Airgastrolédonie

Hier soir nous étions invités à dîner chez des amis. Dans un grand moment digne du cercle des poètes disparus, notre hôte s'est inquiété de la cuisson des brochettes de poulet en provenance du traiteur indonésien. Et moi d'ironiser, à demi-inquiet quand même, sur les 30000 poules victimes de salmonellose aviaire à la ferme de la Tamoa. Et notre hôtesse de plaisanter sur les joies de passer 24h en avion avec une gastro-entérite.

Eh bien c'est exactement ce que je m'apprête à tester pour vous aujourd'hui, si j'arrive toutefois à décoller mes fesses de la cuvette sur laquelle j'ai passé l'essentiel de la matinée, pour terminer les bagages. Pour une fois je crois que je vais descendre de l'avion plus léger à l'arrivée qu'au départ.

Autre cadeau de bienvenue, tous mes amis, sans exception aucune, ont absolument tenu à me décrire le temps merveilleux qu'il fait en ce moment à Paris. Merci, les amis, c'est bon de se savoir aussi chaleureusement attendu ;-).

A demain, et à nous deux Paname...

(Les commentaires passeront en modération a priori pendant les prochaines 36h.)

P.S. Nous sommes bien arrivés.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes