Zèle ou auto-censure à Radio France ?

Vendredi 21 avril au matin, heure de Nouméa, je lance l'application Radio France sur mon iPad pour écouter France Info, elle plante. Je la relance, tente de démarrer le direct, impossible. Un message d'erreur s'affiche pendant à peine une seconde, suggérant un problème réseau. Je n'y prête pas plus d'attention et vais consulter le reste des actualités en ligne.

Vers midi, dans la voiture, Eric me fait remarquer qu'il n'y a que de la musique sur France Inter et qu'on pourrait croire qu'ils sont en grève (il n'y a aucun message d'explication, du moins nous ne l'avons pas entendu). Une interview d'une huile de Radio France diffusée sur Calédonie 1ère vend la mèche : Radio France a décidé d'« expurger » ses contenus, pour reprendre le terme employé.

De fait, Radio France a bloqué tout accès à l'intégralité de ses contenus audiovisuels depuis l'Outre-mer, et ce dès jeudi en métropole. Soit techniquement 48h avant le scrutin en Nouvelle-Calédonie. Sur le web depuis l'outre-mer, l'accès à n'importe quelle ressource d'un site du groupe Radio France redirige vers http://horsligne.radiofrance.fr/franceinter/domtom.html avec le message suivant (copie d'écran pour mémoire) :

L'accès au site est momentanément suspendu.

En effet, en raison des décalages horaires entre la métropole et les territoires d'outre-mer et afin de respecter la liberté du suffrage et la sincérité du scrutin, le Conseil supérieur de l'audiovisuel recommande d'adapter la période de réserve (article L. 49 du code électoral) dans les territoires concernés et rappelle l'interdiction de la diffusion d'estimations ou de résultats avant 20 heures, heure de Paris (article L. 52-2 du code électoral).

Il y a plusieurs choses qui me paraissent problématiques ici.

D'abord, le CSA s'est contenté d'une recommandation et Radio France a pris une initiative en cavalier seul. À ma connaissance, les autres médias français sont restés parfaitement accessibles. J'ai pu tranquillement consulter un dernier sondage publié par Le Monde au petit-déjeuner ce matin, et n'ai rencontré aucune difficulté liée à ma localisation.

Ensuite, la période de réserve démarre la veille du scrutin (cf. la loi didactiquement expliquée par mon avocat préféré). Couper tout accès 48 heures à l'avance me semble franchement relever de l'excès de zèle. La coupure a été exercée dès jeudi en soirée en métropole, visible dès le vendredi en Nouvelle-Calédonie (GMT+11), donc peut-être encore plus importante pour les territoires dont le fuseau horaire est « derrière » celui de la métropole (GMT+2). J'aimerais savoir si la coupure a été modulée en fonction des fuseaux horaires et si[P.S. 3] elle a été appliquée d'un coup pour tout le monde.

Enfin, nulle part la recommandation du CSA, et encore moins la loi, n'impose une censure sur les contenus déjà publiés avant la clôture de la campagne ou qui n'ont aucun rapport avec l'élection. Or la décision de Radio France consiste en la privation d'accès à l'intégralité de ses contenus sur tous les médias. On peut estimer que priver des centaines de milliers de personnes d'une pareille somme de contenus n'est pas juste d'une stupidité sans nom, c'est de la censure bête et méchante.

Par ailleurs je suis particulièrement curieux de savoir comment sont traités nos compatriotes résidant en métropole. Sont-ils, comme nous en Outre-mer et suivant les mêmes règles, privés de tout Radio France depuis vendredi minuit ? Si tel n'est pas le cas, alors je pourrai ajouter un autre motif de considérer qu'on nous prend pour des cons. À côté de ça, les débats sur l'obsolescence de la publication de sondages avant le scrutin paraissent ridicules.

Si je suis la bonne méthode du rasoir d'Ockham, cette décision de censure ressemble fort à une idée avortée un matin en se rasant par une huile de Radio France et exécutée, paresseusement et sans réfléchir, au niveau le plus bas : les tuyaux.

« — Faites quelque chose avec cette recommandation du CSA.

— Ça va être compliqué…
— Pas mon problème. Laissez tomber, je vais demander à la technique de tout couper, comme ça on est tranquilles. »

P.S. samedi 16h GMT+11, la radio est revenue, j'ai pu écouter le début du journal de 7h de France Inter, également accessible depuis l'application iOS. Mais les sites web sont toujours bloqués.

P.S. 2 :


  • On me souffle dans l'oreillette que ce n'est pas une recommandation mais qu'on (qui ?) l'a imposé à Radio France. Ce n'est donc pas de l'auto-censure.

  • Sauf erreur de ma part, un tel ban n'a pas eu lieu sur les sites de France Télévisions. Si l'obligation concerne tous les médias audiovisuels, pourquoi Radio France et pas France Télévisions ?

  • @Maitre_Eolas fait remarquer que le CSA réussit à imposer la violation de ses propres règles, puisque les candidats qui ont eu le malheur de passer à l'antenne vendredi soir n'ont pas pu être entendus par une partie de la population. Ils sont donc lésés (et nous aussi).

P.S. 3 : En fait c'est logique, puisque les DOM-TOM situés "après" le fuseau métropolitain votent ce samedi. J'avais oublié ce détail. Le grief du ban sans discernement pour les territoires qui eux votent dimanche (comme la NC) demeure.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Billets plus ou moins similaires

Archives mensuelles

Notes récentes