Christophe Capelli (tiens, "Banque n+1 depuis 1996" ça me rappelle un autre slogan ;-) qui s'étonnait justement de me voir dans ce genre de « truc pipeule ».

Au moment où l'on se dit mutuellement qu'il ne faut pas qu'à Paris Carnet l'on sache qu'on est venus là, Laurent arrive. Plus tard, on se dira qu'il ne manque plus que Matoo, lequel arrive cinq minutes après que Laurent soit parti. C'était très pipeule en effet, et je vous passe certains détails graveleux :-).

Ce devait être mon jour de chance. Non seulement j'ai gagné une souris Microsoft (« ça marche avec un Mac ? » ai-je demandé pour plaisanter, connaissant la réponse), mais le ticket que Laurent m'avait donné en partant était lui aussi gagnant (mais Fred a remis le lot en jeu, des fringues Freeman Porter tout à fait dans le style de Laurent :p, ce qui était fair-play). J'ai aussi pu jouer pendant dix minutes avec l'iPhone du patron de Captures 15, je savais déjà que ce serait mon prochain téléphone avant de tenir ce petit bijou en mains. Revu avec plaisir les fondateurs de Job Meeters, ainsi que Charles qui avance bien avec The Todeka Project (bientôt sur vos écrans avec un superbe nom qu'il nous a fait jurer de ne pas bloguer, dommage ;-). Rencontré avec bonheur Paul-Henri de Baecque du Comité de la Claque dont les productions m'ont fait mourir de rire (bonus : le pilote de Rugby Academy, si vous cherchez des gens pour faire des vidéos virales décapantes, ils ont de la ressource).

Au retour, j'ai mécaniquement pris le chemin logique via Magenta-République, mais juste au moment où j'ai abordé le couloir de la mort, je me suis rendu compte que je n'avais pas mis mon casque, ce que j'oublie rarement. Je me suis harnaché et j'ai descendu le boulevard de Magenta à moitié sur la voie de bus, à moitié sur la merdique piste cyclable, tout en sonnant quelques piétons (qui, malgré un trottoir où ils étaient seuls s'obstinaient à marcher sur la piste) et en maudissant Denis Baupin tout le long.

A ce soir pour la cinquantième de Paris Carnet, où je saurais peut-être si Ron me drague ou pas. Les blogomondanités parisiennes, c'est fascinant :D.

4 commentaires

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes