Issy les moulinettes

Alors qu'à Aulnay-sous-Bois on abandonne le vote électronique, ça cafouille toujours autant à Issy-les-Moulineaux à cause des ordinateurs de vote imposés par André Santini (parce que ça fait moderne). Benoît Sibaud vient de publier son compte-rendu des dernières élections, et sa conclusion fait froid dans le dos (je graisse) :

Malgré une participation très faible, divers problèmes ont émaillé le scrutin.

Sur la technique : des ordinateurs de vote électronique dont la totalité impriment des tickets officiels avec des messages mal traduits et des caractères exotiques, des écrans tactiles qui ne réagissent pas toujours. Je me demande toujours comment ils ont pu passer les divers tests, agréments et recettes qu'ils ont en principe subis. D'autant plus lorsque l'on sait par ailleurs (témoignages hors PV) que les machines ont besoin d'un cache scotché, qu'elles ne permettent pas aux mal-voyants de voter, qu'elles affichent des messages non ou mal traduits, et tout cela depuis 2005.

Sur les aspects humains : des électeurs qui se plaignent de devoir faire confiance à des boîtes noires et de perdre tout contrôle citoyen ; des assesseurs qui pour des élections locales françaises doivent être bilingues et attester sans avoir aucun moyen de vérification ; un président qui doit rester debout et possèder toutes les clés de l'urne (clés connues publiquement par ailleurs), en violation du code électoral ; deux assesseurs absents à l'ouverture et des scellés rompus en l'absence de tous les assesseurs ; un refus des bulletins par un candidat resté sans réponse ; un changement de clé que personne n'a remarqué ni justifié.

Sur le contrôle de l'élection : des erreurs sur les PV, pas de contrôle citoyen, des codes « secrets » publics, de multiples anomalies, et personne d'autre n'a demandé copie des PV, pas de recours... Autant dire qu'il n'y a pas de contrôle sur l'élection.

3 commentaires

Inscrit sur les listes à Issy, je me suis abstenu pour les scrutins de 2008, mais j'ai assisté à l'édition des résultats de mon bureau, en annonçant le code informatique de clôture avant l'ouverture de l'enveloppe le contenant. J'ai écrit à tous les candidats en expliquant les raisons de mon abstention (liée au vote électronique), un seul a daigné me répondre (en plus du maire es qualité). J'ai été déçu de ce manque d'intérêt, la participation a été très mauvaise. Par ailleurs, j'essaie de compiler des informations sur le sur-coût du vote électronique, mais malgré les annonces d'une rentabilité rapide, le moins que l'on puisse dire c'est que les mairies ne semblent pas soucieuses de publier des éléments chiffrés et justifiés. Et pour cause, le système est ruineux pour les finances municipales.

Isséen et handicapé physique, un des responsables de mon bureau de vote m'a annoncé, dès le 1er tour des présidentielles, que je ne pourrais utiliser la machine... C'est l'ami qui m'accompagnait qui a voté pour moi, alors qu'il n'était même pas électeur à Issy... J'ai donc contacté André Santini par courriel, qui m'a assuré que le problème serait résolu pour le 2e tour... 2e tour où le même responsable m'a dit que je pourrais voter si un technicien venait et démontait la machine.... Même chose pour les législatives... J'espère que pour les prochains scutins, ces machines auront disparues...

Merci à Benoit Sibaud pour son travail remarquable. Qu'il ait tout notre soutien. Je peux attester que la situation qu'il décrit est tout à fait réelle.
Assesseur lors de tous les derniers scrutins à Issy, j'ai pu constater que comme le dit Pierre les personnes en fauteuil devaient être assistées pour voter, ce qui est absolument scandaleux. Un grand nombre d'autres personnes devaient d'ailleurs être assistées : des personnes mal-voyantes et surtout des personnes plus ou moins agées qui "paniquaient" devant la machine... toutes personnes tout à fait aptes à se débrouiller et voter dignement avec un bulletin papier.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes