Une simple question d'égalité

L'indifférence est pire que la haine. En particulier l'indifférence de cette fameuse catin qu'on appelle « opinion publique ».

L'avantage des opinions anti-mariage pour tous est qu'elles sont pour la plupart véhiculées par une minorité d'allumés[1] fanatiques. On les connaît, elles sont les mêmes que contre le PaCS et avant ça contre toutes les avancées sociales (dépénalisation de l'homosexualité, contraception, droit de vote des femmes et j'en passe) et elles sont aussi bas du front que leurs auteurs. Il faut connaître ses ennemis, et en la matière j'ai l'impression que nous les connaissons mieux qu'ils ne nous connaissent ; ils sont tellement prévisibles avec leur prêt-à-penser.

Ce qui me fait grincer en ce moment, ce sont plutôt les indifférents. En particulier les indifférents vocaux. Ceux qui n'ont pas d'opinion ou, pire, qui ont peur d'être obligé d'en avoir une un jour[2] et tiennent absolument à intervenir dans le débat pour dire qu'ils ne sont ni pour ni contre[3]. Ce faisant, ils freinent ou polluent le débat, donc l'avancée des choses.
À ceux-là, j'ai juste envie de dire : fermez-là ! Quand on n'a pas d'opinion sur un sujet, on n'en discute pas et on passe à autre chose. Si vous n'êtes pas capable de connecter deux neurones pour décider si rendre une partie de la population un peu moins inégale que l'autre — une simple question d'égalité en somme — représente (ou non) une avancée pour la société et pas juste votre petite pomme, la société n'a pas besoin de votre indifférence. Vous êtes le lest dont tous les politiques sans courage se servent pour maintenir le status quo. Intervenir pour, effectivement, ralentir ou geler une réflexion sans l'enrichir en quoi que ce soit, c'est déjà exprimer une forme de dissonance cognitive sinon une opinion. Mieux vaut la fermer et passer pour un imbécile, que l'ouvrir et prouver qu'on en est un.

Alors si vous êtes pour le mariage pour tous, ou que vous n'avez rien contre, allez montrer votre nez dehors à l'une des manifestations de soutien. Certes ce sera moins rigolo que d'aller voir la Gay Pride en touriste, mais ce sera infiniment plus utile et ça ne vous prendra que quelques instants. Nous, nous avons dû battre le pavé pendant des décennies pour en arriver là. Et contre les haineux virulents et les indifférents poids-mort, je crains qu'on n'ait pas terminé de sitôt.

Et puis si vous ne le faites pas pour vos concitoyens qui n'ont pas ce droit, faites-le pour vous. Ceux qui m’aiment prendront la marche.


  1. Ce qui est fascinant chez les illuminés c'est qu'ils n'ont jamais la lumière dans toutes les pièces.
  2. Je me demande sérieusement s'il n'existe pas une fraction de mes congénères homos qui, plus ou moins consciemment, rejettent l'idée d'avoir un jour à être confronté à la question « veux-tu m'épouser ? » et que c'est la seule raison, parfaitement égoïste, qui les pousse à s'opposer au mariage pour tous. C'est tellement plus facile de ne pas avoir à se poser de question.
  3. Vous allez me dire que s'ils ont peur d'avoir à se prononcer ils devraient logiquement s'exprimer contre. Mais je pense qu'il existe des gens qui, par peur de se faire traiter d'homophobe (il y a matière à développer mais ce billet est déjà trop long), préfèrent esquiver en prétendant n'être ni pour ni contre.

Un commentaire

Tiens, comme c'est curieux, sur les ndbp deux et trois, on a eu la même conversation quasi au mot près avec mon amoureux, ce week-end !

Marchons, marchons !

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes

  • Un repas de fête

    Un repas de réveillon improvisé et entièrement fait maison, à quatre mains : En apéritif, des bretzels (graines de pavot, sésame et mélange de graines...

  • Une simple question d'égalité

    L'indifférence est pire que la haine. En particulier l'indifférence de cette fameuse catin qu'on appelle « opinion publique ». L'avantage des opinions anti-mariage pour tous...

  • François, sans filtre

    Hier matin, un homme bien ne s’est pas réveillé. Un hommage sans filtre à un François, par celui grâce à qui j'ai eu le plaisir...

  • Ce qu’il faut pour être heureux

    Ce qu’il faut pour être heureux Il faut penser ; sans quoi l’homme devient, Malgré son âme, un vrai cheval de somme. Il faut...

  • La Nouvelle Calédonie en 6 minutes

    À huit jours du second tour de l'élection présidentielle française 2012 (cuvée « Casse-toi pov’con ! »), je voudrais partager cet aperçu de la Nouvelle-Calédonie...