François, sans filtre

Hier matin, un homme bien ne s’est pas réveillé.

Un hommage sans filtre à un François, par celui grâce à qui j'ai eu le plaisir de faire sa connaissance à ces Paris Carnet si plaisants.

Dans mon esprit, intacts, son sourire et sa voix. Des larmes de peine et une pensée un peu rageuse à cause du mot virtuel que je hais tant lorsqu'il utilisé à tort et à travers, avant même que je ne lise cette lettre à Paco. Un deuil de notre blogosphère, virtuels ni l'un ni l'autre.

Bises à Luce et Louise, il y a des gens partout sur la Toile qui pensent à vous.

Un commentaire

On se connaît peu mais je ne suis pas étonnée du tout que ce "virtuel" nous enrage de la même façon, particulièrement en ce moment.

Bien sûr.

Il y a des gens partout dans le monde qui pensent à elles, à François, c'est aussi "beau dans les larmes", je trouve. Quelque chose de formidablement humain qui lui ressemble tant.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire, vous acceptez la politique des commentaires de ce blog.

Archives mensuelles

Notes récentes