Diebold / Premier Election Software admet que ses machines à voter sont défectueuses

Traîné devant les tribunaux par l'état de l'Ohio pour non respect de contrat, défaut de garantie et fraude, le fabricant de machines à voter Premier Election Solutions (anciennement Diebold et renommé pour éviter que cette filiale continue de ternir la réputation de sa maison mère) avait tenté de se défausser de l'accusation que ses machines perdent des votes sur l'anti-virus contenu dans son logiciel.

La présence d'un anti-virus sur un ordinateur de vote n'avait pas manqué d'interpeller, et ce dessin de xkcd résume bien le problème :

xkcd-463.png

Traduction :
— Attendez. Un logiciel anti-virus sur une machine à voter ? Vous faites mal les choses.
— Pourquoi ? La sécurité c'est bien, non ?
— Bien sûr mais... Imaginez que vous êtes à une réunion parents-professeurs et que l'un des professeurs dit qu'il porte toujours une capote pendant ses cours.
— Ah ! A proprement parler c'est mieux que l'inverse.
— Pourtant quelqu'un fait son travail horriblement mal.

Aujourd'hui le masque tombe et Premier Election Solutions admet avoir menti et que ses machines sont défaillantes ! Le système d'ordinateur de vote utilisé par 34 états des Etats-Unis contient depuis dix ans une erreur de programmation qui provoque la perte de votes.

Ce problème avait provoqué la perte de votes dans 11 des 44 comtés du seul état de l'Ohio, lequel est aujourd'hui forcé de stocker pour 22 million de dollars de matériel défectueux en attendant le résultat de son procès contre PES. Le fiasco du vote électronique aux Etats-Unis se transforme en vaste et coûteux gaspillage.

Diebold / Premier affirme que ces erreurs n'ont pas changé le résultat des élections (sans pouvoir le prouver, bien évidemment, merci à l'opacité du vote électronique et l'impossibilité de recompter quoi que ce soit) et que leur système sera corrigé pour les présidentielles de novembre. La quasi-totalité des états ne pouvant, en effet, pas changer de système en si peu de temps.

Mais le peu de crédibilité de Diebold / Premier avait déjà été détruit le mois dernier par la publication d'une interview de Stephen Spoonamore, un expert en sécurité informatique et républicain de longue date, qui affirme tout de go que le système Diebold / Premier a été purement et simplement conçu pour pouvoir voler les élections, au profit de certains républicains « qui mentent et qui trichent ». On se rappellera utilement que le patron de Diebold / Premier avait publiquement affirmé qu'il ferait tout pour que Georges Bush soit élu. Spoonamore rappelle également quelques évidences, à savoir qu'aucun système électronique n'est à l'abri d'un piratage, que le vote électronique "sûr" est un leurre et que le seul système valable est le scrutin papier.

On se rappellera également utilement qu'en France, nous utilisons les mêmes boites noires, dont la conformité à un cahier des charges douteux a été "vérifiée" par des gens qui ne s'y connaissent pas plus en vote électronique qu'en équipement de stades ou en téléphériques, et dont les rapports sont tenus secrets par le ministère de l'intérieur sous couvert de secret industriel, ou plus précisément parce que leur conformité et leur agrément sont une vaste bouffonnerie.

urne-jump.jpg P.S. Je ne peux pas résister : cette image illustrant l'élection du président des jeunes populaires montre que certains, décidément, ne voient aucun inconvénient à mettre leur bulletin de vote dans des boîtes noires. [Merci à Pierre pour le lien.]

2 commentaires

S'ils plantent eux-même les clous dans le cercueil, il faut leur passer le marteau... Si l'élection de Bush est effectivement à porter au "crédit" du vote électronique, ça aura coûté beaucoup plus cher aux USA et au reste du monde que les quelques millions de dollars dépensés pour ces machines vérolées : l'Afghanistan et la guerre en Irak... Merci qui ?

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes