De l'importance du questionnaire médical

Mon anesthésiste de mari m'a expliqué l'importance du questionnaire préalable à l'anesthésie générale, avec moultes anecdotes de patients qui "oublient" un truc qui ne leur semble pas important. Illustration, avec votre serviteur qui passait entre les mains d'un de ses collègues aujourd'hui.

— Des allergies ?
— Oui, rhume des foins, poussière.
— PPPA, poils, pollen, poussière, acariens...
— Oui, exactement. Mais pas d'allergie alimentaire ou médicamenteuse connue.

La conversation se poursuit. Il me revient quelque chose au moment des questions sur d'éventuels problèmes cardiaques.

— Certains vins m'empêchent de dormir, j'ai une élévation rapide du rythme cardiaque.
— Ah ? Sulfites ! Ne buvez pas de vin blanc.
— Justement, je n'en bois quasiment jamais, la plupart me donnent mal au crâne.

Il note sulfites dans mon dossier et le souligne trois fois en m'expliquant que la molécule est parfois utilisée comme stabilisant de certains anesthésiques (ceux contenant de l'adrénaline si j'ai bien compris), et que j'y suis allergique.

Ce sera ma troisième anesthésie générale mais c'est la première en tant qu'adulte, et donc la première fois où j'ai droit à un questionnaire avant.

10 commentaires

A l'époque non seulement tu n'avais pas eu de questionnaire mais même pas de consultation pré-anesthésique. Celle-ci n'est devenue obligatoire au minimum 48h à l'avance en prévision d'une acte programmé que depuis... 1994.
Auparavant les patients étaient vus par l'anesthésiste seulement la veille de leur intervention, quelle qu'elle soit...

Pour les sulfites, c'est quand même dommage. Même si des vignerons font de très bons blancs sans souffre. Ils ne vieillissent pas, mais on y goûte un certain plaisir.

Bon, j'espère que c'est pas grave, quand même, cette histoire de billard sous anesthésie.

... escusez moi de me mettre entre votre discussion, mais si il y a une chose que j'aime bien : c'est justement d'être anesthésier.. euphorisant à souhait.. alors: je me laisse faire, j'ai toujours confiance aux médecins, et bavarde comme je suis, ils sont sûrement pressés de m'endormir... riree! et là cet endormissemnt qui vient trop vite à mon goût est super géniale: on part dans un autre univers, tout devient mou: une étrange douceur s'installe..notre corps commence à ne plus rien sentir,et là: hop! le néant pour ensuite se réveiller..pas fraîche mais souriante d'avoir rien senti.. avec cette impression que cela n'a duré que quelques petites sminutes.. et retrouver des draps supers frais..

non j'fume pas!!!
euh...!! oui je sorts ok!!!! rireeee!!!

bon c'est pas grave hein?? cette opération??

Bon, alors, ils vont te faire quoi ?

Moi, je suis tellement douillet que j'ai demandé une anesthésie générale pour une endoscopie... ;-)

La précédente c'était pour la vésicule. L'anesthésie c'est bien, mais celle là aurait duré 24h de plus, j'aurai bien apprécié... ;-)

Techniquement c'est plus une série d'examens qu'une opération, même s'ils vont charcuter un peu des trucs pas bien. Ce qui est dommage c'est que pour la première fois de ma vie je vais me prendre quelque chose dans le cul sans être conscient pour en profiter. Avec le gode le plus long en plus — 1,50m au garrot ! — c'est ballot :p.

ça dépend my love si c'est Douglas ROSS, Peter BENTON, John CARTER ou le Dr HOUSE qui s'occupe du fondement en question ! Pour ma part, si c'était le cas... je refuserais vivement l'anesthésie... MAIS ça serait faire l'impasse sur l'anesthésiste... ce qui, ma foi, serait une grossière erreur ! ;-) des bizous

.. ouaiiiii!! c'est ballot hein??? ou fantasme avant?? sur un beau anesthésite?? riree!!!

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes