HADOPI-ratage et dérapages

Le gouffre qui sépare les propos d'Henri Guaino et ceux de Maître Eolas est le même que celui qui sépare la stupidité de l'intelligence.

Non seulement M. Guaino dit des sottises quand il critique la décision du Conseil constitutionnel, mais il en dit aussi quand il défend son point de vue. Et ce type conseille le président de la République, tout va bien.

Prix Busiris summa cum laude à Henri Guaino.

J'en ai profité pour relire la réponse de la campagne Sarkozy sur mes questions sur le programme TIC des candidats, et mon analyse de leurs réponses. J'avais axé mes questions sur quatre points :

  1. un retard par rapport au droit européen
  2. une tentation de contrôle total et permanent
  3. un biais en faveur de grandes entreprises et d'acteurs historiques au détriment de nouveaux entrants
  4. une méconnaissance d'internet et de la place toute relative de la France dans cet espace mondial

Je constate que ces points sont toujours valides et que le président est toujours autant à côté de la plaque vis-à-vis d'internet que l'était le candidat.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes